L'épopée du moine guerrier T1 (PileouFace)
#16
De rien. Je n'ai pas vu encore quelles modifs tu avais faites finalement, mais je t'ai donné les pistes pour aller sur les bons rails.
Skarn dans son message t'avait mis un lien important sur Litteraction qui explique pourquoi l'HAB est si importante avec 2D6 dans le système DF. Pas besoin d'être un monstre en maths ;-)
Je te le recommande chaudement. Une fois qu'on a compris le tableau des combats des DFs, à la lumière de l'article bien ficelé, l'équilibrage d'un ldvelh devient beaucoup + facile.
Répondre
#17
J'ai hâte que tu me donnes ton avis, que ce soit ici ou sur "la Taverne".
A+.
Répondre
#18
Il va falloir être patient, car je ne pourrais le lire qu'à la toute fin mars, juste avant le vote des Yaz, ce sera le grand rush...
Répondre
#19
Une drôle d'AVNI (AVenture Non Identifiée) que voilà. Première oeuvre de PileOuFace, si j'ai bien suivi : comme d'ordinaire, je lis et j'écris la critique d'abord, je lis les posts précédents ensuite, pour ne pas être trop influencé. J'édite au besoin.

Le héros est un moinillon athée qui a choisi escrime en seconde langue, vu comme il dégomme du Lutin à coups de tranchoir. Notre héros est très porté sur la grasse matinée (interrompue) et la chicorée, son divin nectar. L'ovomaltine est réservée pour la Noël et les anniversaires.

[Image: 879421chicorte.jpg]

Le meilleur et le moins bon mélangés ensemble, c'est curieux ! Commençons par les qualités. D'abord ça ne se prend pas trop au sérieux, ça se lit facilement et rapidement, ça fait rire : le marchand arnaqueur, le Monastère Caille, top ! Et le 14, paragraphe emblématique, est fort bien rédigé. Vendre un moine comme esclave, idée lumineuse de Noirceur ! Et puis il y a des illustrations, ce qui est important pour le lecteur. On a le plaisir de croiser Pip (mort) et de lui voler EJ. Par contre EJ ne semble pas servir à grand chose et ne taille guère de bavette avec nous. Elle ne taille pas les méchants non plus, ni ne les achève par son bavardage (le héros, en l'emmenant, espère qu'elle ne récitera pas de poèmes pendant les batailles...). On a le plaisir de quelques clins d'oeil à des passages connus de livres-jeu qui ne le sont pas moins. Le corbeau de Yaztromo. Le sortilège ZED. La tombe de Steve Jackson (US et UK. Pas de jaloux). D'autres encore.

Les défauts ? J'en donnerai deux.
1) L'excès de références (Sonic, le père Fouras, Pip, « E.T. téléphone maison »...) donne rapidement une impression de trop plein, d'enfilade de clins d'oeil sans cohérence.
2) L'humour rabelaisien, un peu trop ras-du-derrière. Un rien de subtilité n'aurait pas nui. Le dieu des pets, le centaure ithyphallique qui enfile le héros, le moine au nom haut en couleurs qui mêle sa semence à la chicorée du matin, ça finit par faire trop.

Question construction :
- Linéaire avec peu ou pas de détours, ce qui a l'avantage de se lire sans complication, et l'inconvénient de n'offrir que peu de possibilités de relecture.
- Il faudrait mélanger les numéros des paragraphes.
- La mise en page "un paragraphe = une page" en format A5 permet une bonne lecture à l'écran, j'apprécie. Le lourd cadre autour du texte se justifiera peu en cas de publication papier. Attention, les dialogues ne doivent PAS être en italiques, c'est une erreur hélas fréquente dans les AVH.
- Beaucoup d'objets récoltés ne servent pour le moment à rien, ça fait un peu inventaire à la Prévert.
- On va forcément toquer à la Tour Sombre alors qu'on n'a rien à y faire, on pourrait la contourner.

Une lecture intéressante. Pas mon premier choix pour les Yaz, mais j'ai quand même apprécié cette histoire potache qui change des AVH-fleuve qui me laissent parfois en bord de route. Oui, je sais que c'est assez raté comme métaphore. Un auteur qu'il sera intéressant de suivre aux Yaz suivants.

[EDIT] Un point fort que je détache du reste car cela ne m'a sauté aux yeux qu'en feuilletant après lecture et en lisant les avis précédents : les paragraphes consacrés à la NOIRCEUR sont en effet top. « Vous aurez bien aimé le voir souffrir encore un peu », « Bien lancé et bien chaud, vous faites le tour du bâtiment pour trouver d'autres grenouilles à piétiner », fun Smile J'aime la possibilité d'un parcours de fin assez différent, maléfique, avec un héros qui a désormais changé de psychologie, de motivation, d'apparence (et de scores). Une sorte de second niveau, caché sous le parcours évident et "bateau". Bien !

Répondre
#20
@Dagonides
Merci pour ce retour très détaillé.

En parlant de clins d’œil, as tu reconnu le Boss de fin de la quête en mode Noirceur ?
Si tu aimes la musique métal, tu devrais apprécier...
Répondre
#21
Salut à tous,
j'avance à grand pas dans la restructuration de mon AVH (ajouts, corrections, utilisation des objets, et surtout : fusion du volume 1 et du volume 2).
Mais tout à ma besogne, je me pose une question angoissante : aimeriez-vous avoir l'histoire complète en format imprimé et illustré ?
Répondre
#22
Alors je vais être un vil consommateur égoïste : imprimer, ça vaudrait le coup...

... si abondance d'illustrations de qualité pro,

... si mise en page de qualité pro aussi (je sais, je ne prétends pas être exemplaire...)

... et si retravail du texte pour corriger quelques situations trop simples, une linéarité excessive, une trop grande abondance de méta et de jeux de mots qui finirait par empêcher de se projeter, s'impliquer dans le jeu. Défauts indolores dans une AVH vite lue pour rigoler, mais pour une publication c'est différent.

Tu as apparemment déjà commencé à retravailler et des idées plein la tête, et ça c'est bien, c'est dur de garder la foi Smile

Chicorée powa.

Répondre
#23
Toutes vos remarques seront prises en compte, tant que cela ne dénature pas de façon excessive le projet initial. "La linéarité, c'est un fléau !" Message reçu 5/5.

Pour la mise en page, j'ai fait ce qui me plaisait mais ce n'est pas mon métier. L'éditeur aura certainement son mot à dire pour intégrer correctement mon livre dans sa collection.

Pour les dessins, je ne peux pas m'avancer sur leur devenir au cas où un éditeur accepterait de m'éditer. Il est possible de les remplacer, de les conserver en les améliorant, ou encore de les classer à la fin en guise de bonus "étude de personnages". Toutes les possibilités sont envisageables à ce stade, mais encore une fois, l'éditeur reste le décideur.
Répondre
#24
Voilà, je viens de finir, à mon tour de faire un retour.

Une AVH basé sur le comique, j'avoue que ça ne part pas vraiment gagnant avec moi. J'aime beaucoup l'humour, mais plus quand il est subtil et intégré à l'histoire elle-même. Comme j'apprécie loin devant tout le reste l'immersion, par essence une parodie et des blagues en série, ça ne peut jamais vraiment me passionner en-dehors des spectacles dédiés - même si je peux me marrer un moment devant des AVH comme la Chute infernale ou la chaussette parlante. Donc d'office le thème même démarre comme un léger obstacle.

Un bon point positif, l'écriture est habile quand elle s'en donne la peine et à l'exception d'erreurs assez régulières sur les "é/ez" il y a très peu de typo. L'ajout d'illustrations est agréable, même si la qualité est inégale. La mise en forme ne m'a pas vraiment marqué dans un sens ou dans l'autre. L'idée d'ajouter des aptitudes a un potentiel intéressant, et elles sont utilisées assez régulièrement. Rien d'exceptionnel, mais pourquoi pas. L'utilisation des règles de DF a l'avantage de la simplicité, le désavantage du déséquilibre, mais j'avoue qu'au final l'aspect déconnade m'a fait très vite abandonner l'idée même de les utiliser.

Structurellement, l'AVH est malheureusement très faible. Très peu de choix, ultra-linéarité, pertes de Vitalité constantes et arbitraires, la majorité des embranchements étant brefs et causés de façon mécanique par les objets ou talents possédés. Il s'agit peut-être d'un clin d'oeil humoristique de haut degré sur la fausse liberté des livre-jeu, mais j'avoue que je pense qu'il s'agit juste d'une faiblesse de narration. D'autant que les aventures consistent en une simple série de situations appelant le burlesque (j'ai failli simplement écrire "une suite de gags", et il y a certainement cette impression) n'ayant pas vraiment de raison d'exister à part faire des clins d'oeils ou références. Devant l'absence de contenu autre, l'intérêt de cette AVH tourne donc entièrement autour de l'aspect parodique.

Et sur ce point, si j'ai apprécié les aspects ironiques de l'humour (l'absence de vocation autre que la sécurité et la flemme pour entrer dans les ordres, le détachement du moine et les réflexions internes moqueuses sur le but de la vie de ses condisciples), il ne s'agit malheureusement que de la partie minoritaire et qui se trouve cantonnée au tout début. Le reste de l'AVH, lui, oscille simplement entre au mieux des suites de références assez poussives, au pire de la grosse farce potache très très raz-les-paquerettes (très), qui a laissé mes zygomatiques franchement de marbre.
La violence n'est pas la bonne réponse !
La violence est la question. La bonne réponse est "oui".
Répondre
#25
Bonjour,
un jugement sévère, mais argumenté.

Pour le reproche de "Très peu de choix, ultra-linéarité", je te trouve excessif. D'abord, il faut prendre en compte la longueur de mon AVH - qui reste modeste - et n'est donc pas comparable avec un livre de 400 paragraphes.

Ensuite, à aucun moment tu n'évoques le système de Noirceur, qui est le moteur de la "non-linéarité". Je peux me tromper, mais tu as fait mon AVH en diagonale, non ?

J'ai bien pris note de ce que tu aimes : des paragraphes plus étoffés, des chemins alternatifs uniques, des personnages plus détaillés. Et une intrigue construite, avec des enjeux qui se révèle au fur et à mesure. J'y travaille pour la version imprimée.
Répondre
#26
PileouFace a écrit :Comme Akka a posté aussi au RVau1, je C/C ma réponse :

Bonjour,
un jugement sévère, mais argumenté.

Pour le reproche de "Très peu de choix, ultra-linéarité", je te trouve excessif. D'abord, il faut prendre en compte la longueur de mon AVH - qui reste modeste - et n'est donc pas comparable avec un livre de 400 paragraphes.

Ensuite, à aucun moment tu n'évoques le système de Noirceur, qui est le moteur de la "non-linéarité". Je peux me tromper, mais tu as fait mon AVH en diagonale, non ?
Même avec peu de sections, il est possible d'avoir des choix significatifs. Les choix sont très restreints et peu fréquents dans l'AVH - la grande majorité du temps où l'on a plusieurs renvois, c'est soit la possession d'une capacité, soit un choix qui renverra à la ligne principale pratiquement tout de suite.
De plus, il y a un effet purement psychologique qui renforce la sensation de linéarité (ou du moins de manque de choix), et c'est la structure basée sur un enchaînement linéaire de scénètes et les évènements "subits".

La noirceur, si elle ouvre une autre voie, n'apporte au final qu'un seul embranchement réel, lui aussi plus ou moins linéaire. J'avoue que j'ai trouvé cette possibilité plutôt "gadget", je l'ai plus vue comme un gag optionnel.
PilouFace a écrit :J'ai bien pris note de ce que tu aimes : des paragraphes plus étoffés, des chemins alternatifs uniques, des personnages plus détaillés. Et une intrigue construite, avec des enjeux qui se révèle au fur et à mesure. J'y travaille pour la version imprimée.
Un peu moins de linéarité fait partie des éléments que j'apprécie effectivement, mais comme je l'ai précisé d'entrée, j'aurais de toutes façons toujours beaucoup de mal à accrocher à une AVH basée sur une suite de gags et de références - j'ai besoin d'immersion, ce qui en est plus ou moins l'antithèse.
Je ne peux certes pas reprocher à une AVH comique d'être comique (c'est sa nature après tout, que j'aime le thème ou pas), je peux simplement dire que l'humour utilisé dans l'AVH ne m'a pas fait rire (trop potache/vulgos/facile).
La violence n'est pas la bonne réponse !
La violence est la question. La bonne réponse est "oui".
Répondre
#27
Une aventure très potache mais sympathique. C'est annoncé dès le début : on est prévenu qu'il y aura un peu de sexe, de vulgarité et d'humour sous la ceinture voire pipi-caca. Mais aussi de l'aventure avec de vraies règles de jeu et un objectif. Tout ça est vrai. Ce n'est pas un délire loufoque misant tout sur le marrant sans se soucier du reste.

Les jeux de mots foireux, je n'ai rien contre. De même que les nombreuses illustrations naïves qui finalement apportent un plus à l'AVH. Par contre, les très nombreux clins d'oeil complètement gratuits aux LDVELH connus m'ont lassé car ils sont juste utilisés comme des noms et on les rencontre en avalanche. C'est « facile » si je peux me permettre. J'ai préféré les autres procédés comiques, surtout les franchement paillards comme la scène dans les latrines ou la rencontre avec la sorcière.

Un vrai défaut est la très forte linéarité. Aucun passage alternatif, peu de possibilités tactiques, une carte géographique n'ayant pour utilité que de nous montrer le chemin balisé… Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu d'AVH ou de LVDELH aussi dirigiste. Après, ce n'est pas un si grave défaut car l'aventure n'est pas très longue et pas trop difficile non plus, le sujet de sa rejouabilité n'est donc pas essentiel.

L'aspect jeu n'est pas mal quand même. Pour le format en question, la difficulté est bien maîtrisée. J'ai réussi à ma troisième tentative avec Caméléon. Les combats ne sont pas ardus, même pas le duel final vu que les armes et armures nous boostent bien et qu'on regagne aisément de la Vitalité. Par contre, les PFA sont nombreux. Je suis ainsi mort face au gars qui nous propose un vœu et devant l'énigme obligatoire dont je n'avais pas trouvé la réponse (la fois suivante, je suis passé en cherchant le paragraphe).

Le système de combat est DF donc rien à dire. Les compétences au choix sont plutôt bien utilisées même si leur nombre est presque trop élevé vu la taille de l'AVH. Je n'ai ainsi pas vu ce que ça donnait avec l'Angelus.

Quand même beaucoup d'objets inutiles à récolter, en particulier des objets numérotés. Je me demande si c'est vraiment volontaire. L'aventure donne l'impression d'avoir été écrite au fil de l'eau sans véritable plan au départ et donc ces objets ont peut-être été oubliés…

Mais elle fait passer un agréable moment. Sans prétention et plutôt amusante.
Répondre
#28
(22/03/2016, 18:58)Fitz a écrit : Je suis ainsi mort face au gars qui nous propose un vœu et devant l'énigme obligatoire dont je n'avais pas trouvé la réponse (la fois suivante, je suis passé en cherchant le paragraphe).

Je suis déçu, là, c'était pas si difficile quand même !
Show Content
La violence n'est pas la bonne réponse !
La violence est la question. La bonne réponse est "oui".
Répondre
#29
Ah mais je suis nul en énigmes, je le revendique, il ne faut pas être déçu mon bon Akka!

Maintenant que j'ai lu les feeds, je me rends compte avoir oublié de parler de la noirceur. Je n'ai pas été au-delà de 6. Je viens de lire le 66 bien sympa mais je ne me souviens pas d'une possibilité de fin alternative au combat contre le boss. Pas grave. On verra ça au tome 2.

En tout cas PileouFace, ne te prends pas la tête en réaction aux feeds. On souligne surtout le négatif car c'est comme ça, c'est humain et plus constructif. Mais pour une première AVH, c'est pas mal du tout alors si en plus tu retiens les critiques, tes prochains écrits seront encore meilleurs.
Répondre
#30
Merci Fitz,
"Ce n'est pas un délire loufoque misant tout sur le marrant sans se soucier du reste."
Ouf, au moins un lecteur le reconnait ^^

"Je n'ai ainsi pas vu ce que ça donnait avec l'Angelus."
C'est le jeu en mode "facile".

"Un vrai défaut est la très forte linéarité".
Vrai, mais il y a tout de même le système de Noirceur qui accorde une vraie liberté (pas du chemin à faire, mais des actes et de la responsabilité à porter).

"les PFA sont nombreux. "
Vrai, mais normalement, j'ai fais en sorte de les concentrer au début, pour éviter un Game over à deux mètres de la fin ^^

"Je suis ainsi mort face au gars qui nous propose un vœu"
Il y a des chances de le retrouver dans le volume 2... De même que le marchand cupide... Oups, j'en dis trop !!

"ces objets ont peut-être été oubliés…"
Non. J'ai de belles ambitions pour ce projet d'écriture, une édition imprimée avec des dessins inédits. De nombreux objets ne servent pas pour le moment, c'est un fait. Ils seront tous utiles dans le volume 2 (autrement dit, dans le même livre en version imprimée).
En l'état, l'aventure est jouable, mais pas complète, au sens où la fin est juste provisoire. Vous avez déjà tous oubliés qu'il faut sauver les pauvres moines de l’apocalypse ?? haha !
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)