Idées d'AVH à prendre
#1
Salut à tous,

Il faut que je me rende à l'évidence : je suis plutôt lecteur qu'écrivain. Ce ne sont pas les idées qui me manquent, mais une fois que j'ai le concept d'une AVH en tête, ainsi que les grandes lignes du déroulement et des règles, je me lance dans l'écriture, et là c'est la cata : manque de motivation, perfectionnisme paralysant, volonté de donner tellement de possibilités au joueur que le moindre petit événement s'étale sur de trop nombreux paragraphes...

Et comme en plus je commence un nouveau boulot bien chronophage comme il faut, je manque de temps, ce qui n'arrange rien.

Bref, j'ai trois idées d'AVH plus ou moins développées dans ma besace, qui à mon avis sont relativement originales par certains aspects, et que je trouverais dommage de ne pas partager. Pour deux d'entre elles, les règles sont définies, et à priori fiables. Si quelqu'un est intéressé pour que je lui décrive ça et lui transmette ce que j'ai déjà fait, c'est avec grand plaisir si ça peut permettre un jour de donner naissance à de jolies œuvres. Et je me fiche de ne pas être crédité au générique de l'œuvre finale, même si une petite mention "Idée originale par Vakoran" me ferait plaisir.

Si quelqu'un est intéressé, qu'il me fasse donc signe par MP (histoire de ne pas spoiler les futurs lecteurs). Pour les curieux qui veulent en savoir un peu plus, sans tout révéler :
Show Content

En espérant trouver des candidats motivés ! Wink
Répondre
#2
Tu devrais peut-être détailler ça dans le sujet "Ces projets auxquels on renonce", non ? Il est toujours difficile de reprendre une oeuvre débutée par quelqu'un d'autre, mais le détail de tes projets pourrait donner à d'autres des idées qu'ils réutiliseront plus tard à leur façon.
Répondre
#3
Je pense que tu devrais déjà réduire les multiples possibilités offertes au lecteur. Il ne faut garder que ce qui est vraiment le plus intéressant, et donc virer quelques idées qui sont pourtant bonnes (mais que tu pourras toujours utiliser dans une autre AVH!).
Si certains variantes sont "voisines", tu les regroupes en une seule et même trame.
Il faut élaguer le "superflu", donc garder des ramifications suffisantes, mais sans conserver de multiples ramilles.

Pour le temps qui manque, je dirai de commencer par une petite AVH de 50§. Je pense que ton deuxième projet s'y prêterait bien, si tu pars sur une mission brève et schéma One True Path.
Tu pourras ensuite, si tu as le temps, étoffer cette mission de manière à ce qu'elle ne soit plus un OTP, où de reprendre carrément une autre AVH avec un scénario similaire plus fourni en possibiltés d'actions.
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#4
Pas facile de mener à terme un projet d'écriture, encore moins quand on a un travail prenant.
Il existe pourtant quelques astuces. La première, c'est qu'il faut une idée de départ. Ca, pour toi, c'est déjà fait.
Cette étape est très importante, comme on peut s'en douter, mais elle l'est à concurrence de la deuxième : établir un plan.

Pas de plan, c'est comme si tu marchais sans carte, sans savoir combien de chemin tu as déjà parcouru, et combien il te reste à faire. Rapidement, la démotivation gagne. Ou la confusion. Car là aussi, sans plan, les idées fusent et le projet part dans tous les sens.

Avec l'idée de départ et le plan, ton projet est bétonné. Que tu mettes une journée ou cinq ans, tu sais où tu vas et comment.
Reste alors à éviter un piège subtil : la relecture. Se relire, c'est comme faire marche arrière. Tu n'avances plus, tu régresses.
Et quand tu as trop reculé, tu n'as plus envie d'avancer, car cela rajoute au travail. Ne jamais se relire avant la fin de l'histoire.

J'espère en toute sincérité que ces quelques conseils peuvent t'aider, car les idées de départ que tu proposes sont alléchantes. Ce serait dommage de ne pas les utiliser toi-même.
Ainsi passe la gloire du monde
Répondre
#5
Un plan oui, mais un plan décrivant seulement les grandes étapes du récit, leurs tenants et aboutissants. Si on fait un plan intégrant chaque paragraphe (donc sous forme d'un graphe pour lequel un sommet représente un paragraphe), on bride son imagination. En effet, au fil de l'écriture nous viennent des idées intéressantes qu'on ne peut exploiter si le plan pré-établi est trop rigide.
Ceci dit, la méthode d'écriture dépend surtout de l'auteur : certains ne font aucun plan, d'autres en font un parfaitement détaillé. J'aurais tendance à penser cependant qu'un plan détaillé favorise le jeu aux dépend du récit.

Sinon, je conseille effectivement de commencer par des petits formats (50 - 100 paragraphes). C'est plus rapide, plus facile, et plus jouissif pour les perfectionnistes, qui peuvent peaufiner leur style.
[Image: litteraction5.png]Littéraction.fr
Le site de livres-jeux dont VOUS êtes l'auteur !
Répondre
#6
En même temps le perfectionnisme c'est vraiment de la merde.
C'est jamais que de l'orgueil qui cherche à se la péter à mort, et quand cette partie de toi n'obtient pas ce qu'elle exige (par ex un style à tomber par terre pour que tout le monde se pâme dessus), elle te critique pour t'empêcher de contrecarrer son besoin maladif de reconnaissance.

C'est une partie de soi complètement conne qui se cache derrière des arguments type "il faut quand même que ça soit agréable et fluide à lire et gnagnagnii" pour justifier son côté éminemment gonflant et lourd.

Enfin je dis ça parce que je connais bien le perfectionnisme paralysant dont tu parles Vakoran. Faut pas oublier de s'amuser ! Tongue
Répondre
#7
(12/08/2012, 07:28)Syphil a écrit : C'est une partie de soi complètement conne qui se cache derrière des arguments type "il faut quand même que ça soit agréable et fluide à lire et gnagnagnii" pour justifier son côté éminemment gonflant et lourd.

Cette phrase me fait beaucoup rire parce, ayant moi même ce type de problèmes, je reconnais qu'elle est très vraie

"Vivre commence toujours maintenant" Roberto Juarroz, poésie verticale (XIII, 65)
Répondre
#8
Et pourtant, aux oraux de concours, quand est posée la question "Quel est votre plus grand défaut?", il faut répondre perfectionniste Mrgreen

Mais je suis plutôt d'accord avec toi.
Répondre
#9
Je crois que cela dépend de ce que l'on entend par le terme de "perfectionniste".
Car si c'est peaufiner son texte avec amour on aurait franchement tort de se priver. C'est toujours agréable de lire un texte qui soit le plus fluide possible, et d'ailleurs un texte n'a pas besoin d'être rempli de termes issus du registre de vocabulaire soutenu pour être fluide (c'est peut-être même le contraire qui risque de se produire!).
Si perfectionniste signifie pointilleux, tatillon, on risque de se retrouver avec un texte alambiqué et donc pénible à lire.

Le mieux est de proposer une AVH issue d'un travail où l'on a été "perfectionniste" et de voir quels sont les retours concernant le style.
Si c'est l'unanimité ou presque pour reconnaître une plume très agréable, alors ça vaut le coup d'être perfectionniste.
Par contre si certains soulignent une sorte de lourdeur, de côté indigeste malgré la richesse de l'ensemble, alors il faut revenir à quelque chose de plus sobre (et cela ne doit pas être si facile de faire "simple").
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#10
Le plus dur, c'est de faire simple. Pour moi le vrai perfectionnisme est une recherche de la simplicité.
Ainsi passe la gloire du monde
Répondre
#11
Oui ça dépend de ce que l'on entend par là. Par définition c'est une recherche excessive de la perfection, donc pas un mouvement très naturel ou fluide par essence.

Si tu te sens fluide et léger au moment de l'écriture, il y a peu de chances que ce que tu écrives soit lourdingue et inversement.



Répondre
#12
C'est gentil d'essayer de me motiver à poursuivre l'écriture, mais le souci, c'est que fondamentalement, ça me gonfle ! Donc non, je ne reprendrai pas le fil, et reste sur l'idée que si quelqu'un se sent de développer cet aspect, il est le bienvenu. Sinon, tant pis !

Sinon pour le débat sur le perfectionnisme, je ne parle pas encore de style. Jusque là, je me contentais d'écrire comme ça me venait, me faisant confiance. Non, le vrai frein que ça m'impose, c'est qu'en repensant à ce que j'ai déjà écrit, je trouve que j'en fais trop sur les choix possibles, tout en sachant très bien qu'en les limitant, je serais insatisfait pour la raison inverse... Pas de solution simple, donc, malgré le plan que j'ai évidemment conçu pour l'aventure, et qui est assez précis pour que je sache où je vais.
Répondre
#13
Tu trouveras la solution chez Aristote. Et sa théorie du "juste milieu".
Entre trop et pas assez de choix tu dois pouvoir trouver quelque chose qui ne te "gonfle" ni dans un sens ni dans l'autre mais où, bien au contraire, la rédaction sera véritablement gratifiante, car tu auras le sentiment d'une "justesse d'écriture", sans avoir ni l'impression d'en laisser en route ni d'en conserver par trop.

Cette voie n'est pas forcément évidente à déterminer, je suis bien d'accord, mais une fois que tu auras franchi cet obstacle tu seras lancé sur de bons rails. Smile

Tu peux aussi choisir des thèmes moins ouverts, avec des "limites" qui donneront un cadre ou tu ne sera pas perdu dans un immense "champ des possibles", et où la liberté d'action restera quand même suffisante pour donner libre cours à ton imagination. (*)
Parce que la créature qui prend n'importe quelle forme, je crois que personne ne pourra jamais arriver à aller au bout en laissant vraiment toute la liberté au joueur!

Ce serait dommage de te rendre sans combattre!

D'ailleurs, le paragraphe où tu te tiens ne propose pas de possibilité de fuite avec les -2pts d'Endurance en malus, donc tu es obligé de mener ton projet AVH (quel qu'il soit) jusqu'au bout^^

(*) c'est un peu ce que j'ai fait avec ma dernière AVH, puisqu'elle partait d'un LDVELH existant. Tout en restant complètement fidèle au livre, j'ai quand même trouvé (je l'espère) de quoi satisfaire le joueur et ne pas lui avoir donné l'impression de restreindre sa liberté d'action.
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#14
Mais c'est que tu arriverais presque à me faire douter de ma résolution à laisser tomber ! Eek !

Les deux premières idées d'AVH sont effectivement au minimum longues à mettre en place. Et la seconde, que je croyais plus simple, me pose en fait plus de soucis que la créature qui s'incarne parce qu'elle suppose de multiples possibilités pour atteindre la cible, avec une sorte de système de score.

Mais j'avoue que pour la troisième... il serait possible de faire quelque chose de plus simple, le but essentiel étant surtout de faire passer une idée, presque un message, indépendamment de toute contrainte de "gameplay".

Bon allez, je crois que je vais tenter celle-là au final. Enfin, dès que j'aurai le temps. Confus
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 2 visiteur(s)