Le maladie de la 2ème personne du pluriel
#1
Ce matin, interrogation en expression écrite. Pour moi, ce n'est pas un réel problème car j'ai toujours (sans vouloir me vanter Redface) de très bonne notes : de 18 à 20. Mais au moment où le thème est donné, et que notre professeur lance un "c'est parti", je commence par :
" le marchand vénitien..."
Blocage. En temps normal, j'aurai mis "le marchand vénitien s'adresse au peintre", mais ma main m'ordonne d'écrire "le marchand vénitien s'adresse à vous". Toute les cinq secondes, j'ai envie de tout réécrire pour mettre le texte comme dans un livre dont vous êtes le héros.
Je finis laborieusement ma copie et la remet au professeur.

Tout les soirs, j'avance dans un nouveau projet d'AVH, et je m'endors en lisant un Défis fantastique ou Loup Solitaire. Je me demande si cette lecture ou écriture abusive du livre-jeu ne me fait pas considérer comme normal d'écrire à le seconde personne. Est-ce que cela vous est déjà arrivé ? Comment faire pour y remédier ?

(Je lis de temps en temps d'autres genres de livres fantastiques, et cela ne me gêne heureusement pas à la lecture)
Répondre
#2
Vouvoyer par écrit ? Non, jamais ... Je vous le dirais sinon. Vous pensez bien ... ;-)

Cela peut créer un effet de style, mais c'est risqué. Le genre de truc qu'on peut se permettre une fois avec un prof assez ouvert, mais pas deux.

Une astuce consisterait à utiliser une lettre :
Le peintre se met à lire la lettre envoyée par le marchand vénitien. Et là, tu peux utiliser le Vous.

Une autre solution : le dialogue.


Pour répondre à ta question, je ne pense pas que ce me soit déjà arrivé.
Répondre
#3
J'ai eu un peu ce problème lorsque j'ai entamé la rédaction de mon premier roman traditionnel (en cours d'ailleurs).
Le Vous revenait sans cesse, et j'ai du me plonger dans un roman policier de quelques 600 pages histoire d'oublier la narration type des ldvelh.

Je pense que c'est un automatisme qui vient avec l'écriture fréquente d'avh, automatisme renforcé par la lecture de ldvelh.

La maladie guérira, sois-en sûr !
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#4
Tu m'as fait sourire, Maléfisse LOL

Sinon il y a une solution très simple, c'est d'arrêter d'écrire tes AVHs à la seconde personne. Fitz a écrit Gloire Posthume à la première personne, et Emergence utilise la troisième.
Tu pourrais essayer le Nous, tiens... Cool on pourrait jouer un groupe de personnes, ou un personnage schizo.
[Image: litteraction5.png]Littéraction.fr
Le site de livres-jeux dont VOUS êtes l'auteur !
Répondre
#5
Tu es imprégné de ce que tu fais et cela déteint sur tes autres activités créatrices, mais bientôt ce ne sera qu'un outil de plus et tu en exploreras d'autres.
Quand j'écris des contes, j'ai souvent envie de prendre à témoin le lecteur, de m'adresser à lui. Mais c'est une transgression très forte et la relation à sens unique de l'écrivain au lecteur n'arrange pas les choses. Seule l'interactivité d'une AVH permet de tenir sur la longueur, ce qui en fait un genre exceptionnel, un canal de communication unique.
AVH: Les noyés,  La chute.
Jeu: Conflux


Répondre
#6
Merci(s) pour vos réponses !

(04/02/2013, 23:07)sunkmanitu a écrit : Le Vous revenait sans cesse, et j'ai du me plonger dans un roman policier de quelques 600 pages histoire d'oublier la narration type des ldvelh.

Bon, ben, c'est parti Confusoupir:
Répondre
#7
Ou alors il faut faire comme Jonathan Stroud qui fait des petites apartés en bas de page pour donner l'avis de Bartimeus sur la situation.
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)