La onzième horde (Laurent Pendarias)
#1
C'est disponible ici:
https://dl.dropboxusercontent.com/u/3808...index.html

C'est très fidèle à l'univers de la Horde du Contrevent mais je suis resté sur ma faim. Cela manque cruellement de description des personnages! On est balancé dans l'histoire de manière très directe, comme dans le roman, sans trop savoir le pourquoi du comment. Mais dans le roman on recollait au fur et à mesure les morceaux avec des personnages qui prenaient peu à peu consistance. Là on reste malheureusement toujours dans le flou et c'est frustrant. Il y a matière à en faire quelque chose de très bien car la structure de l'histoire est en place. Il faut que l'auteur étoffe son texte de manière conséquente pour insuffler une âme aux protagonistes de cette aventure.
Ceux qui n'ont pas lu le roman risquent fort de ne pas apprécier car ils seront complètement largués, hermétiques aux très nombreuses références qui parsèment le texte, compréhensibles aux (et appréciables par les) seuls connaisseurs du bouquin.

En l'état, je dirai que c'est une aventure à réserver aux fans indulgents.

nb: il y a aussi quelques bugs. Un de mes personnages mort avait une ligne de dialogue vers la fin de l'aventure, et toujours vers la fin je suis tombé sur un lien mort.
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#2
Combien de § au total ?
Répondre
#3
Difficile de donner le nombre de §. La dernière version fut réalisée avec un programme américain, ChoiceScript. Nous avons pu compter les mots (10 000) mais pas les paragraphes.

Et je devrais peut-être écrire une présentation avant de parler du programme...
Une histoire qui change selon l'heure, la météo et la géolocalisation, c'est possible avec Via Fabula.
Répondre
#4
Déjà, bonjour à tous et merci d'accueillir notre jeu sur votre site Smile

Je réexplique rapidement l'historique du projet:
Ceux qui suivent Alain Damasio savent que le studio Forge menait différents projets depuis 2012 pour adapter La Horde du Contrevent en BD, en série animée et en jeu vidéo. Le livre est un énorme succès (120 000 exemplaires vendus, seulement pour la France) et l'univers extrêmement riche. L'année 2015 a connu deux campagnes kickstarter et Folio SF (l'actuel éditeur du roman) avait organisé un concours de fanfics cet été-là. A cette occasion, nous avons voulu concevoir un jeu vidéo en hommage à l'univers (avec l'autorisation de Folio SF).

Avec plusieurs camarades, appartenant à différents studios, nous avons conçu une fiction interactive d'après le roman La Horde du Contrevent d'Alain Damasio. On a fait ça bénévolement pendant 6 mois, en plus de nos projets pro, avec une certaine appréhension. En France les "livres-jeux" ne sont pas reconnus comme dans le monde anglo-saxon (je pense notamment à Choice of Game aux USA qui a obtenu que ses scénaristes soient reconnus comme de "vrais" auteurs américains). J'ai plusieurs collègues écrivains qui ont publié en France dans cette veine mais apparemment les ventes (voire les téléchargements pour les versions gratuites) sont très bas.

Finalement, bonne surprise! Folio valide l'idée. Nos collègues d'ActuSF nous ont transmis les enregistrements des Utopiales: Alain Damasio et Pascal Godbillon nous ont fait des super retours: ils ont présenté le jeu 5 minutes aux Utopiales. Ils ont bien aimé l'univers, le style et la mécanique de jeu dynamique. Ils ont aussi souligné l'extrême difficulté... (on nous fait souvent la remarque...) Et FolioSF a décidé de partager le jeu sur son FB et sur leur site officiel. C'est une sacrée reconnaissance du format "livre dont vous êtes le héros", qui nous a fait très plaisir.

Il ne s'agit pas à proprement parler d'une "fiction interactive" jouable au clavier du genre "parseur". Au final, notre dernière version prend la forme d'un "livre dont vous êtes le héros". Nous avons réemployé le programme ChoiceScript (avec l'autorisation du créateur). Des collègues, plus spécialisés en FI, m'ont dit qu'apparemment personne ne l'utilisait en français. C'est dommage. C'est un Twine amélioré et j'espère pouvoir retravailler dessus. J'attends l'interface traduite en française.

Comme je suis issu du milieu littéraire et que je travaille depuis peu dans le jeu vidéo, je connaissais assez peu ce monde des fictions interactives (et leurs dérivées), j'étais resté à l'époque des livres (Loup solitaire, Défis fantastiques) mais c'est extrêmement intéressant. Le potentiel de création est illimité et je m'étonne que ce format soit "presque" abandonné par les éditeurs. Du coup, je suis heureux de constater qu'il existe en France une communauté dynamique qui archive et continue de créer des nouveautés.

Pour ceux qui s'intéressent aux questions techniques, Louis notre programmeur a fait un petit dossier montrant différentes étapes du projet (comment on passe de Excel à Twine, Unity Playmaker, puis C# et enfin ChoiceScript):http://louis-denizet.fr/la-onzieme-horde/

Je m'exprime à titre personnel mais j'imagine que mes sentiments sont partagés: j'ai été extrêmement déçu d'apprendre que les projets autour de la Horde ont été abandonnés fin 2015. Pour une fois qu'on a un grand projet transmédia de qualité en France...

Merci à Tholdur pour les retours, je comprends bien les remarques ci-dessus. Certains points pourraient être améliorés. J'attends qu'un collègue programmeur débugue. On avait prévu d'autres versions plus complètes (avec l'utilisation du carnet de contre par exemple) et on a manqué de temps. J'aimerais beaucoup créer une version plus complète (en étoffant les personnages et l'histoire).
Une histoire qui change selon l'heure, la météo et la géolocalisation, c'est possible avec Via Fabula.
Répondre
#5
Ça m'a fait très plaisir de replonger dans cet univers et jouer à cette aventure me donne envie de relire le livre !
Toutefois, cet essai s'est heurté à quelques difficultés : je ne me souviens plus des sigles ni de la notation du vent... Tholdur a raison : nous avons là un texte assez hermétique. J'ajouterais qu'il est excessivement condensé. Autrement, le style très épuré m'a plu.

Dommage que les projets autour de la Horde aient échoué. Mais vous êtes là pour reprendre le flambeau, pas vrai ? Contre vents et marées !
Répondre
#6
Très bonne idée de plancher sur une version plus complète! Ce serait sympa! Big Grin
Un autre point qui peut rebuter le lecteur c'est l'aspect totalement aléatoire de certains choix, ou l'absence d'indices probants.
Pour illustrer le premier point, je prends le passage des chrones: c'est au petit bonheur la chance de s'en sortir ou de mourir, et dans ce cas quand on tombe sur le PFA mortel c'est frustrant. On n'avait aucun moyen de l'éviter par le raisonnement.
Pour le deuxième quand on choisit un traceur remplaçant. J'ai choisi un pilier (celui qui avait l'air de moins chouiner que l'autre!) parce que je me suis dit que ce n'était pas vraiment un rôle pour une aéromaîtresse ou feuleuse, mais sans connaître le bouquin c'est plus délicat, bien que le terme "pilier" puisse quand même orienter. Mais pourquoi plus Castor ou Pollux, si c'est comme Horst et Karst c'est bonnet blanc et blanc bonnet. Je ne sais pas trop quelle conséquence ce choix a eu sur le déroulement de l'histoire. A un moment mon traceur remplaçant s'est fait buter mais l'histoire se poursuit après un laconique constat sur sa mort.
J'ai donc eu l'impression d'avoir un choix à faire sans assez d'élément pour me guider, et ensuite aucun moyen de savoir si ce choix était plus ou moins bon, s'il avait eu une conséquence tangible pour la suite de l'aventure.

En suggestion je dirai une intro plus longue, qui parlerai un peu plus de la mort des autres hordiers, et comment les 4 restants ont fait pour réussir à prendre de l'avance sur le tueur.
Il me semble que le code Ker Derban, si le poursuiteur tue le Traceur, l'interdit de tuer les autres hordiers, ou c'est l'inverse je ne me souviens plus, et qu'il peut tuer tout le monde sauf le traceur?
Peut-être accentuer le fait qu'un traceur c'est l'âme de la Horde, celui qui fait et défait les hordiers (hordonne et déshordonne), pour montrer que sans lui, c'est foutu pour la suite à 95%. Celà augmenterait la sensation de vulnérabilité, d'être vraiment aux abois. Et trouver une bonne raison pour que les 4 restants soient TOUS d'accord pour continuer. Je pense qu'il devrait y avoir des tensions dans le groupe autre que pour la fatigue et l'envie de se reposer, certains devraient vouloir renoncer tout simplement dans une telle situation.

Pour le combat, normalement seul le combattant protecteur (et dans une moindre mesure le traceur) ont reçu la formation adéquate à Ker Derban. Donc personne parmi les 4 hordiers restant ne pourrait décemment affronter bille en tête un maître foudre. C'est pour moi une forte incohérence. D'ailleurs il faut signaler que ce type est assez nul pour se faire chopper par des chrones je trouve qu'il ne mérite pas vraiment son titre Mrgreen

J'avais lu qu'un film d'animation sur la Horde du Contrevent était prévu, il est annulé lui aussi? Sad
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#7
Merci Lucius Smile

Cela me fait plaisir de discuter de la Horde avec des connaisseurs Smile

J'avais noté cet élément quand j'avais lu le roman et j'ai tout relu à fond en prévision du projet. D'après leur système, le Maître Foudre a le droit de massacrer toute la Horde s'il bat le Protecteur. Et je prenais ce cas de figure.

Mais cela me semblait tellement... opposé à l'idée de la Horde (qui passe toute sa vie à aller de l'avant) que d'abandonner et d'accepter de se faire massacrer. Je me disais qu'à leur place j'aurais tout fait pour (au moins) passer le carnet à la génération suivante.

J'avais écrit plusieurs versions du scénario mais ça ne convenait pas forcément à notre support (par exemple sous Unity, on a Playmaker qui est assez pratique... mais ça devient vite "pharaonique" si on offre trop de choix). J'avais épluché le roman pour trouver des épreuves et des réflexes de hordier. Par exemple, le hordier ne se cache jamais dans un puits parce qu'il sait qu'il sera bloqué. Et la 36e horde croise un chrone noir à la fin du roman (qui absorbe tout).

Après je suis d'accord qu'il y a des points de scénario/gameplay à débattre. Alain Damasio a relevé une erreur: en lisant le premier chapitre, je pensais qu'il fallait respirer à travers le masque de contre ET dos au vent. Finalement l'auteur dit qu'on peut respirer à travers le masque.

Concernant le "film". Forge avait des propositions de financement américains. Ils ont refusé: ils ne voulaient pas faire un énième Marvel. C'est un univers intelligent (avec plein de références à Nietzsche et Deleuze). Vers la fin Forge avait plutôt le projet d'une série d'animation. La saison 1 aurait dû couvrir la première moitié du roman. Le kickstarter à 75000 devait servir à financer les 5 premières minutes. Mais c'est tellement dommage que les projets soient arrêtés. La Horde est un best-seller en France mais est peu connu hors des frontières. En réalisant notre jeu on voulait montrer l'implication des fans (et on est pas seuls: on trouve une centaine de fanfics sur internet), montrer qu'il y a un public motivé pour soutenir l'univers.
Une histoire qui change selon l'heure, la météo et la géolocalisation, c'est possible avec Via Fabula.
Répondre
#8
[Image: la-11-10.jpg]

La Onzième Horde

Ma Onzième Horde a enfin pu rentrer au bercail saine et sauve (enfin pour les 4 survivants). Il ressort de mes premiers pas dans les livres-jeux numériques de Adrenalivre une certaine frustration. J'ai dû recommencer une bonne vingtaine de fois l'aventure depuis le début car les choix menant à une mort directe sont extrêmement nombreux. Le problème c'est qu'il n'y a aucun point de sauvegarde contrairement aux livres-jeux de Tin Man Games où l'option nous est donnée. Ici deux points de sauvegarde auraient suffit : un à l'entrée du village et un autre à la sortie. Autrement on est obligé de dérouler sans cesse les mêmes choix jusqu'à trouver les bons. Et si on se prend à explorer un peu histoire de rendre ça moins frustrant : paf un PFA, tu peux recommencer depuis le début...

Passé ce mauvais ressenti au niveau gameplay, il en ressort un univers intéressant et original (tiré d'une nouvelle que je ne connaissais pas). Les critiques faites dans les retours ci-dessus ont l'air d'avoir été prises en compte car le lecteur peut en apprendre plus sur les personnages en les questionnant. Au moins une romance est d'ailleurs possible ce qui modifie le contenu de l'épilogue. Il existe aussi un didacticiel et un glossaire (bien cachés cependant dans le carnet de contre, il faut penser à le consulter) et une intro facultative. Finalement l'aventure se révèle assez courte pour arriver à la victoire, c'est surtout les nombreuses tentatives pour avoir le bon chemin qui prennent du temps. Je pense qu'on est dans l'équivalent d'une de nos AVH de 50 à 100 sections, pas plus.

Point appréciable, il existe pas mal d'indices qui nous éclairent sur la fin du parcours, d'ailleurs cette dernière partie a été la plus aisée pour moi une fois informé de ces indices. J'ai surtout énormément galéré dans le village. La carte interactive dudit village qui se met à jour en fonction de notre progression est d'ailleurs une bonne idée rendue possible par le support numérique. Il en est de même de la Feuille d'Aventure et des indices qui se notent tout seul.

[Image: screen10.jpg]

la carte qui se met à jour



Les 4 persos ont des points de vie qui baissent ou augmentent suivant nos choix mais j'ai trouvé cet élément du jeu sous-exploité, je n'ai en effet jamais eu un personnage mort pour manque de points de vie, je ne sais même pas si c'est possible. J'ai aussi vu des choix très bizarres comme la possibilité qui nous est donnée d'embrasser une mère vient nous demander de l'aide pour sauver ses enfants ensevelis sous une maison ??..!! On peut aussi taguer des objets par endroits mais je n'en ai pas vu l'utilité.

Au final j'ai donc passé quelques bons moments à découvrir l'histoire et à utiliser les indices que j'ai pu trouver par l'exploration, bons moments entrecoupés de la frustration de devoir tout re-dérouler à chaque échec sans possibilité de sauvegarde.
Répondre
#9
Il faudra que j'essaie de la refaire, celle-ci. J'avais un peu essuyé les plâtres de la première version on dirait^^
Ce n'est pas inspiré d'une nouvelle, mais d'un roman (La Horde du Contrevent) qui relate l'histoire de la 34e horde.
Par contre un concours de nouvelles inspiré du roman a eu lieu, remporté par Steppe Back de Mélanie Fiévet (Steppe étant un des membre de la 34e horde):
http://fr.calameo.com/read/00025922810cea7b12f64
Et franchement, c'est amplement mérité, car l'histoire est à la fois fidèle au style et à l'univers de Damasio. C'est un sacré tour de force, surtout pour le style. Chapeau bas!
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)