Galèrapagos (un jeu coopératif, mais pas trop)
#1
ARCHIPEL DES GALÈRAPAGOS

Jour 1 :
C'est vraiment la galère d'avoir fait naufrage. Mais au moins nous sommes 5 survivants. L'ambiance est bonne, la camaraderie s'est tout de suite instaurée. L'Anglais que nous surnommons "Salla" ou "Albion", l'Allemand, que nous surnommons "Jehan" ou "le Saxon", le Serbe, surnommé "Alendir" ou "Vesna", tous mettent la main à la pâte pour la survie du collectif : qui va pêcher, qui va chercher de l'eau, qui va couper du bois... Il n'y a que le Russe, que nous appelons "Outremer", qui se la joue perso, puisqu'il a passé sa journée à nous éviter et à aller fouiller l'épave à la recherche de... de je ne sais quoi, honnêtement.
Même si ma Pologne natale me manque, nous aurions pu échouer en pire endroit que cette île paradisiaque, où il fait beau et dont les criques foisonnent de poisson. De plus, d'après mes calculs, nous ne sommes pas très loin d'un couloir maritime de fort passage... Un simple radeau et des provisions pour quelques jours devraient nous assurer de trouver un bateau pour nous secourir.
Le moral est bon. Nous avons assez d'eau et de poisson au campement pour assurer notre pitance pour 2 jours. Rien de grave devrait nous arriver. J'ai bon espoir que nous nous sortions tous de ce mauvais pas.


Jour 4 :
Peste soit de ce "beau soleil" dont je faisais l'éloge plus tôt. Ça fait déjà deux jours qu'il n'a presque pas plu, et nous sommes à deux doigts de mourir de soif.
Les tensions montent. Jehan, l'Allemand, a sorti un revolver et s'est montré menaçant avec Salla pour l'obliger à participer à l'effort de collecte d'eau.
Tout le monde pense que ce n'est qu'une tactique d'intimidation et qu'il bluffe : son arme n'est sans doute pas chargée.
Je ne serai donc pas le seul à avoir garder une arme depuis le naufrage ? La mienne, je l'ai récupérée sur un des hommes de l'équipage qui était tombé à l'eau avec moi. Je l'ai gardée juste "au cas où". Toutes les cartouches ont été mouillées, rendues inutilisables, sauf une. Soit il est arrivé la même chose à l'Allemand, soit le Russe n'est pas le seul à avoir fouiller l'épave pendant que j'avais le dos tourné. Il a vraiment fallu un concours de circonstances pour que moi je me retrouve avec UNE cartouche en état de marche, donc je pense comme les autres qu'il doit bluffer avec un revolver vide.


Jour 6 :
Deux jours qu'il n'a pas plu UNE SEULE GOUTTE sur cette île de l'Enfer. Même si nous travaillions tous de concert à la collecte, nous serions bredouilles. Il n'y aura pas assez d'eau pour tout le monde. En plus, la pêche aussi a été mauvaise, et nous commençons aussi à manquer de nourriture.
Alors... Ça devait arriver. La violence.
Le Serbe, "Alendir", a sorti une arme (mais tout le monde est armé dans cette équipe de survivants, c'est pas possible !) et a abattu Jehan. Le coup de feu a pris tout le monde par surprise. Un geste vif, une détonation, l'odeur de poudre dans l'air, et l'Allemand est allongé par terre, sans vie.
"C'était pour sauver le groupe", fait le Serbe, l'arme encore fumante à la main. "Il devenait trop irrationnel. Souvenez-vous comment il a tenté de faire la loi en menaçant Salla. Il aurait fait pareil avec nous tous. Et ça n'allait pas en s'arrangeant. Il aurait fini par mettre ses menaces à exécution !".
J'étais déjà dépassé par les événements, mais c'est à ce moment que quelque chose de plus étonnant encore est arrivé.
Une seconde détonation a résonné dans l'île.
Alendir s'est écroulé à son tour, fauché en plein discours...
Puis, Jehan s'est relevé.
"Co... Comment ?", a balbutié Alendir, en tentant vainement de retenir les flots de sang qui s'échappaient de sa poitrine, "tu devr... devrais être... m.."
Jehan, toujours le revolver à la main, a détaché une sorte de chainette de son cou, puis fait sortir quelque chose du dessous de ses vêtements. Une plaque de tôle. Avec un immanquable impact de balle en plein milieu. Dans un geste qui avait tout le panache d'un Client Eastwood, Jehan a jeté à ses côtés ce morceau de métal qui lui avait sauvé la vie, le sable escamotant le son qu'il aurait fait en touchant le sol.
"J'avais trouvé ça dans l'épave.", a-t-il simplement répondu au Serbe agonisant.
"Je croyais vraiment... que tu bluffais..." ont été ses derniers mots.
Le premier d'entre nous est mort.
"C'était de la légitime défense, vous avez tous vu !", a lancé Jehan devant mon regard accusateur.
"Je récupère ses affaires, bien sûr. Ce n'est que Justice, puisqu'il a essayé de me tuer ! Ah ! Mais c'était vraiment un psycopathe en plus ce type, regardez, il a un manuel pour préparer un repas cannibale ! Quel genre de dégénéré se balade avec ça ?"

Enfin... la bonne nouvelle c'est que personne n'aura à mourir de soif aujourd'hui. Il y avait juste assez de rations d'eau pour 4 personnes, et avec la mort d'Alendir, nous ne sommes plus 5. Il restait le problème de la nourriture.
Mais un autre petit miracle a eu lieu. Juste après s'être chargé tout seul d'enterrer la dépouille d'Alendir, Jehan a trouvé plusieurs kilos de viande fraiche ! Quelle chance ! Je me demande où il a bien pu dénicher tout ça ! Un animal local, peut-être ? Il n'a pas voulu répondre à mes questions.
La viande avait un drôle de goût, honnêtement, mais bon, c'était mieux que de mourir de faim.
Combien de temps allons-nous encore tenir ?


Jour 7 :
Toujours pas une goutte de pluie sur cette île. Nous n'avons survécu un jour de plus que parce que Salla a trouvé un panier garni en cherchant dans l'épave. Il y avait là assez pour que deux personnes s'empiffrent - ça avait été sans doute préparé par un couple qui comptait déjeuner sur le bastingage en amoureux. Au lieu de ça, ça permettra à quatre hommes de survivre pendant encore un jour ou deux.


Jour 9 :
Toujours pas de pluie.
Il ne nous reste qu'une seule bouteille d'eau pour 4 personnes. Un seul d'entre nous pourra survivre aujourd'hui.
Il va falloir voter pour ceux qui sont privés de rations, ceux qu'on laisse mourir.
C'est moi qui détient le totem magique que nous avions trouvé sur l'île à notre arrivée. Il me donne d'étranges pouvoirs de persuasion. Je ne pourrais pas combattre l'unanimité, mais s'il y a égalité dans les votes, c'est moi qu'on écoutera. Dure responsabilité.
En plus, nous sommes affaiblis. Le Russe, qui s'était enfin décidé à contribuer à la communauté en allant couper du bois, s'est fait mordre par un serpent. Il est malade et ne pourra pas assister au vote.
Qui n'aura pas d'eau aujourd'hui ?
Je suis prêt à voter pour Jehan. Après tout, c'est le seul d'entre nous à avoir du sang sur les mains. Il a tué Alendir, et il était instable et menaçant même avant ça.
Mais Jehan me persuade de voter pour Outremer.
"Il est malade, il nous sera inutile pendant un certain temps, il ne pourra ni pêcher, ni chercher de l'eau. En plus, moi, je suis trop essentiel pour vous. J'ai une canne à pêche. Elle nous permettra de pêcher plus de poissons. Si vous me laissez mourir de soif, je la casse en deux et je l'emporte avec moi dans la tombe. Vous êtes prévenus."
À regret je vote pour laisser le Russe mourir de soif. Celui-ci ne peut même pas se défendre en votant pour quelqu'un d'autre.

Ce rascal a été malin, cependant. Il a pris la décision plutôt bien. Il s'est écarté pour "mourir"... mais en prenant soin d'emporter une bouteille d'eau qu'il s'était réservée pour les cas d'urgence. Le fumier ! Il avait bien caché son jeu ! (Bon moi, j'ai gardé un sandwich dont j'ai parlé à personne, mais c'est pas pareil, on est en train de mourir de soif, pas de faim...)
Mais j'avoue, quand j'ai aperçu la bouteille qu'il tentait de dissimuler en s'éclipsant dans la jungle, je ne lui en ai pas spécialement voulu. En fait, j'espérais même secrètement qu'il avait gardé de l'eau pour lui. Comme ça, ça veut dire que personne n'est mort suite à ma décision.

Mais le problème était toujours le même.
Alendir mort, Outremer exilé. Il restait Jehan, Salla et moi, et une seule ration d'eau.
Un nouveau vote devait avoir lieu pour savoir qui serait privé d'eau.

Jehan m'avait déjà convaincu qu'il était nécessaire à la communauté, il s'attendait donc à ce que je vote avec lui contre Salla.
C'est logique. En même temps, ça doit vouloir dire qu'il garde assez d'eau planqué pour se sauver lui. Ou qu'il s'imagine que j'ai une réserve secrète, moi. Parce que de toute façon, utile à la communauté ou pas, il n'y a assez d'eau que pour un seul d'entre nous, et je ne vais pas voter pour me laisser mourir moi...

Bref, Salla vote contre Jehan, Jehan contre Salla.
Je vote aussi contre Salla, après tout, effectivement, c'est le moins utile d'entre nous. J'espère que le miracle aura lieu une seconde fois et qu'il n'aura en fait pas à mourir.
Et, effectivement, le miracle a lieu une seconde fois.

Salla est condamné par ce vote à ne pas recevoir de ration d'eau dans le partage des réserves du groupe... Mais il nous ressort une bouteille d'eau qu'il avait cachée sur lui. Il survivra donc à ce tour de vote. J'en suis soulagé. Encore une fois, ma décision n'a envoyé personne à la mort.
J'espérais que les choses allaient continuer ainsi mais...

Mais...

C'est là que je me suis rendu compte qu'ils allaient me tuer.

Outremer et Salla avaient déjà été votés comme ne recevant rien au partage de l'eau. On ne pouvait donc pas à nouveau voter contre eux. Le vote suivant devait déterminer qui, de Jehan ou moi, allait recevoir la seule portion d'eau collective restante.
Outremer, malade et exilé, ne votait pas.
Mais Salla, lui, bien qu'officiellement laissé "mort" par le partage, était toujours en vie, et pouvait toujours voter.

Ils étaient donc deux. Ils pouvaient tous les deux voter contre moi.
Même avec les pouvoirs du totem magique, je ne pouvais pas les contrer s'ils se mettaient tous les deux d'accord pour voter contre moi.

Je n'ai donc pas eu le choix.
J'ai sorti le révolver et ma seule cartouche et j'ai tué Salla.
C'est pas de ma faute.
Je n'avais vraiment pas le choix.
Si je le tuais pas, ils allaient voter contre moi et je ne veux pas mourir de soif !

Alors je l'ai tué. Je l'ai tué et j'ai récupéré ses affaires.
Lui n'était pas armé, mais il avait gardé 2 cartouches, que je me suis empressé de charger dans le barillet de mon revolver.
Malheureusement, il avait déjà vidé la bouteille d'eau qui lui avait sauvé la vie.

Il n'y avait donc toujours qu'une seule bouteille d'eau pour Jehan et moi.
La suite était prévisible.
Jehan a voté pour me laisser mourir de soif. J'ai voté pour le laisser mourir de soif, lui.
Nous n'avons pas réussi à nous mettre d'accord.
Alors j'ai utilisé le pouvoir du totem magique pour trancher le vote en ma faveur.

J'ai pris la seule ration d'eau restante et je l'ai regardé mourir de soif.
J'ai été avec lui jusqu'à la fin.

Je suis seul au feu de camp ce soir.
Seul.
Tout seul.


Jour 10 :
Il pleut. Un peu.
Outremer va mieux, ce soir.
Il n'est plus malade.
Il est resté malade toute la journée, de sorte à être complètement inutile pendant que moi je m'activais à collecter des vivres pour nous deux...
Mais là, par contre, il est suffisamment en forme pour voter.
Niveau nourriture, tout va bien. Mais niveau eau, il y en a que pour un seul. Nous devons voter pour qui sera privé d'eau.
Malédiction, je n'ai plus le totem magique.
Il me l'a pris.
Si je vote pour le laisser mourir et qu'il vote pour me laisser mourir, il se servira de ses pouvoirs pour me forcer à accepter de lui laisser l'eau.
Si je ne fais rien, je suis sûr de mourir !

Il... Il me reste mon revolver... et les 2 cartouches de Salla.
Je n'ai pas le choix.
Je n'ai pas le choix.


Jour 11 :
Pas une goutte de pluie pendant des jours, et maintenant ÇA !
Je n'avais jamais vu une telle tempête ! Il pleut des cordes !
J'ai de quoi récupérer assez d'eau pour boire ce soir et avoir des réserves pour deux jours de voyage.
Tant mieux, parce qu'il faut que je parte MAINTENANT !
C'est aujourd'hui ou jamais... le vent a tout détruit, emporté le campement, arraché les arbres... Même l'épave a été emportée vers le large par la montée des eaux, avant de s'enfoncer dans les profondeurs.
Heureusement pour moi, la mort de tous mes compagnons m'a laissé avec juste assez pour manger ce soir et avoir des rations de voyage pour un jour.
Avec le sandwich triangulaire lyophilisé que je garde avec moi depuis le naufrage, ça me fait juste assez pour survivre deux jours en tout.

Heureusement que Salla avait fabriqué un radeau dans les premiers jours où nous étions arrivés. À la base, on devait l'agrandir pour faire tenir 5 personnes. Mais avec la pénurie d'eau et de nourriture, tout le monde s'est concentré sur la collecte d'eau et la pêche depuis des jours, et il n'a jamais pu achever son oeuvre.
Comme nous étions cinq, puis quatre, ce "radeau à une place" ne nous servait à rien et tout le monde l'avait oublié.
Si la tempête ne l'avait pas jeté en plein milieu de mon chemin, je m'en serais probablement pas rappelé non plus.

Bref. J'ai de quoi manger et boire ce soir. J'ai un radeau "à une place". J'ai des rations d'eau et de nourriture pour deux jours.
L'île va apparemment être complètement engloutie par cette tempête infernale.
Je peux m'en sortir.
Je peux m'en sortir.


Jour 13 :
Comme prévu, deux jours de provision ont suffi.
Une fois la tempête calmée, j'ai dérivé sur le large moins de quarante-huit heures avant qu'un paquebot ne me repère.
Me voilà à bord.
Ils m'ont donné une sorte de gilet qu'on met aux rescapés de la noyade pour les réchauffer. Je pense que c'est juste pour me réconforter, parce que mes vêtements sont secs.
J'ai gagné.
J'ai survécu.

Mais à quel prix ?

J'ai des souvenirs qui me reviennent de la première nuit que nous avons passé tous ensemble sur l'île.
Les chants en plusieurs langues autour du feu de camp.
L'Anglais, l'Allemand, le Serbe... même le Russe. Oui, même lui, qui avait joué perso dès le premier jour, au moment de partager nos rations, il était venu chanter et rire avec nous autour du feu.
Et puis, lui ne s'est jamais révélé être un cannibale ou un meurtrier.
Ah, ce premier soir, où nous étions tous plein d'espoir. On avait peur, on avait froid, mais on était sûrs qu'on allait s'en sortir.

Qu'est-ce qu'on est devenus ?
Qu'est-ce que je suis devenu ?

J'ai encore un revolver.

Et une cartouche.
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#2
J'ai essayé de raconter la première partie (avec quelques libertés prises pour l'intérêt dramatique) mais au final, deux jours après, ma mémoire a sans doute mélangé des éléments des deux parties.
La première, en tout cas, s'est conclue par ma victoire et tous les autres morts.

La deuxième s'est conclue par soit la victoire de Jehan, soit la mort de tout le monde, je ne sais plus, mais en tout cas, je me souviens que j'ai menti à Jehan en lui disant qu'il me restait une seule ration (d'eau ou de nourriture, par contre, ça je ne sais plus) dans la main, et qu'il ma tué pour la récupérer, alors que j'en avais deux, et que si je lui avais dit la vérité, on avait une chance de survivre tous les deux.

NOTE 1 :
On a quand même pas eu de bol d'avoir trois tours de sècheresse d'affilé.
https://boardgamegeek.com/image/4324304/hellapagos
D'après cette image, il y a 3 jours secs à 0, 3 jours de beau temps à 1 eau par joueur collecteur, 3 jours de petite pluie à 2, 2 jours seulement de forte pluie à 3, et l'ouragan lui-même permet une collecte de 2 eau par joueur.

NOTE 2 :
Le site officiel propose des variante sympas Smile
http://www.galerapagos.com/variante
J'aime bien "Le Chef" (le chef est élu à chaque tour, plutôt que désigné par la carte Totem que l'on passe à droite à chaque tour) et je joue aussi presque naturellement en "Peace and Love" (on ne peut tirer que s'il y a pénurie), alors...
"Darwin Award" est rigolote aussi. Avec "La roulette galérapagossienne", ce sont deux variantes qui visent à ce que l'utilisation du revolver devienne plus hasardeuse (que juste l'existence de la plaque de tôle).
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#3
Lors de la première partie, j'avais commencé par fouiller l'épave dans l'espoir de trouver un revolver. Deux de mes objets de départ étaient des cartouches, mais je n'avais rien pour les tirer, ce que je trouvais quelque peu contrariant !

Au lieu d'un revolver, j'ai trouvé de l'eau croupie (celle qui m'a temporairement sauvé la vie, un peu plus tard). Lorsque j'ai fouillé de nouveau l'épave, un peu plus tard, j'ai cette fois découvert une magnifique brosse en plastique faite pour nettoyer des WC dont notre île n'était malheureusement pas pourvue.


La gestion de l'eau est clairement le point qui suscite le plus de crises. Il suffit de quelques mauvaises cartes météo (0 ou 1) d'affilée pour que la réserve d'eau collective ne soit plus suffisante.
Répondre
#4
Essayé avec mes amis au festival des jeux de Cannes en février dernier et on avait été trahi (et tués) mais ca n'avait pas aidé le traitre qui avait péri comme une merde ensuite... Big Grin
Répondre
#5
Il faut que je termine mon compte rendu de Runebound...
Galerapagos semble sympa avec du coop qui devient du chacun pour soi. J'imagine qu'une partie n'est pas trop longue? Du coup est-ce que c'est frustrant pour un joueur qui meurt le premier? Et question rejouabilité, vous pensez qu'on en a vite fait le tour ou qu'il reste sympa même après plusieurs parties?
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#6
Je suis pas la bonne personne pour répondre vu que sur les deux parties, j'ai survécu au moins jusqu'au début du dernier tour. Il faudrait demander à Alendir qui a été le premier éliminé.

Mais dans l'ensemble, oui, c'est assez court. Minimum 6 tours, maximum 12, et la plupart des tours vont très vite. Dans la règle de base, il y a les règles de "tournoi" qui revient à compter les points à chaque fin de partie (on récompense soit les plus coopératifs : tu gagnes autant de points qu'il y a de joueurs qui ont survécu avec toi, soit la compétition/trahison : moins il y en a qui survivent avec toi, plus tu gagnes plus de points).
On peut sans doute faire 2-3 parties en fin de soirée et le vainqueur c'est celui qui a le plus de points à la fin. Un peu comme Love Letter, même si les "manches" doivent être un peu plus longues qu'à Love Letter.
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#7
Si je comprends bien on peut décider de jouer intégralement coopératif?
C'est intéressant si on peut paramétrer pour faire des variantes vraie coopération / vrais coups fourrés.
Peut-être commencer en coopération pour éviter l'écueil du joueur quittant la partie prématurément, puis assez vite passer à des parties plus intéressantes...
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#8
(19/11/2018, 18:51)tholdur a écrit : Si je comprends bien on peut décider de jouer intégralement coopératif?

Dans ce jeu, on ne poignarde pas les autres juste pour le plaisir (même si c'est bien sûr un plaisir), on y est souvent obligé. À la fin de chaque tour, si le groupe n'a pas assez d'eau et/ou de nourriture, il faut voter pour sacrifier des gens (qui peuvent se sauver s'ils ont de l'eau ou de la nourriture dans leur inventaire personnel).

En fin de partie, lorsque survient l'ouragan qui rend le départ obligatoire, il est par ailleurs possible que le radeau ne soit pas assez grand pour tout le monde, ou qu'il n'y ait pas assez d'eau et/ou de nourriture pour tous les passagers.
Répondre
#9
Testé Galerapagos hier soir, à 6 joueurs. Nous n'avons pas brillé car nous sommes tous morts (fin "hécatombe"). Je pense qu'on s'est trop concentré sur les radeaux (et en tombant malades) au lieu de pêcher et récolter de l'eau.

Dans le genre semi-coop, ou plutôt coop qui dérive petit à petit en chacun pour soi, j'ai préféré Cerbère. Mais avec une seule partie à mon actif pour les 2 jeux, c'est difficile d'avoir un avis complètement définitif. Je laisserai sans doute une autre chance à Galérapagos, si mes comparses sont d'accord (enfin comparses c'est vite dit, vu qu'ils m'ont laissé mourir le premier^^).
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#10
Oui c'est le coté fun du jeu : trahir bien comme il faut pour ... être trahi un tour après Big Grin
Répondre
#11
Testé Galérapagos cet été : c'est vraiment un excellent jeu, très fun à plusieurs (nous étions 8, de mémoire), avec plein de trouvailles sympas.

C'était très coopératif au début, très organisé, nous avons vite engrangé vivres, eau et bois. Mais à 8 les réserves s'amenuisent vitesse grand V.

Beaucoup ont été bonnes âmes et ont offert des vivres avant les votes.

Puis ça a dégénéré : l'un a sorti les somnifères, le gourdin, le flingue, les balles, a tué quelqu'un... C'était génial.^^ (il ne l'a pas emporté au paradis)

J'ai fait partie des 3 survivants (dont une que j'ai ressuscitée).
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)