Les Noyés
#61
Merci pour les retours.

Syphil, tu as raison pour le ton froid. Le chef de sécurité est techniquement un psychopathe: il met en sourdine ses émotions pour une question de survie. Pour le dialogue avec Bob, c'est clairement un ratage. Le défi était le suivant: comment déclarer à quelqu'un qu'il est foutu alors qu'on a 60s pour le faire, la responsabilité d'une centaine de vies, et la personnalité du chef de sécurité? J'ai vraiment séché. La solution facile était de ne pas inclure cette scène, mais il me semblait important de donner l'opportunité d'être humain au cœur de la crise. C'est un peu l'opposé symétrique du départ en hélico. Je réessaierai d'écrire cette scène. Suggestions bienvenues.
AVH: Les noyés,  La chute.
Jeu: Conflux


Répondre
#62
Je comprends mieux pourquoi la scène avec Bob dénote avec le reste.
Tu peux par exemple essayer l'humour (ce que je ne te conseille pas) genre "Je vais devoir te quitter bob, je passe sous un tunnel Pfrpfrpfrl" LOL

Je me dis que dans son cas, il serait peut-être plus cohérent que le héros se rende compte qu'il n'est pas en mesure d'être réconfortant malgré son choix d'essayer. C'est très difficile d'imaginer comment on pourrait y réagir, mais je me dis qu'à sa place, je ne saurais tout simplement pas quoi dire qui ne me paraisse pas déplacé et injuste.
Ce n'est qu'une suggestion mais ça me paraît plus humain que "oui tu vas mourir, mais sache qu'on chantera tes louanges" "ah bon, bah ça va alors je me sens mieux du coup, merci chef !" Mrgreen
Répondre
#63
Je comprends ce que tu dis Syphil, mais la logique de ne rien faire quand il n'y a rien à faire est un renoncement. Or le héros des Noyés ne se laisse pas vaincre par l'impuissance, c'est une question de détermination, c'est ainsi qu'il se définit.
S'il veut rester humain, même envers ce qui n'est plus, d'un point de vue objectif, qu'une viande qui va mourir, il doit trouver quoi lui dire.

Curieuse coïncidence, il y a quelque jours, je discutais avec une personne exceptionnelle, courageuse, capable, très occupée, qui me racontait sa journée. Elle avait dû faire appel à des recours extrêmes pour venir en aide - comprendre provoquer un changement de vie - à un quasi-inconnu désespéré en seulement 5mn, en plein dans le tourbillon de la vie qui la tiraillait de toutes parts.
Sa solution était un mélange d'humanisme, de baffe, de questions fondamentales à brûle-pourpoint, de lucidité sans ambages, d'amabilité en situation d'urgence, etc. C'est sûr que ça a dû secouer le gars. Mais était-ce la bonne manière? A vrai dire, il peut tout aussi bien se suicider que se renouveler, maintenant... elle ne sait vraiment pas, mais elle a essayé.
Et elle aurait pu choisir de ne pas aller vers lui. Le tunnel, comme tu dis. L'esquive...

Je trouve intéressant ce courage. Cela vaut le coup de chercher moi aussi comment on fait, même s'il y aura des ratages.
AVH: Les noyés,  La chute.
Jeu: Conflux


Répondre
#64
Vu les bons retours de l'AVH, je me suis tenté à la faire... Attention, la critique est un peu épineuse !

En premier lieu, je pense qu'il faudrait donner plus d'informations au lecteur concernant la feuille d'aventure. Celle-ci montre une "répartition des soldats sur la plate-forme" mais aucune règle n'informe le lecteur sur son fonctionnement. Dois-je attribuer mes 20 soldats aux différents niveaux dès le début ? Ou non ? Et les civils alors ? Et en quoi les blessés agissent sur les combats ? Puis-je encore les utiliser ? Tout le monde a l'air d'avoir compris le fonctionnement du premier coup, mais personnellement, j'étais dans le flou...

Après, je me suis questionné sur certains points, particulièrement la présence des soldats sur la plate-forme pétrolière. Bien que les plate-formes pétrolières réelles soient bien défendues contre les pirates, le terme "agent de sécurité" collerait peut-être mieux. J'ai eu l'impression de me retrouver sur une véritable forteresse militaire avec le côté arsenal et compagnie.

Le style de l'AVH est pas mal. On retrouve bien le côté "action", voir "bordélique" de la situation. J'ai particulièrement apprécié ! Par contre, attention aux lourdeurs d'écriture, du genre :
Citation :Et la visite inopportune de l'inspectrice de Greenpeace mandatée par l'ONU, qu'un dirigeant d'Oil Refinery Company, arrivé en hélico au matin pour démontrer un semblant de responsabilité, vous a sollicité de guider personnellement.

D'ailleurs, l'ONU mandate des inspecteurs de Greenpeace ?

Enfin, pour moi le gros point noir : la concentration monstrueuse nécessaire pour jouer.
Citation :Continuez de suivre le passage du temps et notez le moment où l'électricité repartira : réparer les machines prendra autant de temps qu'il s'en est écoulé depuis la panne.
Citation :Si le docteur Schweitzer est à l'infirmerie ou au laboratoire, vous recevez un appel de sa part. Si vous souhaitez le prendre, un homme vous relaie pour tirer le temps de la conversation. Lisez alors le 54 si l'appel vient de l'infirmerie, le 83 s'il vient du labo.
J'ai personnellement lu l'AVH sans me soucier de qui se trouve où et quand, ni ce qu'ils font, et je suis complètement largué en voyant ces lignes. Quand on me dit de ramener/laisser/envoyer des soldats au réfectoire, alors que ma FA précise juste "Niv 2/1/1-bis/0", je ne sais même plus quoi faire ! Je ne sais pas si ça continue comme ça après les 6-7 premiers paragraphes, mais autant dire que ça calme net Lool

Du coup, j'ai préféré laisser l'AVH en suspens pour le moment et la lire plus tard la tête reposée... Je ne sais pas si ça vient que de moi ou non, car les critiques précédentes n'ont pas l'air de soulever ce dernier point précisément, mais pour moi, ça aura été une grosse galère à jouer.

Enfin, comprends que ma critique n'est que personnelle ! Ce n'est que mon ressenti... et peut-être que mes prochaines lectures seront bien plus agréables et fluides que mes premières. Wink
Répondre
#65
(08/03/2013, 22:34)Kilarn a écrit : En premier lieu, je pense qu'il faudrait donner plus d'informations au lecteur concernant la feuille d'aventure. Celle-ci montre une "répartition des soldats sur la plate-forme" mais aucune règle n'informe le lecteur sur son fonctionnement. Dois-je attribuer mes 20 soldats aux différents niveaux dès le début ? Ou non ? Et les civils alors ? Et en quoi les blessés agissent sur les combats ? Puis-je encore les utiliser ?
Kilarn, tes questions sont justes et actuelles, elles seront précisément prises en charge par la version numérique. Pour la version papier, c'était possible de faire un manuel détaillé de l'aventure, mais ces questions ont été volontairement laissées à l'initiative du lecteur (une différence que j'aime entre la programmation et l'écriture!). L'idée, un peu insolente sans doute, est qu'on doit se mettre dans la peau du héros, s'imprégner de la situation, pour résoudre les problèmes, en comblant soi-même les trous pour tout comprendre, à commencer par les règles... Sinon, elles occuperaient toute la place, et elles sont déjà bien exigeantes comme ça. Ce n'est pas parfait, mais devant le défi d'inventer des règles pour des situations complexes et dynamiques tout en gardant une fluidité de lecture, j'ai choisi la simplicité.

Citation :Après, je me suis questionné sur certains points, particulièrement la présence des soldats sur la plate-forme pétrolière. Bien que les plate-formes pétrolières réelles soient bien défendues contre les pirates, le terme "agent de sécurité" collerait peut-être mieux. J'ai eu l'impression de me retrouver sur une véritable forteresse militaire avec le côté arsenal et compagnie.
Bonne question. Ce sont des soldats parce qu'il s'agit de mercenaires (on voit un peu dans leur background que certains ont fait des guerres assez chaudes). La compagnie pétrolière emploie une armée professionnelle privée. En haute-mer, les compagnies pétrolières disposent d'un black-out médiatique gracieusement offert par leur gouvernement (le "secret-défense"); et les USA ne lésinent pas pour défendre leur infrastructure, privée ou publique, d'attaques disruptives. Des soldats, donc.

Citation :Le style de l'AVH est pas mal. On retrouve bien le côté "action", voir "bordélique" de la situation. J'ai particulièrement apprécié !
Cool, merci.

Citation : Par contre, attention aux lourdeurs d'écriture, du genre :
Citation :Et la visite inopportune de l'inspectrice de Greenpeace mandatée par l'ONU, qu'un dirigeant d'Oil Refinery Company, arrivé en hélico au matin pour démontrer un semblant de responsabilité, vous a sollicité de guider personnellement.
La lourdeur de la phrase est sensée exprimer l'agacement fastidieux que ces évènements produisent chez le narrateur. Ce n'est peut-être pas réussi.

Citation :D'ailleurs, l'ONU mandate des inspecteurs de Greenpeace ?
Excellente question encore! L'ONU ne dispose pas d'Inspecteurs Diplômés de l'école de l'ONU. Elle recrute parmi des experts qui ont généralement leur propre vie professionnelle. Maintenant, la réalité c'est que les décisions sont prises par des hauts-fonctionnaires dont on ne soupçonne ni le nom ni le pouvoir, tellement il y a de couches. L'argent des contribuables, ils en font ce qu'ils veulent, et c'est la foire d'empoigne des intérêts politiques, familiaux et économiques. Chacun y va de son lobbying, les compagnies pétrolières comme les compagnies écolos, chacun place ses pions. Deepika Bringer est fille d'ambassadeur Anglais, de mère bangladeshi (d'un village côtier miraculeusement épargné par les inondations depuis des siècles, mais c'est une autre histoire), et a des affinités avec la cause écolo pour des raisons très personnelles... Elle est rapporteuse indépendante sur papier, mais c'est le lobby de Greenpeace qui pousse à ce que ce soit elle qui rapporte les Commissions de l'ONU depuis une quinzaine d'années. (tout cela n'apparaît pas dans les 100§, je sais, il a fallu faire des choix).


Citation :Enfin, pour moi le gros point noir : la concentration monstrueuse nécessaire pour jouer.
Voilà qui me motive pour l'adapter en numérique. Ton point de vue sur l'ergonomie du résultat m'intéresserait. Est-ce que cela t'intéressera de faire un peu de beta-testing quand ce sera fini?

Citation :Du coup, j'ai préféré laisser l'AVH en suspens pour le moment et la lire plus tard la tête reposée... Je ne sais pas si ça vient que de moi ou non, car les critiques précédentes n'ont pas l'air de soulever ce dernier point précisément, mais pour moi, ça aura été une grosse galère à jouer.
Tu peux peut être faire une première lecture purement littéraire sans te préoccuper trop des règles, en attendant la version numérique qui sera plus automatisée.
AVH: Les noyés,  La chute.
Jeu: Conflux


Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)