[Escape Book] Prisonnier de l'Overworld
#1
Auteur : Irving LE HEN, qui organise des Escape Games. Illustré par SABOTEN.


Petite intro. On joue Charlie, un blondinet qui redouble son CM2, amateur d'échecs et de Minecraft. Les échecs : « Dix minutes pour savoir comment jouer, toute une vie pour savoir quoi jouer ». Minecraft, « plus qu'un jeu pour mes amis et moi, un espace de liberté ! »
Les amis : les co-équipiers Alex et Pina, des jumeaux au caractère dissemblable. L'une aime jouer avec les lettres et faire exploser des trucs (Pina, celle avec la capuche), l'autre (Alex) semble davantage en retrait, plus raisonnable, le genre pépère.


ECHAP, ECHAP... JE N'ARRIVE PAS A QUITTER LE JEU !
Pour sauver le mini-monde minecraftien qu'ils ont créé et qu'un pirate informatique leur a dérobé, nos héros vont être entraînés au cœur de l'univers virtuel (l'Overworld) pour affronter un Boss venu du Neither (sorte d'Enfer ou d'Inframonde)... Le script peut évoquer le premier roman de Liam O’Donnell (même éditeur, couverture proche : un hasard ? Je ne crois pas. Au fait, c'est traduit par notre camarade de La Taverne, Gief). Ou le film Tron, où tout le cyberespace se retrouve menacé par un programme d'échecs mégalomane. Sauf que là, nos héros ne sont pas "aspirés" dans le jeu, ils restent devant leur PC / console. Pina ira même faire une p'tite sieste IRL à un moment. Autrement dit, cet EB est... un jeu à propos d'un jeu. Derrière notre livre, on incarne un héros derrière son écran qui incarne un avatar à tête de cube. Plongée vertigineuse.

Pour la suite, on naviguera clairement dans du Minecraft : biome, stuff, spawn et respawn, craft... Les amateurs du jeu seront ravis, les autres devront un peu deviner, ou liront le Glossaire à la fin.


IMPRESSIONS DE LECTURE
J'ai clairement passé un bon moment. Mener un groupe, sauter de lieu en lieu sans savoir où on arrivera... Par ailleurs, je suis littéraire, alors ces énigmes à base de jeux sur les mots, sur les lettres, ça me parle davantage que des énigmes mathématiques. J'ai bloqué devant trois énigmes, mais comme d'autres l'ont remarqué ailleurs, la mécanique est facile à reconstituer : on sait où chercher pour s'aider (tables) et si vraiment on coince, où continuer. En parlant d'être souple avec les règles, je n'ai pas appliqué la règle "recommencer en cas de PFA" (mais qui le fait ?) ni joué les combats.

Le ton d'écriture est léger, quelques mots d'esprits par-ci, par-là. L'ingéniosité consiste ici à en "rester" à un jeu en apparence simple, comme le graphisme Minecraft en revient aux pixels sans être moins prenant pour autant : pas besoin de grosses mécaniques pour s'amuser. Bien que la cible soit des enfants et jeunes ados, le style n'en est pas affecté : les grands frères et grandes soeurs peuvent lire aussi, et même les parents qui se demandent ce que c'est ce bizarre jeu de LegoTM à gros pixels ! Les illustrations sont nombreuses et (cas unique dans les EB pour le moment) en couleurs !

Temps de lecture : une après-midi (en comptant la pause choco-BN). Question rythme, j'aurais peut-être vu ça un petit peu plus court : un chapitre de moins, le 5, pour conserver un rythme haletant entre les courses-poursuite du chapitre 4 et le twist du chapitre 6. Comme on dit dans ces cas-là, ce n'est que mon humble avis.


REGLES
Les règles, que j'ai bien envie de résumer en anagramme :

Explorer l'un après l'autre les 6 chapitres ou « biomes ». Chaque chapitre commence par une carte avec des lieux numérotés. On se promène jusqu'à trouver le portail pour passer au chapitre suivant.

Surveiller vos pieds : ramasser des objets pour notre Inventaire. Sans descriptif des objets, qui sont supposés connus : Pierre, Fer, Pioche, Diorite, etc. On fabriquera certains objets nous-mêmes grâce à la table de Transmutation (Four + Fer donne telle arme).

Combinaisons (par exemple TNT + mur = mur cassé), mécanisme typique des Escape Books.

Affronter : règles de combat, POINTS DE VIE, protection, dégâts. On regagne des PV en mangeant de la Viande. Cuite, elle rapporte 2x plus. Les fans de DF penseront au Gouffres de la Cruauté.

Pas de godmode : si on échoue on recommence (ah ah !). Donc pas de paragraphes détaillés de Game Over à la fin (mécanisme appliqué dans la série depuis Prisonnier des Morts de Frédéric Dorne).

Ecouter Pina : si dans tel lieu Pina nous parle et qu'on accepte de l'écouter Big Grin on peut lire ce qu'elle dit dans le mini-paragraphe I. Pas de mécanisme de Conversations (là aussi, mécanisme appliqué depuis Prisonnier des Morts).


Pour la suite, looongue tartine. Je vais vous raconter mon parcours en tâchant de ne rien divulguer d'essentiel et d'attiser en vous une envie frénétique de lire Twisted Si toutefois vous voulez garder toute la fraicheur de la découverte, ne cliquez pas sur la balise spoiler, voilà tout.

Show ContentSpoiler:

Une lecture très sympa Smile Mébon, je vais laisser les EB de côté un moment pour lire les AVH qui me restent à lire pour les Yaz, c'est + urgent.

Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)