feedback pour l'Oeil Vert
#16
(04/08/2013, 18:57)tholdur a écrit : Pour l'impression de déjà-vu c'est quelque chose de plus lointain. Dans mon "souvenir" il était question de dépenser plus de points de "vie" en allant vite qu'en rampant.
En allant vite on dépense plus de "vie" mais on est exposé moins longtemps à la menace; en allant lentement (dans l'obscurité) on dépense moins de vie et on a moins de chance d'être touché, mais on est exposé plus longtemps aux tirs.
Mais c'était peut-être quelqu'un d'autre pour un autre projet d'AVH?


Probablement, moi ça ne me dit rien du tout !

Citation :Le souci n'est pas que le scénario soit simpliste ou sans rebondissement, c'est qu'il est servi tout prêt sur un plateau, sans la surprise de la découverte.

On est engagé pour libérer un gosse des griffes d'un certain type. J'aurai bien laissé le suspens sur l'âge (on peut s'attendre à un jeune adulte et surprise on tombe sur un "morveux" qui va être difficile à gérer, du genre le fils de l'émir dans Tintin^^, même si tu as proposé une personne plus âgée que çà), mais ton intro indique qu'on le connaît déjà donc ce n'est pas possible en l'état.
A-t-on besoin de savoir que le type est un dissident? Non, il suffit de l'apprendre en cours de route. On peut d'abord penser qu'il s'agit d'une "simple" bande rivale, mais ensuite apprendre qu'il s'agisse du même groupe scindé en deux peut donner des tas de situations intéressantes, comme ne pas savoir qui a vraiment prêté allégeance à qui, et donc se méfier de tout le monde. Pour une bande rivale "simple" il pourrait y avoir un traître, mais guère plus. Là tous les membres peuvent se demander qui ils veulent suivre, certains doivent encore rester incertains et ne pas trop savoir vers qui se tourner... Certains peuvent être d'accord pour quitter l'œil vert, mais se refusant pourtant de tuer son fils (des alliés potentiels pour réussir notre mission, mais si on ne tue pas les membres de leur faction). Des membres d'une bande rivale eux n'auraient pas tant de scrupules. Je pense que cette situation d'enlèvement "en interne" est donc bien plus riche de possibilités.

Ouh ! Oui, effectivement, je n'ai pas creusé bien loin ! Pour ma défense, je peux dire que j'ai engagé cette avh pendant mes révisions de Bac, pour me détendre (j'ignore si c'est pour ça que j'ai eu 10 à l'oral, enfin bref, j'ai quand même eu 17 à l'écrit, hihihi)

Citation :Après on veut du fric, donc on pourrait imaginer avoir la possibilité de retourner notre veste (sauf si on est attaché au "gamin" puisqu'on le connait déjà) si l'autre camp nous propose plus (surtout s'ils ont plus d'herbe^^).

Mais c'est peut-être déjà le cas, je suis loin d'avoir tout exploré...

Eheh, peut-être....
Répondre
#17
Tu as bien creusé quand même, il y a des passages à potentiel comme quand on pointe notre arme sur le fils. En bonus on pourrait imaginer développer cette phase de bluff, mais c'est déjà intéressant en soi comme situation.
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#18
Apparemment, ç'aurait pu être mieux !
Mais j'étais assez content de moi sur ce coup :-P
Répondre
#19
J'ai refait une partie, qui m'a amené à une fin différente (avec moins de fric, mais un emploi du temps plus chargé pour l'heure suivante). J'ai ensuite parcouru le reste de l'aventure pour découvrir ce que j'avais pu manquer.

Il y a une chose bizarre que j'ai remarquée, c'est qu'il ne semble y avoir aucune occasion d'utiliser l'une ou l'autre des grenades qu'on peut choisir au début de l'aventure (je ne suis pas sûr non plus que l'argent qu'on peut obtenir puisse servir, mais j'ai fait moins attention).

Le cadre où se déroule l'aventure n'est pas mal, mais il n'était peut-être pas nécessaire de le décrire au début aussi amplement et explicitement, étant donné qu'il n'a pas de rapport direct avec l'histoire.

Le côté totalement amoral du héros est original : il ne fait pas le mal gratuitement, mais n'a aucune hésitation à tuer quelqu'un d'autre si cela peut lui être ne serait-ce que vaguement utile. C'est certainement assez réaliste pour un mercenaire, surtout s'il est porté sur la drogue. Attention cependant : au-delà d'une certaine limite, il y a des lecteurs qui n'accrochent plus à un héros trop moralement négatif. Je ne dis pas que cette aventure franchisse une telle limite, mais elle s'en approche un peu.

L'aventure est non-linéaire, mais il y a peut-être des choix/possibilités qu'il n'était pas nécessaires d'offrir, car leurs conséquences sont limitées (par exemple, si la confrontation finale se joue sur le toit, j'ai l'impression que les deux choix possibles aboutissent exactement à la même chose).

Toute la première moitié de l'aventure me paraît bien telle qu'elle est. La deuxième (dans l'hôtel) pourrait être un peu plus périlleuse : l'auteur de l'enlèvement est tout de même un baron de la pègre, il paraît un peu bizarre qu'il n'ait pas au moins un ou deux gardes du corps qui veillent sur lui en permanence.

Le fait de lancer simplement un dé pour déterminer le résultat d'une situation périlleuse a un côté simple et expéditif que j'apprécie. Cependant, c'est un système un peu brutal (puisqu'un seul jet de dé manqué peut généralement entraîner notre mort). Il serait peut-être une bonne idée, par exemple, d'autoriser le joueur à relancer le dé une seule fois au cours de toute l'aventure pour éviter un résultat fatal.

En ce qui concerne la narration, le style et l'atmosphère, pas de problème particulier. Tu as clairement atteint un niveau très convenable, où il ne reste plus qu'à peaufiner des détails.
Répondre
#20
Des AVH urbano-futuristes, il y en a pas des masses et celle-ci m'a donc fait penser à Night City ou Chrysalide pour son atmosphère à la Blade Runner. C'est un compliment, un tel cadre est motivant et excite la curiosité car ça change évidemment de l'héroïc-fantasy. D'autant plus que la violence, la nuit et la drogue sont ici des thématiques mises constamment en avant, un peu trop lourdement parfois (pour la drogue), mais qui contribuent à assurer une ambiance sombre et décadente plutôt réussie. Le héros interprété, un espion-tueur freelance sans scrupule, participe à ce rendu car son appât du gain et sa faible sensibilité par rapport à ses congénères est bien ressentie par le lecteur. Il est capable d'abattre des innocents s'il le faut ou des femmes sans le moindre remord, pourvu que ça aide à sa mission. La psychologie est donc plutôt subtile, c'est sympa.

J'ai par contre été très gêné par la faible cohérence du background, en particulier l'immersion dans notre Terre, 2000 ans plus loin. Même si un ralentissement technologique peut s'expliquer par des holocaustes nucléaires ou une misère à l'échelle mondiale que tu suggères, j'ai du mal à croire que les seuls progrès visibles dans une AVH de pure science-fiction soient des munitions différentes ou de la domotique futuriste. Tu aurais pu dater sans souci cette aventure en 2150 et ça m'aurait paru plus crédible. Mais est-ce vraiment notre monde? A l'évidence oui au vu des réflexions sur le communisme par exemple mais j'ai lu DEUX lunes. Ou alors une seconde lune a été créée ou s'est arrimée à notre planète mais il aurait fallu dans ce cas donner une petite explication.

L'histoire est assez solide même si je me suis un peu perdu dans les noms de personnages dont on nous parle que très brièvement en intro avant de les retrouver à la fin. Ces magouilles entre mafias du futur sont un sujet classique pour le genre, à la limite du caricatural parfois, mais l'approche est efficace. Beaucoup de discrétion, de logique, un peu de tchatche, de l'action... je me serais cru dans Splinter Cell, c'est sympa.
Les personnages sont sans grosse surprise non plus ni particulièrement attachants mais leur description physique est assez marquante pour leur donner de la présence.

La liberté d'action est élevée ce qui est appréciable pour une mission de ce genre. En jouant un espion, on s'attend en effet à ce que la moindre de nos actions ait un impact pour le déroulement du scénario ce qui est le cas ici grâce aux mots de code. On ne veut pas commettre la moindre erreur, cela ajoute de la tension, indispensable dans ce genre d'AVH en temps réel sur une courte période.

Concernant les règles minimalistes, c'est un bon choix, toujours pour ce genre d'AVH. J'aurais bien vu quand même des points de vie pour ajouter du piment et une gestion plus poussée de l'équipement (nos choix d'armement du début ne sont guère sollicités ensuite). Mais ça a le mérite de rendre la lecture fluide. Les tests à un dé sont très aléatoires, m'ont parfois été mortels. Mais ils ne sont pas complètement injustes car selon nos choix, il est possible d'éviter tous ces MATs déguisés et de terminer l'aventure sans avoir à tenter notre chance. Ils ne sont là que pour punir de mauvaises décisions.

Enfin, ton style d'écriture est très différent Oorgan de ce que tu nous avais habitué. Il est ici plus épuré mais surtout plus coulant. C'est adapté à ce contexte glauque et sombre (à l'opposé d'une fantasy lyrique à la Tolkien qui nécessite de la poésie et un vocabulaire plus riche) mais d'une manière générale, je pense que tes écrits vont gagner à ce que tu poursuives sur cette lancée. Ce qui ne t'empêchera pas de glisser quelques formules élégantes par ci par là, comme tu l'as fait ici...

Par contre, gros gros problème de relecture. Très peu de fautes d'orthographe mais des mots oubliés ou écorchés à la pelle. C'est très pénalisant pour la qualité globale de l'oeuvre, ça fait moins sérieux. Comme le scénario et le style sont de bonne qualité, ils ne méritent pas d'être ainsi décrédibilisés juste parce que tu n'as pas (assez) relu avant de la mettre en ligne!

Ceci dit, il s'agit pour moi de ton AVH la plus réussie. Continue comme ça, tu tiens le bon bout.
Répondre
#21
Certaines histoires ont des protagonistes héroïques, pétris d'idéaux et de qualités, qui ne se bougent réellement que lorsque le monde est en danger. Celui de l'Oeil Vert est un minable drogué qui tuerait père et mère pour une dose de sa came. Et dans son genre, je l'ai trouvé très réussi. Il n'est pas méchant pour être méchant, juste dépourvu de toute moralité. Il n'y aura ainsi ni scène d’apitoiement ("Mon dieu qu'ai-je fait ?"), ni son exact inverse, de massacre gratuit.

Les autres personnages sont bons également. J'ai un faible pour l'Oeil Vert lui-même, ne serait-ce que parce que qu'il ne tente pas de nous trahir, le cliché du mafioso mauvais payeur étant surexploité dans les œuvres de fiction.

L'aventure est au final assez courte, car fortement non-linéaire. Elle comprend très peu de jets de dés, et il est même possible, et pas forcément très compliqué, de conclure l'histoire sans toucher une seule fois aux cubes à 6 faces. Dans la pratique, les dés ne sont réellement utilisés que lors des affrontements où cela canarde dans tous les sens, et où il est très facile de mourir sur un zeste de malchance. Ce n'est pas forcément illogique ni une mauvaise chose, mais je pense qu'il serait possible de retirer totalement cette part de hasard, même si cela risque de relever d'un cran la difficulté.

Comme les autres, je pense qu'il faudrait peut-être muscler un peu la dernière partie de l'aventure, les choses ayant tendance à couler d'elles-mêmes dès que l'on entre dans l'hôtel. À ce sujet :
Show ContentSpoiler:

Au rang des défauts, j'ai trouvé l'introduction géopolitique superfétatoire, car elle n'a finalement aucune influence sur l'intrigue, les protagonistes ne s'occupant absolument pas de politique. À mon avis, elle pourrait être retiré complètement.

Inversement, un point qu'il pourrait être intéressant de creuser cependant serait le développement de la drogue dans ce futur potentiel : dans l'histoire, énormément de personnages consomment, et la police semble laisser faire, ne s'occupant que de ceux que leur état rend dangereux. À quel point la drogue est-elle légale ? Tolérée ? Quelle fraction de la population en consomme ? Peut-être même existe-il une sorte de hiérarchie sociale de la drogue (les drogues de meilleure qualité, à effet puissant et effets secondaires faibles pour les riches, les ronge-cerveaux pour la plèbe) ?

Pour conclure, c'est une bonne petite avh, dans un cadre encore assez peu utilisé (comme Fitz l'a dit, seul Night City est le seul exemple d'avh dans un univers similaire). Il y a encore des points à améliorer, mais j'ai passé un bon moment en la lisant.
Répondre
#22
J'ai lu et apprécié. Dès les premiers choix, on sent que le récit propose plusieurs scénarios, offrant une belle liberté d'action. L'aspect "livre" est plus développé que l'aspect "jeu", et c'est également un aspect que j'aime beaucoup de manière générale. Effectivement, on ne risque pas la mort à chaque paragraphe, mais les choix débloquent une histoire différente des autres. Du coup, on est piqué par la curiosité de savoir comment ça aurait pu se passer si...

L'univers est original et bien décrit, du coup le récit se taille une identité, ce qui est un plus non négligeable. Certaines idées sont très bien trouvées, comme le prisme déformant de la réalité à cause de l'usage des drogues.
L'histoire est courte, mais c'est un faux reproche. Quand on apprécie une histoire, on a toujours tendance à vouloir qu'elle dure plus longtemps.

Le bilan est donc très positif.
Et puisqu'on est dans la critique, je vais terminer par un point de détail. J'ai lu les messages d'avant, je ne reviendrai donc pas sur certains avis que je partage. (certains, hein, pas tous.)
Ma remarque concerne les personnalités de ton récit : elles ne sont pas assez développées, à mon avis. C'est assez flagrant dans les phases de dialogue, en particulier lors de la discussion avec le chef de gang, dès le début.
Grosso modo, on dirait que c'est la même personne -très polie !- qui fait les questions et les réponses, tant le tout est lisse et propre. Entre les deux interlocuteurs, aucune différence de phrasé, une bienséance à toute épreuve et une transparence peu commune.
Je connais bien ce problème parce que j'ai le même. Alors, pas question de ne faire que des personnages marginaux, mais il est possible de modifier les traits de personnalité, ne serait-ce qu'en regardant quelques travaux de psychologie, afin de faire gagner plus de crédibilité à tes personnages à l'avenir.

Bien sûr, ce n'est qu'un avis, à toi de voir si tu veux le prendre en compte.
Ainsi passe la gloire du monde
Répondre
#23
Oups, désolé pour le retard...

(05/08/2013, 15:58)Outremer a écrit : Il y a une chose bizarre que j'ai remarquée, c'est qu'il ne semble y avoir aucune occasion d'utiliser l'une ou l'autre des grenades qu'on peut choisir au début de l'aventure (je ne suis pas sûr non plus que l'argent qu'on peut obtenir puisse servir, mais j'ai fait moins attention).

Si si il y en a une !Wink

Citation :Le cadre où se déroule l'aventure n'est pas mal, mais il n'était peut-être pas nécessaire de le décrire au début aussi amplement et explicitement, étant donné qu'il n'a pas de rapport direct avec l'histoire.

Hum, j'ai supprimé, cette partie un peu inutile pour la prochaine version (que je mets ce soir) : tout le monde semblait penser que c'était préférable !

Citation :Le côté totalement amoral du héros est original : il ne fait pas le mal gratuitement, mais n'a aucune hésitation à tuer quelqu'un d'autre si cela peut lui être ne serait-ce que vaguement utile. C'est certainement assez réaliste pour un mercenaire, surtout s'il est porté sur la drogue. Attention cependant : au-delà d'une certaine limite, il y a des lecteurs qui n'accrochent plus à un héros trop moralement négatif. Je ne dis pas que cette aventure franchisse une telle limite, mais elle s'en approche un peu.

Merci pour l'avertissement ! J'aime bien ce genre de personnage, assez pragmatique, mais il ne faut pas en faire trop, j'imagine...


Citation :Toute la première moitié de l'aventure me paraît bien telle qu'elle est. La deuxième (dans l'hôtel) pourrait être un peu plus périlleuse : l'auteur de l'enlèvement est tout de même un baron de la pègre, il paraît un peu bizarre qu'il n'ait pas au moins un ou deux gardes du corps qui veillent sur lui en permanence.

C'est ce que je n'ai pas arrêté de me dire, mais il ne fallait que ce soit assez discret... comme travail... Ou alors, le baron eût pu détenir l'hotel. Ouais.

Citation :Le fait de lancer simplement un dé pour déterminer le résultat d'une situation périlleuse a un côté simple et expéditif que j'apprécie. Cependant, c'est un système un peu brutal (puisqu'un seul jet de dé manqué peut généralement entraîner notre mort). Il serait peut-être une bonne idée, par exemple, d'autoriser le joueur à relancer le dé une seule fois au cours de toute l'aventure pour éviter un résultat fatal.

Hum, j'y penserai ! Pas bête, comme idée.

(06/08/2013, 23:03)Fitz a écrit : Des AVH urbano-futuristes, il y en a pas des masses et celle-ci m'a donc fait penser à Night City ou Chrysalide pour son atmosphère à la Blade Runner. C'est un compliment, un tel cadre est motivant et excite la curiosité car ça change évidemment de l'héroïc-fantasy. D'autant plus que la violence, la nuit et la drogue sont ici des thématiques mises constamment en avant, un peu trop lourdement parfois (pour la drogue), mais qui contribuent à assurer une ambiance sombre et décadente plutôt réussie. Le héros interprété, un espion-tueur freelance sans scrupule, participe à ce rendu car son appât du gain et sa faible sensibilité par rapport à ses congénères est bien ressentie par le lecteur. Il est capable d'abattre des innocents s'il le faut ou des femmes sans le moindre remord, pourvu que ça aide à sa mission. La psychologie est donc plutôt subtile, c'est sympa.

Eheh, merci ! Pour la drogue, je me doutais bien qu'on me ferait le reproche...

Citation :J'ai par contre été très gêné par la faible cohérence du background, en particulier l'immersion dans notre Terre, 2000 ans plus loin. Même si un ralentissement technologique peut s'expliquer par des holocaustes nucléaires ou une misère à l'échelle mondiale que tu suggères, j'ai du mal à croire que les seuls progrès visibles dans une AVH de pure science-fiction soient des munitions différentes ou de la domotique futuriste. Tu aurais pu dater sans souci cette aventure en 2150 et ça m'aurait paru plus crédible. Mais est-ce vraiment notre monde? A l'évidence oui au vu des réflexions sur le communisme par exemple mais j'ai lu DEUX lunes. Ou alors une seconde lune a été créée ou s'est arrimée à notre planète mais il aurait fallu dans ce cas donner une petite explication.

Je ne sais pas si réellement c'est impossible (je savais qu'on me le reprocherait, certes)... enfin, j'ai résolu le problème en enlevant l'introduction ! Pour les lunes, c'est une erreur.


Citation :La liberté d'action est élevée ce qui est appréciable pour une mission de ce genre. En jouant un espion, on s'attend en effet à ce que la moindre de nos actions ait un impact pour le déroulement du scénario ce qui est le cas ici grâce aux mots de code. On ne veut pas commettre la moindre erreur, cela ajoute de la tension, indispensable dans ce genre d'AVH en temps réel sur une courte période.

Yeah !Cool

Citation :Concernant les règles minimalistes, c'est un bon choix, toujours pour ce genre d'AVH. J'aurais bien vu quand même des points de vie pour ajouter du piment et une gestion plus poussée de l'équipement (nos choix d'armement du début ne sont guère sollicités ensuite). Mais ça a le mérite de rendre la lecture fluide. Les tests à un dé sont très aléatoires, m'ont parfois été mortels. Mais ils ne sont pas complètement injustes car selon nos choix, il est possible d'éviter tous ces MATs déguisés et de terminer l'aventure sans avoir à tenter notre chance. Ils ne sont là que pour punir de mauvaises décisions.

C'est clair que c'est un peu violent, parfois... Je vais peut-être adopter la solution d'Outremer !

Citation :Enfin, ton style d'écriture est très différent Oorgan de ce que tu nous avais habitué. Il est ici plus épuré mais surtout plus coulant. C'est adapté à ce contexte glauque et sombre (à l'opposé d'une fantasy lyrique à la Tolkien qui nécessite de la poésie et un vocabulaire plus riche) mais d'une manière générale, je pense que tes écrits vont gagner à ce que tu poursuives sur cette lancée. Ce qui ne t'empêchera pas de glisser quelques formules élégantes par ci par là, comme tu l'as fait ici...

Ouais, et j'ai bien aimé faire ça ainsi, je dois dire !

Citation :Par contre, gros gros problème de relecture. Très peu de fautes d'orthographe mais des mots oubliés ou écorchés à la pelle. C'est très pénalisant pour la qualité globale de l'oeuvre, ça fait moins sérieux. Comme le scénario et le style sont de bonne qualité, ils ne méritent pas d'être ainsi décrédibilisés juste parce que tu n'as pas (assez) relu avant de la mettre en ligne!

J'y ai travaillé pour la seconde version !

Citation :Ceci dit, il s'agit pour moi de ton AVH la plus réussie. Continue comme ça, tu tiens le bon bout.

C'est aussi mon avis Wink Merci !

(07/08/2013, 16:25)Skarn a écrit : Les autres personnages sont bons également. J'ai un faible pour l'Oeil Vert lui-même, ne serait-ce que parce que qu'il ne tente pas de nous trahir, le cliché du mafioso mauvais payeur étant surexploité dans les œuvres de fiction.

Merci ! En fait, j'avais du mal à voir l'Oeil nous trahir, c'est curieux... J'ignorais que le cliché était surexploité !

Citation :L'aventure est au final assez courte, car fortement non-linéaire. Elle comprend très peu de jets de dés, et il est même possible, et pas forcément très compliqué, de conclure l'histoire sans toucher une seule fois aux cubes à 6 faces. Dans la pratique, les dés ne sont réellement utilisés que lors des affrontements où cela canarde dans tous les sens, et où il est très facile de mourir sur un zeste de malchance. Ce n'est pas forcément illogique ni une mauvaise chose, mais je pense qu'il serait possible de retirer totalement cette part de hasard, même si cela risque de relever d'un cran la difficulté.

Là, je ne vois pas trop comment : j'ai songé à éliminer le hasard, mais ce n'est pas si facile, en fait. Ou alors il faudrait scénariser chaque combat... Mais ils risqueraient alors d'être long et répétitif (je les préfère courts et répétitifs). Ou il faudrait que je me creuse la tête. Je vais essayer !

Citation :Comme les autres, je pense qu'il faudrait peut-être muscler un peu la dernière partie de l'aventure, les choses ayant tendance à couler d'elles-mêmes dès que l'on entre dans l'hôtel.

Mais en même temps, s'il y avait des bagarres à l'intérieur de l'hôtel, ce ne serait plus aussi discret : ça poserait un problème !

À ce sujet :
Show ContentSpoiler:

Show ContentSpoiler:

Citation :Au rang des défauts, j'ai trouvé l'introduction géopolitique superfétatoire, car elle n'a finalement aucune influence sur l'intrigue, les protagonistes ne s'occupant absolument pas de politique. À mon avis, elle pourrait être retiré complètement.

Ce sera fait.

Citation :Inversement, un point qu'il pourrait être intéressant de creuser cependant serait le développement de la drogue dans ce futur potentiel : dans l'histoire, énormément de personnages consomment, et la police semble laisser faire, ne s'occupant que de ceux que leur état rend dangereux. À quel point la drogue est-elle légale ? Tolérée ? Quelle fraction de la population en consomme ? Peut-être même existe-il une sorte de hiérarchie sociale de la drogue (les drogues de meilleure qualité, à effet puissant et effets secondaires faibles pour les riches, les ronge-cerveaux pour la plèbe) ?

Oh, j'imagine que ça se passe comme ça, oui.
Pour la police, j'imagine que certaines sont légalisées, d'autres non ; qu'elle recherche surtout les gros trucs etc...

Citation :Pour conclure, c'est une bonne petite avh, dans un cadre encore assez peu utilisé (comme Fitz l'a dit, seul Night City est le seul exemple d'avh dans un univers similaire). Il y a encore des points à améliorer, mais j'ai passé un bon moment en la lisant.

Merci ! Et merci pour ce feedback, Skarn !

(22/08/2013, 08:50)ART a écrit : J'ai lu et apprécié. Dès les premiers choix, on sent que le récit propose plusieurs scénarios, offrant une belle liberté d'action. L'aspect "livre" est plus développé que l'aspect "jeu", et c'est également un aspect que j'aime beaucoup de manière générale. Effectivement, on ne risque pas la mort à chaque paragraphe, mais les choix débloquent une histoire différente des autres. Du coup, on est piqué par la curiosité de savoir comment ça aurait pu se passer si...

Justement, le fait d'avoir plein de choix important n'appartient-il pas plus au jeu qu'au livre ? Tongue En tout cas, je suis content que ça te convienne !

Citation :L'univers est original et bien décrit, du coup le récit se taille une identité, ce qui est un plus non négligeable. Certaines idées sont très bien trouvées, comme le prisme déformant de la réalité à cause de l'usage des drogues.

L'histoire est courte, mais c'est un faux reproche. Quand on apprécie une histoire, on a toujours tendance à vouloir qu'elle dure plus longtemps.

Le bilan est donc très positif.

Merci ! Smile

Citation :Ma remarque concerne les personnalités de ton récit : elles ne sont pas assez développées, à mon avis. C'est assez flagrant dans les phases de dialogue, en particulier lors de la discussion avec le chef de gang, dès le début.
Grosso modo, on dirait que c'est la même personne -très polie !- qui fait les questions et les réponses, tant le tout est lisse et propre. Entre les deux interlocuteurs, aucune différence de phrasé, une bienséance à toute épreuve et une transparence peu commune.
Je connais bien ce problème parce que j'ai le même. Alors, pas question de ne faire que des personnages marginaux, mais il est possible de modifier les traits de personnalité, ne serait-ce qu'en regardant quelques travaux de psychologie, afin de faire gagner plus de crédibilité à tes personnages à l'avenir.

Bien sûr, ce n'est qu'un avis, à toi de voir si tu veux le prendre en compte.

Je n'ai pas eu cette impression en l'écrivant, mais c'est vrai qu'en relisant, tu n'as pas tort... Un point intéressant à travailler !


Bref, merci pour tous ces feedbacks.Wink Et désolé du retard !

Ce soir, je mets en ligne une version qui corrige les fautes (au moins certaines !), enlève l'intro et rajoute l'histoire du dé d'Outremer...
Répondre
#24
A mon tour de faire une critique de ton AVH.

Globalement, je ne parviens pas à faire une critique, je vais donc citer les points positifs ou négatifs.

POINTS POSITIFS:
-L'ambiance: apparemment ça s’apparente à de la science-fiction. personnellement, on aurait dit une banlieue marseillaise ou de Bobigny où la mafia aurait pris le contrôle. J'adore cet univers, il fait trés réaliste d'autant plus que tu nous plonges dedans dés le départ.
-Le héros: Hé non ce n'est pas un grosbill ni un justicier mais un simple mercenaire qui accepte l'offre du plus offrant et qui se shoote. Chose qui n'est pas banale mais ça change cela dit des autres LDVH.
-Des règles simples, sans prise de tête.
-Un démarrage en force qui nous plonge de suite dans l'ambiance.

POINTS NEGATIFS:
-Des tirages souvent injustes (et qui ont provoqué chez moi une mort lors de ma première partie parce que j'ai tiré 2 aux dés). je trouve dommage de lancer simplement un dé pour déterminer un succès ou un échec, sachant que certains échecs aboutissent à la mort. Personnellement j'aurais d'abord laissé une chance au lecteur en lui laissant l'occasion d'utiliser un objet pour se sortir d'une situation périlleuse. Après s'il ne l'a pas acquis, là on peut utiliser le test.
-Je te conseille de te relire, il y a certaines fautes. Pour un AVH de 152 paragraphes, je pense que tu peux largement les réduire.
-Des incohérences notamment dans l’hôtel. Premièrement, dans un quartier soit disant sensible, un hôtel chic ne semble pas avoir sa place. Il faut dire que la surveillance me parait très négligente. Dans cet hôtel, j'ai pu me balader comme dans un moulin malgré la présence de caméras de surveillance. J'ai même pu poser des questions dans l’hôtel pour avoir des renseignements sur notre ennemi sans que personne n'ait des soupçons. Enfin je n'avais aucun mot code pour m'aider et j'ai réalisé que c'était plus simple que lorsque j'ai refait une autre partie avec des chemins différents. Même si je passe par le toit, le sécurité n'intervient pas. ha si, on croise deux agents de sécurité (et encore si on prend un chemin spécifique), je leur tire une salve dans la figure et on en parle plus. Et puis nos ennemis qui fument du crack et qui ne se rendent pas compte que l'on est entrain de les buter avec notre couteau, ca fait peu réaliste (d'ailleurs à ce qui me semble, le crack ne met pas dans un état second mais décuple les performances athlétiques).
Ensuite, faire confiance à un mercenaire qui se shoote alors que ce n'est pas les assassins qui manquent dans ce quartier, il faut vraiment être désespéré. Personnellement j'aurais opté plutôt pour une bande rivale concernant les ennemis, cela aurait fait plus réel.

Bref ton AVH n'est pas mauvaise mais elle aurait pû être améliorée en corrigeant ces défauts.
Répondre
#25
Voilà, je viens de finir, mission accomplie et paiement démultiplié, c'est bon d'être un profiteur Big Grin

Mercenaire camé sans scrupule ni état d'âme, traversant une mauvaise passe et réduit à l'état de loque humaine, nous voilà soudain emmené dans un contrat qui nous permettra peut-être de remonter la pente et, encore bien plus important, d'obtenir notre dose d'herbe qui fait rire.

L'AVH est ainsi originale, tant dans l'environnement (le côté corrompu et délabré d'une cité pseudo-futuriste) que dans le personnage (déchet humain vicieux et sans conscience).
L'écriture est très bonne, bien formulée, naturelle et fluide, avec un haut niveau de sophistication mais qui sait rester discret. Il reste quelques erreurs un peu trop nombreuses (mots oubliés, fautes d'accord, typo, etc.), mais il s'agit de défaut superficiels. Les évènements et discussions s'enchainent sans à-coup ni illogisme, bref ça roule.

Le système de jeu est simple et efficace. Considérant que l'AVH est facile, courte et non-linéaire, je ne vois aucun problème à avoir des résultats brutaux qui tuent rapidement. Non seulement je trouve cela réaliste (un coup de fusil ou de couteau et pouf, terminé), mais en plus ces mats sont pratiquement toujours évitable si l'on a fait de bons choix. Je me mets en porte-à-faux avec les opinions précédentes sur ce point, et je dis que c'est du tout bon. Rien à redire là-dessus.

Les personnages sont bien décrits, mais cependant on ne les voit pas vraiment pas assez longtemps pour qu'ils aient le temps d'être autre chose que des artifices de scénario. C'est un peu dommage d'un certain côté, mais de l'autre ça colle tout à fait avec le manque total d'empathie et d'intérêt du personnage, donc je ne trouve pas ce défaut rédhibitoire.

Visiblement, tu as bien appris la leçon des Montagnes de Sifflemort, cette AVH étant tout sauf linéaire, avec de multiples passages et possibilités.
Je me joins cependant aux autres critiques pour dire que la partie dans l'hôtel passe vraiment trop comme une lettre à la Poste.

Au final, je ne ferais qu'un reproche majeur : c'est VRAIMENT très court. La non-linéarité est appréciable, mais dans ce cas il conviendrait d'augmenter le nombre de paragraphes pour que l'aventure reste à une longueur égale. En l'état, on a à peine le temps de s'impliquer que pouf, c'est déjà fini - pour tout dire, je pensais qu'il y aurait un retournement de dernière minute et un bon tiers de l'aventure à finir une fois qu'on aurait ramené le fils.
Avec 50-100 § de plus, cette AVH aurait gagné pas mal en consistance à mon avis.

En conclusion, je me trouve devant une situation un peu étrange : objectivement, cette AVH est bien meilleure que ta précédente. Le style a été épurée, les mécanismes sont beaucoup mieux huilés, la structure est bien plus variée, l'équilibrage est bien meilleur. Et pourtant, je trouve qu'il lui manque un petit je-ne-sais-quoi qui fait que je pense que je garderais un souvenir plus marquant des Montagnes de Sifflemort. Peut-être que je préfère de loin les grands espaces naturels à la jungle de béton, ou le côté "épopée légendaire", mais j'ai trouvé l'immersion supérieure dans le précédent ouvrage.
Néanmoins, l'OEil vert reste une AVH de très bonne facture montrant des progrès considérables. Continue sur cette voie !
La violence n'est pas la bonne réponse !
La violence est la question. La bonne réponse est "oui".
Répondre
#26
Merci pour vos retours, les gars Smile

(12/12/2013, 21:55)titipolo a écrit : -Des tirages souvent injustes (et qui ont provoqué chez moi une mort lors de ma première partie parce que j'ai tiré 2 aux dés). je trouve dommage de lancer simplement un dé pour déterminer un succès ou un échec, sachant que certains échecs aboutissent à la mort. Personnellement j'aurais d'abord laissé une chance au lecteur en lui laissant l'occasion d'utiliser un objet pour se sortir d'une situation périlleuse. Après s'il ne l'a pas acquis, là on peut utiliser le test.

J'ai corrigé ça en partie dans la v2... Après, j'ai essayé de rendre ça réaliste, et surtout qu'il y ait un chemin où ces lancers peuvent être évités !

Citation :-Je te conseille de te relire, il y a certaines fautes. Pour un AVH de 152 paragraphes, je pense que tu peux largement les réduire.

Ca, je fais mon possible - j'espère que tu n'as pas été trop gêné !
Citation :-Des incohérences notamment dans l’hôtel. Premièrement, dans un quartier soit disant sensible, un hôtel chic ne semble pas avoir sa place.

L'hôtel se situe en centre-ville Wink

Citation :Il faut dire que la surveillance me parait très négligente. Dans cet hôtel, j'ai pu me balader comme dans un moulin malgré la présence de caméras de surveillance. J'ai même pu poser des questions dans l’hôtel pour avoir des renseignements sur notre ennemi sans que personne n'ait des soupçons. Enfin je n'avais aucun mot code pour m'aider et j'ai réalisé que c'était plus simple que lorsque j'ai refait une autre partie avec des chemins différents.


Hum, c'est vrai... J'aurai dû peut-être corser plus (mais je craignais que ce ne fût trop difficile)
Quand à ta dernière remarque, je dois avouer que j'ai pensé que ce serait trop dur si le lecteur arrivait sans mot code vers le méchant... (D'ailleurs, je vois plus les codes comme des "marqueurs" de scénario...

Citation : Et puis nos ennemis qui fument du crack et qui ne se rendent pas compte que l'on est entrain de les buter avec notre couteau, ca fait peu réaliste (d'ailleurs à ce qui me semble, le crack ne met pas dans un état second mais décuple les performances athlétiques).


Je ne m'y connais pas assez pour dire... Tongue
Moi, ça ne me semblait pas irréaliste !

Citation :Ensuite, faire confiance à un mercenaire qui se shoote alors que ce n'est pas les assassins qui manquent dans ce quartier, il faut vraiment être désespéré.

Peut-être qu'ils se shootent tous Tongue



(02/02/2014, 13:18)Akka a écrit : Voilà, je viens de finir, mission accomplie et paiement démultiplié, c'est bon d'être un profiteur Big Grin

Bien joué, camarade !

Citation :L'AVH est ainsi originale, tant dans l'environnement (le côté corrompu et délabré d'une cité pseudo-futuriste) que dans le personnage (déchet humain vicieux et sans conscience).

J'ai l'impression que ça t'a plu - donc c'est cool Smile

Citation :L'écriture est très bonne, bien formulée, naturelle et fluide, avec un haut niveau de sophistication mais qui sait rester discret. Il reste quelques erreurs un peu trop nombreuses (mots oubliés, fautes d'accord, typo, etc.), mais il s'agit de défaut superficiels.


Même si ça ne semble t'avoir gêné, il faudrait que je les éliminassent (!), ces défauts ! Les profs me font souvent la remarque, quant aux mots oubliés...

Citation :Les personnages sont bien décrits, mais cependant on ne les voit pas vraiment pas assez longtemps pour qu'ils aient le temps d'être autre chose que des artifices de scénario. C'est un peu dommage d'un certain côté, mais de l'autre ça colle tout à fait avec le manque total d'empathie et d'intérêt du personnage, donc je ne trouve pas ce défaut rédhibitoire.

De toute façon, je n'avais pas songé à ce détail ! J'y réfléchirai à l'avenir...

Citation :Visiblement, tu as bien appris la leçon des Montagnes de Sifflemort, cette AVH étant tout sauf linéaire, avec de multiples passages et possibilités.

C'était difficile, ça, c'est vrai... Je ne referai plus la même erreur !

Citation :Je me joins cependant aux autres critiques pour dire que la partie dans l'hôtel passe vraiment trop comme une lettre à la Poste.

C'est effectivement ce qui ressort... Et c'est un peu l'impression que j'ai eue en écrivant, sans savoir franchement comme éviter ça...

Citation :Au final, je ne ferais qu'un reproche majeur : c'est VRAIMENT très court. La non-linéarité est appréciable, mais dans ce cas il conviendrait d'augmenter le nombre de paragraphes pour que l'aventure reste à une longueur égale. En l'état, on a à peine le temps de s'impliquer que pouf, c'est déjà fini - pour tout dire, je pensais qu'il y aurait un retournement de dernière minute et un bon tiers de l'aventure à finir une fois qu'on aurait ramené le fils.
Avec 50-100 § de plus, cette AVH aurait gagné pas mal en consistance à mon avis.

C'est marrant, mais je ne m'en suis absolument pas rendu compte en l'écrivant - craignant même que ce ne soit trop linéaire ! Mais bon, c'est comme ça... J'avais songé à rajouter une partie où l'Oeil trahirait le héros.
On pourrait aussi imaginer une course poursuite après le départ de l'hôtel, ceci dit ; en développant un peu la partie dans l'hôtel, ça n'aurait pas été mal, c'est sûr...

Citation :En conclusion, je me trouve devant une situation un peu étrange : objectivement, cette AVH est bien meilleure que ta précédente. Le style a été épurée, les mécanismes sont beaucoup mieux huilés, la structure est bien plus variée, l'équilibrage est bien meilleur. Et pourtant, je trouve qu'il lui manque un petit je-ne-sais-quoi qui fait que je pense que je garderais un souvenir plus marquant des Montagnes de Sifflemort. Peut-être que je préfère de loin les grands espaces naturels à la jungle de béton, ou le côté "épopée légendaire", mais j'ai trouvé l'immersion supérieure dans le précédent ouvrage.
Néanmoins, l'OEil vert reste une AVH de très bonne facture montrant des progrès considérables. Continue sur cette voie !

Les deux n'ont au final pas grand chose à voir, c'est sûr ! Mais peut-être l'Oeil m'est plus personnel que les Montagnes... Trop tolkiennisantes ! Et puis l'Oeil est une avh bien plus funky, c'est pour ça que c'est la meilleure !

Bref, merci à vous deux pour vos feeds !
Répondre
#27
(09/02/2014, 00:00)oorgan a écrit : Même si ça ne semble t'avoir gêné, il faudrait que je les éliminassent (!), ces défauts ! Les profs me font souvent la remarque, quant aux mots oubliés...
Comme le "pas" dans ta première phrase qui est passé à la trappe ? Big Grin
Citation :J'avais songé à rajouter une partie où l'Oeil trahirait le héros.
On pourrait aussi imaginer une course poursuite après le départ de l'hôtel, ceci dit ; en développant un peu la partie dans l'hôtel, ça n'aurait pas été mal, c'est sûr...
Je m'attendais à moitié à être trahi par l'OEil, mais plus par l'habitude du cliché que parce que ça aurait collé à l'histoire, et je préfère largement le fait qu'il ne le fasse pas (après tout on bosse pour lui au rabais et on sauve sa mise et possiblement on lui offre la ville sur un plateau, quel serait son intérêt de trahir ?).
Non, je pensais plutôt à la police qui nous repère, ou à une extraction beaucoup plus délicate, ou aux sous-fifres du kidnappeur qui nous courrent après, etc.
La violence n'est pas la bonne réponse !
La violence est la question. La bonne réponse est "oui".
Répondre
#28
Je viens de la finir (au 139, vu que tu demande a chaque fois sur quelle fin on est tombé ^^ ) et comme les autres je déplore les mêmes défauts :

- des mats rageants (j'aime pas perdre sur un coup de dé malheureux)
- La facilité du combat final.

J'ai aussi trouvé l'aventure hyper rapide, et comme Akka je m'attendais a un coup tordu (je deviens méfiant avec l'age ?) :p
Mais j'ai pas vu les 3 autres fins donc après les YAZ j'explorerais les autres voies.
Répondre
#29
Peu de chose originales à ajouter concernant cette avh, je crois que tout a déjà été dit. Mais voici ce que je comptais dire avant de lire les autres retours : très nette amélioration du style qui devient plus épuré, ainsi que de la jouabilité. Influence des avhs comme Chrysalide, avec un fond de Trafiquants de Kelter (mais en bien mieux) pour la SF. Un héros amoral et junkie, ça change et c'est bien, avec un côté mature surprenant. La SF est genre vraiment casse-gueule mais cette avh s'en tire bien.
J'ai relevé encore quelques petites fautes d'orthographe, dont un grosse dans l'intro (de mémoire).

Au final quand on la compare aux premières avhs d'Oorgan, prometteuses, on voit qu'il s'est grandement amélioré sur plusieurs points.
A ce rythme de progression, on va finir un jour par le trouver sur le podium si il persévère. Merci à toi pour ce bon moment de lecture.
Répondre
#30
(01/03/2014, 12:25)VIC a écrit : Peu de chose originales à ajouter concernant cette avh, je crois que tout a déjà été dit. Mais voici ce que je comptais dire avant de lire les autres retours : très nette amélioration du style qui devient plus épuré, ainsi que de la jouabilité.

C'est le sentiment que j'ai eu en écrivant, et c'est pour ça que le résultat ne me déçoit pas de trop !

Citation :Influence des avhs comme Chrysalide, avec un fond de Trafiquants de Kelter (mais en bien mieux) pour la SF.

Chrysalide, peut-être, mais j'ai écrit l'Oeil Vert bien après la lecture de l'avh d'Outremer. Quant aux Trafiquants, j'ai pas lu !


Citation :Au final quand on la compare aux premières avhs d'Oorgan, prometteuses, on voit qu'il s'est grandement amélioré sur plusieurs points.
A ce rythme de progression, on va finir un jour par le trouver sur le podium si il persévère.

Qui sait !

Citation :Merci à toi pour ce bon moment de lecture.

Mais tout le plaisir était pour moi, mon cher !
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)