Samuraï tome I : les trois villages
#16
J'ai bien vu la règle des 20pts de Ki maxi au départ. Pour ma part je suis parti avec 40/10.
Mais ma question reste toujours valable je crois.
Dans l'exemple de ton golgoth 45/5, le 5 sera-t-il "pour toujours" son maximum de ki, ou bien pourra-t-il le dépasser en cours d'aventure, juqu'à atteindre la fameuse limite des 20 pts?

Si c'est la première option, alors il ne pourra jamais utiliser les techniques de ki les plus coûteuses lors des opus suivants.
Si c'est la deuxième, alors il est avantageux sur le long terme de prendre un profil 45/5, puis qu'il peut devenir assez vite un 45/20 (au lieu d'un 30/20 qui ne bougera jamais).
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#17
Ta question reste valable, c'est ma réponse qui n'est pas aboutie !
Pour l'aventure en cours tu ne peux pas dépasser 20 en Ki. Si tu choisis ton total initial à 5 tu ne pourras pas dépasser 5 tout au long de l'avh. Après rien ne t'empêche de changer tes paramètres lors d'un prochain tome. Tu peux conserver objets, armes et total d'honneur, tu peux modifier tes totaux initiaux de paramètres (agilité, Maitrise de combat et psychisme) tu peux aussi changer les techniques secrètes que tu maîtrises. Tu peux en fait personnaliser ton perso à loisir d'un tome à l'autre, ou garder le même profil durant la saga. Mais tes totaux initiaux une fois choisis ne peuvent pas être dépassés durant une même aventure.
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#18
Je viens de le terminer et je dirai que c'est remarquable.
Remarquable par l'univers mis en place, d'une grande richesse et doté d'une foule de détails qui sonnent "vrai". Il y a incontestablement un formidable travail en amont pour mettre en place et rendre crédible ce Japon "Fantasy" qui s'impose au lecteur sans problème. Certains détails m'ont beaucoup plu, comme les dauphins qui accompagnent notre embarcation ou les pétales de cerisier dispersés devant le temple pour écarter les forces mauvaises. Bref ! De ce côté là, Banzaï ! C'est une réussite.
Au niveau de ce qui m'a un peu gêné, j'ai mal pris de perdre 1 point d'honneur pour avoir laissé des cavaliers et leurs adversaires se massacrer entre eux au bord de la route sans intervenir. Ne sachant pas qui ils étaient, j'ai trouvé plus sage de les laisser régler leurs petites affaires dont je ne savais rien et cette "sanction" m'a un peu surpris. Sympa aussi l'accueil au village avec une volée de flèches dans la gueule à mon arrivée : les lois de l'hospitalité sont spéciales dans ce pays...
Ce qui m'a beaucoup gêné, c'est le peu de combats pendant une bonne partie de l'aventure et au moins un combat par paragraphe vers la fin. C'est peut-être le chemin que j'ai pris, mais ce décalage m'a marqué. Et celà rejoint ce qui est pour moi l'inconvénient (façon de parler) majeur de cette avh : il lui manque, je trouve, une dimension épique. Beaucoup de discussions, de réflexions, voir de philosophie, mais un manque de moments épiques, sauvages ou haletants. Le Japon féodal était un monde raffiné, esthétique et brutal à la fois et je dirais que c'est le premier aspect qui domine ici, un peu aux dépends du second. On est clairement emporté par ce monde trés bien décrit et crédible, mais il y manque un aspect épique ou des moments "forts" ou palpitants.
Dernière remarque : peut-être faudrait-il personnaliser un peu le héros dans les volumes suivants, le rendre un peu moins lisse, révéler, par quelques détails, un peu de son caractère, de ses goûts ?
Au niveau stylistique, si tu permet, j'accroche mal avec les oiseaux se livrant un "combat de mélodies" (un concours de mélodies ne serait-il pas plus judicieux ?) et "les cordes de pluie".

Au final, l'ensemble reste, comme je l'ai dit, remarquable. On est si facilement immergé dans cet univers qu'on en oublierait presque le formidable travail effectué pour le mettre en place. L'ensemble est vraiment plaisant, rapelle avec bonheur "La loi du sabre" de Doug Headline et l'on attend la suite avec impatience. Merci à toi pour cet agréable moment d'évasion !
Anywhere out of the world
http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org/
Répondre
#19
Et bien Vs, ton retour fait chaud au cœur, c'est le moins que l'on puisse dire !
J'ai travaillé quelques grosses semaines à me documenter, à apprendre et à me baigner dans les ambiances "japon féodal", en accéléré car à l'inverse des tribus amérindiennes, je ne suis pas "très connaisseur" de ce coté du monde et de l'histoire en général. Mais depuis tout petit les vieux sages à barbe blanche désarmant trois ou quatre ennemis plus fort m'ont toujours émerveillé.
Pour le coté ambiance effectivement une certaine lourdeur peut se faire sentir durant l'avh : c'est voulu mais je ne pensais qu'elle soit perceptible à ce point, en fait par des actions par forcément "tranchantes" et par une insistance sur l'atmosphère "pluvieuse" je voulais donner à ce premier tome une ambiance égale à "Seven", le film. Gris, froid et triste. Pas très joyeux pour débuter une saga, mais l'idée était de donner dans le dramatique en montrant à quel point les forces Obscures ont une influence sur l'humeur même de la région... Wink
Pour les dauphins et autres trouvailles "fantasy" j'ai puisé dans mes souvenirs de gosse (et de grand) en pensant à LOTR, Avatar et plein de disney. Pour les idées "asiatiques" typiques, c'est un peu de vrai et un peu d'imagination, des trcus que je trouvais sympa à utiliser et qui pouvaient sonner "authentique" dans ce monde imaginaire.
Il y a quelques passages de l'avh où tu peux même rencontrer un jolie femme qui te fait découvrir pleins de trucs "sympas"... Wink
pour le point d'honneur perdu faudra que je vérifie, l'endroit exact, je pense savoir de qeulle scène tu parles, mais dans les choix faudra que je regarde mon plan d'origine...
Pour la dimension épique, c'est vrai : il en manque. Mais je ne voulais pas que Keijiro soit Conan dès le premier tome. Il sort du temple, est jeune et encore influençable. Il devra faire ses armes (et chaque lecteur aura un comportement différent face aux manifestations des FO) et choisir "sa" voie.
Pour les combats, justement, après 1930, je me suis rendu compte qu'avh d'action signifiait pour moi "FPS de malade", j'ai essayé de rectifier le tir en mettant moins de combats obligatoires tout en laissant une partie "fight" vers la fin. Il en résulte donc un souffle épique en moins ; pas d'inquiétude ça ira crescendo avec les tomes suivants Twisted.

Pour les erreurs de style, je vois le problème pour les oiseaux, par contre "cordes de pluie" ça ne se dit pas ? je pensais que oui Smile

En finalité, si tu as été capté par l'histoire et qu'elle t'a parue fluide au point d'y rentrer d'emblée, c'est bon signe pour le monde crée.

Merci pour ce feed et à bientôt. Wink
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#20
C'est vrai que l'ambiance pluvieuse est bien rendue, on visualise bien le ciel noir chargé de nuages, la lumière déclinante, l'humidité ambiante (même si j'ai pas fait le lien avec "Seven" sur le coup).

"Cordes de pluie", ça me gêne... Ok pour l'expression "pleuvoir des cordes", mais je sais pas, j'ai du mal... Bon, impression perso !
Anywhere out of the world
http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org/
Répondre
#21
Ou un rideau de pluie peut etre ?
Répondre
#22
Pour ma part je trouve que la justesse de ton est excellente.
Contrairement à VS, j'ai beaucoup apprécié l'atmosphère. A la fois feutrée, avec des moments de "méditation" mais aussi la violence qui du fait de sa relative faible occurence devient d'autant plus marquante. J'ai encore le souvenir de toute la scène du moine possédé. Juste avant on nous prévient que la "mort" est là, on évolue dans un cadre plutôt enchanteur, et on se demande quand le côté bucolique va cesser. D'un coup il cesse, et de quelle manière! Non franchement niveau ambiance c'est le top. Pareil quand j'ai fait un bout de chemin avec ce brave pécore...
J'ai bien aimé l'expression "combat de mélodies", j'ai vu là comme une sorte de parallèle avec les entrainements martiaux des samouraï, comme si chaque être vivant, à son échelle, reproduisait le même schéma du dépassement de soi.
Pour la non-personnalisation du héros, là encore je trouve que c'est typique de l'ambiance. Un samouraï n'a pas d'égo, peu importe qui il est, seul compte le code et l'honneur pour lui. Je pense qu'on pourra le personnaliser au fil des tomes, une fois qu'il aura parcouru le monde extérieur et qu'il pourra donc s'affirmer plus en tant qu'individu, et céder à ce piège. Il ne faut pas oublier qu'il a passé presque toute sa vie dans le monastère, et que donc ce n'est que maintenant, alors qu'il sera confronté à autre chose, à cet "l'extérieur" qu'ilk ne connaissait pas, qu'il pourra être tenté de dévier de la voie toute tracée, lisse et "aseptisée", de l'enseignement qu'on lui a donné. J'ai raté le passage de la "Geisha", mais je suppose que c'est un peu l'idée, il découvre vraiment un truc qui change sa façon de voir les choses^^
J'aime bien aussi qu'il n'y ait rien "d'épique", du moins pas dans le tome 1. Il y a des passages marquants, mais il faut en garder sous le pied pour les 9 volumes suivants. Pour moi le simple fait de pouvoir rencontrer des "légendes vivantes" que sont certains samouraïs suffit à me plonger dans l'ambiance. On a l'impression d'être le dépositaire d'un savoir, qu'on nous juge seul digne de l'être, et que c'est une responsabilité de mériter cette confiance (et pas de s'en enorgueillir).

Pour les combat, j'ai quand même eu la chance de pouvoir retrouver mon total de départ avant la bataille finale, sinon je ne m'en serai jamais sorti.

Je me demandais, grâce à la maîtrise de combat, on peut donc éviter les combats de ki? Si je tire 7 je peux dépenser 1pt de MC pour passer au 8? Où si je tire 7 je suis obligé de passer au ki, même si j'ai des points de MC à dépenser?
Je me demande ce que peut donner un bourrin 50/0 en fait! Je suppose qu'il y aura par la suite des combats uniquement de ki, et que ce n'est pas une bonne idée de ne pas en avoir. Je pense que 13 est un bon chiffre, car la plus grosse technique en consomme 12 si j'ai bonne mémoire, mais ce ne sera pas pour tout de suite...
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#23
@ VS et Albatur : cordes de pluie c'est histoire de changer la tournure "pleuvoir des cordes" ! Rideau de pluie est utilisé plus loin, lorsqu'il pleut plus fort !

@ Tholdur : Et bien les retours que je reçois depuis hier me font vraiment chaud au coeur !
Merci pour la finesse de ta critique, la sensibilité je dirais même. Jouer sur des scènes marquantes, en faible quantité, et contraster avec des scènes plus apaisantes est une recette de film d'horreur (et surement de littérature d'horreur, mais je ne suis pas assez connaisseur !) : Au plus on montre, on banalise la violence au moins elle percute. J'ai en mémoire un film qui s'appelle Sling Blade avec Billy bob Thornton.

Parenthèse ouverte pour le parallèle avec ce que tu dis : Dans le film le ton monte progressivement entre un papa/mari violent/macho et un p'tit bonhomme dont Thornton (un poil handicapé mental) se prend d'affection. Il protège le gamin jusqu'à la fin sans sourciller et se prend remontrances et brimades par le papa en question (Dwight Yoakam excellent) et ses potes. Le final du film est un déluge de barbarie au seul nom de l'amour porté à l'enfant. C'est marquant, beaucoup et longtemps. Parenthèse fermée.

Keijiro sait tuer. Il n'a jamais tué d'hommes, mais il sait tuer. Il est fort mentalement et physiquement mais une seule chose lui manque : l'expérience du "terrain". Le mot est mal trouvé.
S'il ne tue pas forcément tout au long de l'avh c'est justement car il hésite encore et cherche le chemin que tous samouraï (homme ?) doit trouver dans sa vie : où se situe la limite du bien et du mal dans nos actions. Je ne veux pas paraitre prétentieux en posant cette question, j'écris avant tout pour m'éclater, mais c'est une question que je me posais en écrivant telle ou telle scène avant de penser à des choix possibles pour le lecteur.
Ça rejoint ce que tu dis pour l'extérieur du monastère : il va découvrir le monde, vrai, dur et sans artifices.

Pour la geisha
Show ContentSpoiler:
Pour le coté épique, je le disais plus haut, je ne pouvais pas envoyer du braveheart tout de suite (ou alors en guise d'intro). J'ai d'autres tomes pour étoffer ce coté là. (Putain 9 tomes ! va falloir que je demande à Oiseau le nom des pilules de durabilité avh-ique !!)

Ok pour le regain de PV avant la fin, pourrais-tu me confirmer
Show ContentSpoiler:

Tu peux effectivement éviter les combats Ki grâce à la MC. Encore une fois libre choix à toi. Essaye un 50/0 si tu veux, tu auras juste plus de vie et moins de Ki ! c'est vraiment une option "optionnelle" que j'ai mis pour pouvoir jouer la brute tranchante ou le sangoku au kameha puissant. Pour l'instant joue en 50/0, dans quelques tomes, peut être que tu joueras en 30/20... Twisted
En tout cas merci pour ton commentaire. Sincèrement. Wink
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#24
Le fait que les types sont possédés (ou que ce soient des monstres) rend l'affaire de tuer plus "facile". Le côté fanatique déshumanise les ennemis et donc rend plus acceptable leur mort. Pour revenir au moine possédé, on a même l'impression de l'avoir délivré, et c'est d'ailleurs récompensé en honneur.
Je me demande si tu t'es inspiré du principe de la "Forgisation" que l'on retrouve dans l'assassin royal, en tout cas le procédé m'a immédiatement fait penser à la saga de Robin Hobb.
Il sera plus dur de tuer un adversaire samouraï qui est un serviteur loyal de son maître, tout comme nous le sommes, et obéi donc strictement aux mêmes principes de fidélité. Peut-être qu'il pourra se rendre et qu'on lui accordera la possibilité de racheter son honneur par le suicide rituel?
Ca me fait penser au §18, que je n'ai pas eu la "chance" de lire, mais visiblement le rituel n'est pas "conforme". C'est peut-être un point un peu hors ambiance. Car le seppuku est un truc qui se prépare, lent. Et d'après ce qui en a été dit ici notre personnage semble agir soudainement et cela rompt avec le reste. Mais bon je n'ai pas lu, je n'ai pas d'avis définitif là-dessus, c'est peut-être un peu hors ambiance, à voir si je prends plus de risque pour ma prochaine tentative...

Je conçois mal le fait de changer de caractéristiques d'un tome à l'autre, car c'est comme si on prenait un autre personnage. J'espère donc que tu feras comme dans les LS, qu'on gagne une techniques secrète de plus et/ou de meilleures armes (voire un bonus de ki^^) si on garde le même personnage.

Pour mon parcours
Show ContentSpoiler:
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#25
Je ne me suis pas inspiré de la "forgisation" car je ne connais pas la série "l'assassin royal", je viens d'aller m'instruire sur le net et effectivement ça y ressemble fortement. en fait dans l'idée, les "possessions" des Forces Obscures sont équivalentes aux possessions démoniaques classiques. Facile.
La libération dont tu parles peux donc être assimilée à un exorcisme extrême. Pour tuer un adversaire "normal", ça pourrait paraître plus dur psychologiquement, mais dans ce tome les seuls ennemis normaux sont des animaux ou des hommes sauvages et cruels. dans ce tome...

Pour le sepukku, je ne voulais pas donner dans le suicide traditionnel, c'est pour cela que j'ai opté pour un truc plus radical...

Pour les caractéristques qui changent ou pas d'un tome à l'autre ton idée n'est pas mauvaise (le bonus de continuité avec son "même "perso), je garde en réserve cet avis.

Pour ton chemin et tes techniques "inutilisées" l'herboriste te sert sur un des chemins, vent des forêts doit servir mais j'en suis plus sûr, faudra que je vérifie le document (je suis au boulot là, pas le temps de DL le fichier !).

Voilà tu sais tout Wink
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#26
T'as déjà écrit les synopsis de tous les autres tomes ?
— Je suis la nouvelle impératrice ! Et toi tu vas mourir.
Lempi Chukwumoguey
Répondre
#27
Je commence tellement à te connaître que je sens la question piège type interrogatoire CIA...

Pourquoi pose-tu cette question ?! Wink
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#28
je ne fais que lire les règles encore; je trouve que le coup critique avec la technique Ki de la Mort Écarlate est assez étrange.

Le texte ( téléchargé hier à 21h48 ) porte Keijiro récupère de la vie (16PV max), tandis que son adversaire en perd.
Est-ce que ça veut dire que Keijirô regagne au maximum 16 PV ( et moins s'il lui en manque moins ) et que l'adversaire en perd autant que Keijirô en a regagné ?

D'autre part, je ne vois aucune raison dans la description de la technique pour laquelle Keijirô devrait regagner des PVs. En regardant le résumé, je m'imaginais une espèce de vampirisme psychique, or le texte porte ( j'en demande pardon aux âmes sensibles Mrgreen )
Keijiro attend que l’ennemi lance une attaque, il pare et blesse son adversaire en écorchant les zones de son corps qui peuvent saigner (cou, poignets, visage, chevilles). Keijiro reproduit cette technique trois fois, jusqu’à ce que son adversaire ne soit qu’une plaie béante et
sanguinolente.

Même s'il s'amuse à lécher le sang de son adversaire entre deux coups ( non parce que tant qu'on y est Mrgreen ) je ne vois pas comment cela peut refermer les blessures créées par de violents coups de katana…
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#29
Je n'en suis qu'à ce que j'estime être la moitié de cette AVH vraiment prenante (comme tout ce qu'a écrit Sunk pour l'instant). C'est dingue comme ton écriture ne ment pas. Il n'y a pas d'effet de style inapproprié, c'est puissant et passionné, vraiment. L'univers proposé est riche, travaillé, je suis bluffé.

Je ferais un feed digne de ce nom quand j'aurais fini, mais vu que je l'ai imprimé, je la savoure peinard avant de me coucher.

Au titre des "remarques" que j'espère constructives : alors que le reste de l'aventure est fluide et sans accroc, je trouve un peu flou la description du début (qui ne met peut-être pas assez en valeur l'univers).

Les forces obscures d'un côté, les peuples libres de l'autre et cet arbitre tellurique que constitue le volcan...En fait c'est lui qui me dérange le plus, car j'aurais imaginé une sorte de conscience minérale sans parti pris, et là on comprend que dès que les démons mettent un peu trop le paquet, paf il envoie la purée... Donc, du coup, les démons agressent tout le monde, mais en faisant profil bas. Si j'ai bien tout compris !! Re-donc l'arbitre est clairement acheté par les gentils de l'histoire...A moins que se soit plus complexe que ça.

Le style est vraiment bon avec des passages excellents comme certaines descriptions, des dialogues, des ambiances immersives. Il subsiste quelques répétitions que tu pourrais éviter (compréhensible de part le volume de texte), pour sublimer encore plus l'ensemble.

Enfin la première scène m'a fait penser à un certain Shiryu, méditant devant sa cascade, préparant l'épreuve qui fera de lui le chevalier du dragon en inversant le cours du torrent ^^

A++
Répondre
#30
@Ashim : effectivement j'ai relu la technique dont tu parles et ce n'est pas clair. Tu sais lorsque tu es plongé dans ton écriture, tu lis, tu relis et tu corriges mais bien souvent à force de passer et repasser sur les même lignes des dizaines de fois, tu finis par croire que tout est simple pour le lecteur lambda. Erreur !
En fait la mort écarlate n'est pas un acte de Vampirisme ! Keijiro frappe son adversaire à des endroits qui saignent (ou qui sèvent pour un végétal ?) tandis que son adversaire perd des points de vie, keijiro n'attaque plus et laisse l'ennemi se vider progressivement. Pas jusqu'à la mort car la perte en vie de l'ennemi est fonction du gain en vie de Keijiro. Imagine un comabt entre toi et un samouraï, toi : 20/30PV (30 étant ton total initial) et le samouraï 32 PV. tu vas pouvoir regagner jusqu'à 10 Pv (ton total initial) tandis que l'ennemi chutera à 22. Comme je l'ai précisé plus tôt dans les feed, pour moi le combat Ki est un ralentissement temporel. L'attaque est rapide mais il faut imaginer une étude entre deux adversaires qui se cherchent sans oser approcher, un duel de félins. Donc Keijiro regagne simplement de la vie car l'adversaire saigne et n'attaque plus. C'est difficile à expliquer ce que j'ai en tête ! Ton lancer de dés suivant cette attaque Ki est en fait le symbole de toi qui reprend les rennes du combat en lançant une deuxième attaque (TCP). Dans mon esprit tu regardais l'ennemi se vider jusqu'à ce que toi tu aies récupéré des forces. C'est bordélique comme explication mais je ne trouve pas mieux Neutre
Et je n'ai pas dit que les coups étaient violents, ni qu'ils étaient fait par un katana. Keijiro "écorche" l'ennemi...

@Gwalchmeï : Pour la phrase "ton écriture ne ment pas", elle me fait très plaisir en fait ! C'est une chose qui me touche car tu la perçois. J'essaie d'écrire ce que je ressens. Et c'est ce que tu avoues ressentir...
Bon pour le Volcan, je me suis moi-même pris la tête avec sa vraie nature !...
En fait dans l'idée c'est effectivement une force naturelle, tellurique comme tu dis. Il représente un équilibre, une balance qui gère le bien et le mal. Si beaucoup de bien, il est calme si trop de mal d'un coup, il explose. Par mal, entends "expansion d'une force mauvaise ou conflit à grande échelle". Effectivement lorsque les guerres primaires entre Kankoji et le reste de l'Archipel éclatèrent, Ojikinawa explosa. Aujourd'hui Le mal a compris qu'en se répandant doucement, il figerait le volcan qui se refuse à alimenter en "source de vie" tout territoire contaminé. Je rappelle que la force obscure est tout autour de l'archipel (dans l'océan et sous la terre).
C'est un petit parallèle (maladroit certainement, ou trop manichéen) avec notre humanité. Un petit bien dans un grand mal.
C'est assez compliqué à expliquer (décidément, soit vous m'avez posé deux colles, soit je suis Ko de ma foutue journée de taff !) mais en gros l'idée est là.
C'est vachement plus clair non ?... non hein !

Pour les répétitions dont tu parles, j’essaierais de corriger cela lors d'une relecture finale pour une version "finale" dans quelques mois, avec un oeil nouveau.

Pour Shiryu... Ce doit sûrement être mon subconscient et mon enfance nourrie aux mangas qui ressort maintenant. Tu viens de donner une nouvelle dimension à Keijiro... Par contre Yoki et les deux pics et effectivement une référence au Vieux mâaître et aux cinq pics de saint seya...

Merci à vous deux pour vos questions et remarques. Wink
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)