Mini-Yaz 2017 Stanley Bradfford (Sunkmanitu)
#16
Merci mon brave Sukumvit, ta critique fait plaisir je me voyais mal (très mal) parti pour un retour aux avh's...

Effectivement j'ai fait l'erreur de relire l'avh beaucoup trop tôt après avoir fini la rédaction. Trop pressé que j'étais de revenir en piste après plusieurs années d’absence moi aussi Wink. Je prendrais plus de recul pour ma prochaine avh...
Pour les fins j'ai merdouillé également, encore une fois cette année c'est l'excitation et la joie de revenir à l'écriture qui m'a fait commettre des erreurs toutes bêtes. Faudra que je corrige tout cela dans une version revue.


Show ContentSpoiler:


Merci pour tes compliments concernant l'immersion, les détails, et le ton, très heureux que tu aimé.

Je ne lâche rien et une prochaine avh est déjà en chantier...

A tout bientôt Sukumvit Wink
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#17
Encore une très bonne AVH pour ce concours. Je n'ai eu que la troisième meilleure fin mais je ne sais pas si j'aurai le temps de retenter le coup d'ici le vote... Alors, sans déflorer l'AVH on peut dire qu'on joue ici un vampire, ce qui est à la fois original mais pas unique en son genre non plus. Le gros point fort sont le style et le ton et le côté duel. Les incises du narrateur, qui ajoutent un style à la Brennan, sont vraiment bien dosées, ce qui n'était pas forcément gagné au départ. Et puis elles ajoutent un vrai plus dans la narration, donc ce n'est pas un simple artifice.
L'immersion est bonne, le duel est haletant, le seul point noir c'est les règles, pas forcément très claires (on jette les dés pour savoir qui frappe d'abord ou qui touche ?). Mais on s'en sort quand même, avec l'expérience des DF, finalement c'est bien dosé mais un peu nébuleux...
Merci pour ce petit voyage en Ecosse !
Répondre
#18
Merci pour ton retour !
Tes compliments sont directs et sincères et ton commentaire est clair : l'exact opposé de mes règles pour le coup !
Effectivement tu as déduit que celui qui obtient le plus haut score "frappe" donc "touche".
Heureux que tu aies aimé le voyage et l'immersion dans ce château...
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#19
Allez, c'est mon tour !

Dans l'Écosse plus ou moins victorienne, de sombres évènements finissent par pousser les villageois d'un coin paumé (pléonasme, on parlait d'Écosse après tout) à aller faire la peau de leur seigneur, qu'ils imaginent (avec raison) tripotant le surnaturel. Mais quelques surprises les attendent...

En ce qui me concerne, bilan relativement mitigé sur cette AVH, que je trouve assez bicéphale dans son ensemble, ayant le plus souvent défauts et qualités arrivant par paire.

Un ton résolument humoristique, qui est assez réussi (j'ai souri à pas mal de vannes, et franchement rigolé une ou deux fois) mais qui rend assez difficile l'immersion (dur de prendre l'histoire au sérieux quand le narrateur est constamment en train de blaguer). Il s'agit probablement de préférences personnelles, mais vu que c'est mon retour, forcément ça joue. Je ne peux pas vraiment dire que c'est un "défaut", mais c'est parmi les deux éléments qui m'ont le plus rebuté.

Le premier twist (celui du début) est bien amené, mais le second (celui, ben, de la fin), bien que pas mal pensé dans l'idée, tombe un peu à plat, probablement victime d'un problème cité plus bas.

L'histoire par elle-même est une chasse dans le château. Si l'idée est en soit louable, j'avoue que les évènements ne m'ont pas vraiment convaincu. L'arbitraire des choix à effectuer pour qu'ils s'enchaînent de la manière voulue y est probablement pour quelque-chose, mais je pense que c'est l'immersion qui m'a fait défaut.

Enfin, le style est, là, franchement tranché en deux. D'un côté on a des descriptions vraiment bien écrites, et même si l'aspect déconnade ne fonctionne pas sur moi, il est dans l'ensemble plus que correct. Cette moitié là, peu à redire.
En revanche, et c'est pour moi LE gros point noir de cette AVH, la qualité des dialogues est vraiment plusieurs crans en-dessous. Ils ne font absolument pas naturels, et sonnent complètement faux (et cela rend le point de départ de toute l'aventure, basé sur une absence de communication bizarre, difficile à avaler).

Bon, dans l'ensemble attention, ce n'est pas mauvais. Comme je l'ai dit, hors dialogue l'écriture est bonne, le thème est respecté et l'idée générale est originale. J'ai juste un problème niveau immersion, et malheureusement il s'agit du point central de mon appréciation d'une AVH, d'où un sentiment ambivalent dans l'ensemble.
La violence n'est pas la bonne réponse !
La violence est la question. La bonne réponse est "oui".
Répondre
#20
Merci pour tout retour totalement logique et dans la lignée des autres qui trouvent l'avh "mi figue mi raisin".
J'ai merdé, voilà la vérité.
Je me rattraperais sur la prochaine Wink
Par contre pourquoi les dialogues sonnent faux ? Trop familiers ? Trop illogiques ?

Merci en tout cas pour ta lecture et ton retour !
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#21
(18/07/2017, 05:47)sunkmanitu a écrit : Par contre pourquoi les dialogues sonnent faux ? Trop familiers ? Trop illogiques ?


Un dialogue qui sonne faux, c'est surtout un dialogue où l'on n'arrive pas à imaginer des personnes réelles s'exprimer ainsi (le français est particulièrement sensible à ce sujet, vu la différence nette entre la langue écrite et la langue parlée, y'a un terme technique pour ça mais j'ai oublié).
Une discussion entre des personnes, même formelle, ne ressemble pas du tout à une description littéraire.

Je soupçonne qu'une raison principale est le décalage entre le contexte de l'auteur (voulant transmettre des informations via un support descriptif) et celui du personnage de la discussion (échangeant avec une personne dans un contexte plus global, qui intègre le langage du corps, le lieu, le ton, etc.), et que l'on se retrouve alors avec du descriptif superflu émaillant le dialogue.

Je dirais qu'un test pour savoir si un dialogue sonne juste, est de s'imaginer la scène comme dans un film, ou de s'imaginer que l'on vive la scène, et de voir si ce qui est dit semble naturel dans ce contexte, ou forcé/artificiel.
Et j'ajouterais que c'est un problème que je rencontre assez souvent dans les AVH, et probablement une de mes plus fréquentes critique ^^

Plus spécifiquement pour ton AVH, les problèmes que j'ai eu avec les dialogues :
- Comme décrit plus haut, un fréquent décalage de ton, avec des gens qui parlent "comme un livre" (particulièrement avec le langage ampoulé du Lord, probablement pour montrer son éducation).
- Les éléments descriptifs dans les discussions, qui donnent cette impression qu'ils sont en train de décrire la scène à une personne extérieure au lieu de la vivre.
- Les sautes d'humeur du Lord, et ses insultes limite parodiques. Il aurait été plus naturel de décrire la colère grandissante, le changement d'expression, les poings qui se serrent, les pensées du Lord, et le faire réagir sur un ton plus cohérent avec le reste de sa personalité.


Voilà, en espérant avoir été constructif ^^
La violence n'est pas la bonne réponse !
La violence est la question. La bonne réponse est "oui".
Répondre
#22
MErci pour le précis technique ! Je vois effectivement ce que tu veux dire. À travailler donc pour l'avh suivante Smile
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#23
Ecrit sans avoir lu les autres remarques, désolé pour les points qui auraient déjà été soulevés.

Une aventure de Sunkmanitu, où nous incarnons Stanley Braddford, un seigneur écossais vampire. Nous vivons reclus dans notre château hérité de notre clan, quand, suite à une série de meurtre d'humains et de bétails dans la région, un pécore du coin décide de se la jouer Belmont et de venir visiter notre château et mettre un terme à notre existence.
L'aventure pourrait évoquer l'aventure de Dracula dans le Château de Dracula de Brennan, dans la mesure où nous incarnons un vampire devant protéger notre château, mais elle est ici bien mieux menée. Le système de règles m'a semblé convenablement utilisé : deux caractéristiques (habileté et magnétisme) pour les tests, des points de vie, un système de combat avec jet en opposition qui ne sert pas vraiment en dehors du combat final, et une compétence à choisir parmi trois, le tout ne m'a pas semblé déséquilibré. Il m'a fallut trois tentatives pour arriver à la fin la plus mauvaise, une quatrième m'a permis de découvrir une autre fin et enfin la cinquième m'a amené à la meilleure fin.
Le style est particulier, avec des interventions dans la narration qui s'adresse directement au seigneur Braddford. Est-ce la conscience du vampire ? Je pensais que je n'allais pas y adhérer au début, mais au final, ça passe. Les pensées de Stanley semblent assez amères, la relation conflictuelle de sa famille avec le voisinage est évoquée, et son passé se découvre au cours de l'histoire. Ceci ne m'a pas empêché d'apprécier de jouer ce personnage, finalement assez atypique. Même si on doute de ses intentions, on comprend assez vite qu'il ne souhaite que vivre dans son coin. Contrairement à son homologue des Carpates dans l'aventure de Brennan, Braddford ne découvre pas son château, chaque déplacement proposé est justifié par une intention, et la façon dont on se déplace, notamment dans les hauteurs du château, montre que nous sommes le seigneur des lieux que nous connaissons par cœur. Voir l'enquiquineur de haut et essayer de s'en débarrasser avec divers moyens est assez plaisants je dois l'avouer. En fait, c'est toute cette confrontation qui est brillamment menée.
Show Contentles fins:

Autre point un peu en dessous,
Show Contentrévélation:

Mais hormis ces points, c'est à mon avis une bonne aventure. On pourrait d'ailleurs définir une sorte de sous-genre chateau-du-sorcier-like pour décrire ce genre d'aventure où nous devons nous défendre sur notre propre territoire, car pour le coup elle y contribuerait avec ses situations originales et bien menées.
Répondre
#24
L'essentiel de ton retour va dans le même sens que le ressenti général des copains : certains choses n'ont pas été traitées correctement.
Les choix arbitraires concernant les fins différentes, le ton général employé, les péripéties logiques ou non durant la traque.
Mon analyse restera donc la même : je n'ai pas su gérer les paragraphes au mieux, je n'ai pas su entretenir à la fois une intrigue et un ton homogène sur la durée de l'avh, je me suis trop précipité dans la réflexion concernant la répartition des actions (le storyboard en fait).
En clair j'étais trop excité de reprendre l'écriture après plusieurs années de break et j'ai plongé dans des erreurs typiques de débutant !
Le point positif est que ça me servira de leçon pour une future avh.

Tu as l'air d'avoir aimé tout de même ce qui me rassure, au moins tu as voyagé durant quelques instants !
Merci donc pour ton retour et pour ton analyse détaillée. Wink
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#25
Il y a de très bons ingrédients, qui ont fait le succès de Georges le Zombie (humour) et rappellent le château du sorcier [message à Outremer pour qu'il remette cette "grande mini-AVH" sur Litteraction "comme convenu"] ou plutôt du vampire (comment faire face à l'envahisseur), mais la sauce ne prend pas tout à fait.
L'humour ne fonctionne pas autant qu'il devrait car on a affaire à un noble, un aristocrate, et l'humour potache qui colle tout à fait avec le personnage du zombie passe moins bien avec l'aristo. Je pense qu'un humour plus mesquin, moins drôle finalement, une sorte de pseudo-humour "de riche" dont on pourrait se moquer fonctionnerait mieux. Mais l'humour en lui même, hors contexte "aristo", est souvent très bon.
Pour l'invasion, je suis tombé deux fois sur la mauvaise fin, sans comprendre comment en trouver de meilleures (j'ai compulsé les sections pour cela), et surtout pourquoi les trouver. J'ai donc aussi éprouvé le fameux sentiment d'arbitraire, même si ce n'est pas tout à fait de la même manière que pour Ora est Labora ou Incarnations. Ici on a bien des choix, des interactions, mais pour au final se sentir injustement (et donc arbitrairement) grugé par la mauvaise fin. Il fallait donner des indices et ne pas nous donner un "faux objectif". Même en sachant à ma deuxième tentative qu'il fallait procéder autrement, je n'ai pas trouvé le moyen de réussir à changer de mode d'approche. Donc frustré une première fois par le fait d'avoir rempli la mission correctement et de s'entendre dire que c'est raté, et frustré la deuxième fois de ne pas avoir eu l'emprise nécessaire pour réussir à trouver le bon chemin. La bonne fin semble trop en décalage avec l'humour sous-jacent. Elle est plus poignante, plus raisonnable, plus tragique. Je pense qu'elle mériterait d'avoir une petite touche "déconnante" comme une réflexion du genre
Show ContentSpoiler:
pour faire écho au spoiler de Salla.
J'aime bien aussi le principe de donner un titre à chaque section, comme c'était le cas pour Georges le Zombi. Cela donne une identité certaine au récit sans être anti-immersif. Je n'ai pas eu le temps de rejouer à la loyale, mais la rejouabilité est là également. Malgré le grand écart avec le côté burlesque du début et le "tragique" de la fin, j'ai quand même bien apprécié dans l'ensemble.
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#26
Au fait je t'ai laissé une question en commentaire sur "Le Voyage Initiatique" sur Litteraction.
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#27
En lisant cette AVH, j'ai tout de suite pensé au "Château du Sorcier", d'Outremer. Alors certes, elle n'atteint pas l'excellence de son ainé, mais j'ai tout de même passé un très bon moment.

Les protagonistes sont bien décrit (le personnage du comte en particulier m'est apparu très attachant), et j'ai trouvé la narration très agréable, avec parfois quelques exagérations et facilités dans les dialogues, mais j'ai trouvé que cela collait bien au ton sinistro-humoristique de l'aventure. En plus, ça m'a rappelé une BD que j'avais bien aimé alors que j'étais enfant, "Minacula le vampire", je ne sais pas si ce titre évoque quelque chose à quelqu'un...

https://www.bedetheque.com/BD-Minacula-l...38948.html

Le château est bien décrit, l'aventure pas trop linéaire, et c'est un plaisir de la recommencer en essayant d'obtenir à chaque fois une meilleure fin.

Le scénario est bien pensé, mais j'ai vraiment regretté que la femme du comte soit déjà morte au moment où débute l'aventure... J'aurais trouvé génial que les deux héros s'allient pour mettre fin à ses méfaits. En plus, cela aurait réglé le problème soulevé plus haut de l'incompréhension du comte face aux griefs soulevés par le chasseur (si sa femme avait commis ses méfaits dans son dos). Mais ça, c'est ce que j'aurais aimé lire, pas forcément ce que tu avais envie d'écrire! Wink
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)