Celui qui hurle
#16
Bonne intro, je me demande d’ailleurs s’il n’aurait pas fallu faire tout le récit à la première personne et au passé. Certes, c’est un peu moins bien pour l’immersion dans l’action même, mais ça permet de se rapprocher du narrateur (soit en se prenant pour lui, soit par empathie), procédé utilisé avec succès dans Gloire Posthume. Et tu aurais ainsi conservé un ton très soutenu. Mais peut-être qu’au contraire commencer par un haut niveau de langue et poursuivre au présent et à la seconde personne permet à la fois de bien mettre en l’ambiance tout en ayant les avantages de l’immersion directe… si j’y pense je redonnerai mon opinion là-dessus à la fin de la lecture. [après une première lecture, je pense que tu as effectivement fait le bon choix, d'autant que c'est une AVH d'ambiance, donc mieux vaut être plongé directement dedans]


Les règles

Ma feuille de personnage :

Avant interview :
Physique : 5
Intuition : 6
Logique : 6
Psychologie : 7

Après :
Physique : 5
Intuition : 7
Logique : 6
Psychologie : 9

Traits de caractère : mémoire d’éléphant, hédoniste

1 réussite auto


Le tableau de modificateur complique inutilement les choses, même si je suppose que l’idée est d’éviter qu’on ait des malus ou des bonus trop important (si j’ai 9 en psycho et que j’ai un test de niveau 7, ça me fait -1 aux dés d’après le tableau au lieu de -2), ça ne me paraît pas nécessaire, étant donné que les valeurs des caractéristiques sont déjà très encadrées (entre 5 et 10).

Concernant la feuille de route, elle est jolie mais difficilement imprimable car ça ferait dépenser pas mal d’encre.



L’aventure

Bien qu’écrite rapidement, le style de cette AVH est très bon et beau (juste quelques fautes écrites par ci par là attestent que tu as écrit à toute vitesse), il y a des images, et des liens hypertextes <3

Le coup des patronymes sordides sur les panneaux dans l’intro est de trop, je trouve (ça n’y était pas dans la première version je pense, sinon j’aurais relevé).

Des idées originales (la maison-bateau) relèvent le scénario a priori classique. Est-ce une AVH purement d'ambiance ou y a-t-il une histoire développée ? Je pense qu'il s'agit de la première option, et c'est dommage que tu utilises généralement des trames scénaristiques relativement simples alors que tu as du style et de bonnes idées adjacentes. Ceci dit, par rapport à la Geste, il y a une dimension psychologique qui est développée et qui peut combler (avec les décors qui renforcent le background) un scénario à la trame mieux définie (encore plus dans le cadre d'une AVH d'ambiance).

Bon, je meurs en essayant de fermer les volets. Quelle triste fin…


Finalement, je pense que l’intérêt de ton tableau est de limiter les malus plus que de limiter les bonus. En effet, à ce que j’ai vu, les tests sont souvent à 7. Or en moyenne, les caractéristiques sont à 7, et donc les dés doivent faire 7 ou moins (une chance sur deux). Si en revanche une caractéristique est à 5, il faut faire dans le cadre d’un test de niveau 7 au maximum 3 aux dés pour gagner d’après mon système, et 4 d’après le tiens. Je pense cependant que ce système de tableau est lourd et qu’il vaudrait mieux donner une valeur de base de 6 au lieu de 7 aux caractéristiques… Mais bon, je n’ai peut-être pas eu de chance en foirant tous mes tests, surtout que la plupart ne sont pas mortels : donc la difficulté est peut-être normale (même sans le tableau, que j'hésite à utiliser pour ma deuxième lecture, vu que ça facilite un peu la tâche).


Sinon, niveau style et idées, c'est du très bon. L'aspect psychologique de l'AVH et ses décors soignés permettent de donner du fond à cette AVH d'ambiance.




Erratum :
(faire ctrl+f pour trouver les passages en question, si j’oublie de donner le numéro de §)
-Au début, un « maitre » sans accent circonflexe.
-« le délicat rosissement […] fini par vous conquérir »
-§1 : « au lieu de place désertée »
-« un chapelet de stèle fleurissait de noirs »
-« croyant entendre raisonner » -> personnellement, je pense silencieusement :p

Vocabulaire que j'ai appris :
Abside : partie qui termine le chœur d'une église, soit par un hémicycle, soit par des pans coupés, soit par un mur plat.
Anthracite : roche sédimentaire d'origine organique. C'est une variété de charbon grise, noirâtre et brillante extraite des mines.
[Image: litteraction5.png]Littéraction.fr
Le site de livres-jeux dont VOUS êtes l'auteur !
Répondre
#17
Vraiment cool ce genre de feed qui m'aide beaucoup. Je note, je note les idées et impressions Wink

Bon si tu es tombé par la fenêtre pour ce premier essai, j'espère que la suite te montreras que ce n'est pas qu'une AVH d'ambiance !

Le tableau de bonus/malus est définitivement à jeter. Dire que j'ai rajouté ça tout à la fin. Vraiment inutile. Je vais rapidement corriger le tir pour proposer une nouvelle version plus digeste donc.

Merci pour l'erratum.

Pour les patronymes, ils font peut-être 'too much', mais là encore ce sont d'authentiques lieux-dits rencontrés dans les forêts du haut-doubs m'ayant inspirés les descriptions. Je rêve d'écrire une AVH historique sur la conquête de la Franche-Comté par Louis XIV , de mettre en scène la resistance farouche des loups comtois, mais bon je ne sais pas si ça intéresserait grand monde ^^

Répondre
#18
Ce que j'ai bien aimé dans l'intro c'est le retour en arrière. On part du soir ou le narrateur est déjà dans la maison, puis on recule deux fois dans le temps jusqu'au moment où on prend les rênes de l'aventure...
Par contre, comme il s'agit du même jour, il serait peut-être mieux de dire "J'arrivais à Rancourt par ce matin blême..." , "J'ai gagné le centre..." et "Pensant signer l'acte notarié aujourd'hui même..."
Il faudrait vérifier aussi qu'il (enfin nous) prend (prenions) le temps d'écrire une fois dans la maison, car ce n'est pas dit explicitement.
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#19
(08/04/2012, 23:14)Gwalchmei a écrit : Pour les patronymes, ils font peut-être 'too much', mais là encore ce sont d'authentiques lieux-dits rencontrés dans les forêts du haut-doubs m'ayant inspirés les descriptions. Je rêve d'écrire une AVH historique sur la conquête de la Franche-Comté par Louis XIV , de mettre en scène la resistance farouche des loups comtois, mais bon je ne sais pas si ça intéresserait grand monde ^^

Les patronymes ne m'avaient pas choqué, je dirais qu'ils contribuent à l'ambiance…
J'ignorais totalement cette histoire de résistance locale en Franche-Comté, mais ça m'a l'air d'une bonne idée… mener des actions de guérilla, échapper aux patrouilles, se rencontrer la nuit, soupçonner un peu tout le monde d'être un traître… et cela avec la technologie de l'époque, ça m'a l'air tout à fait intéressant.
Mais pour en revenir à la statue, je ne crois vraiment pas que l'armée française ait eu alors de l'infanterie montée… pour ce qui est des dragons, ils étaient strictement une troupe de cavalerie depuis le début du XIX° siècle en tout cas… la 1° Guerre Mondiale avait sonné le glas en France des combattants à cheval: les troupes se déplaçant à cheval
et combattant à pied étaient de la cavalerie.
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#20
@Tholdur : vu ! Je vais faire aussi attention aux temps employés.
@Ashim : vilain Ashim Wink Mon explication foireuse tombe à l'eau ! Va falloir que mon fantassin ne termine à pied dans la version corrigée... Merci pour la précision historique, je ne connaissais pas du tout j'avoue !

Pour l'histoire de la Franche-Comté, Bernard Clavel avait écrit une serie de romans rendant parfaitement compte de l'ambiance pendant la guerre de 30 ans (sous Louis XIII donc) et plus particulièrement l'épisode Comtois (alors région espagnole) nommée la guerre de 10 ans. C'est une période effroyable et la terre de Franche-Comté en porte encore les stigmates (et certains patronymes donc). Peste noire, torture, famine, cannibalisme, répression sauvage... Une ère de terreur. Mais ils resisteront. Il faudra attendre la campagne éclair de Louis XIV pour qu'enfin la région ne tombe sous le giron français en 1678 ou 79 je sais plus.

La série de livre se nomme 'Les colonnes du ciel' avec le terrible 'Temps des loups' le premier épisode. Une adaptation tv a même vue le jour dans les années 80 et ça m'avait beaucoup choqué à l'époque. Je ne l'ai jamais revu depuis, ça a sans doute vieillie pas mal.



Entre mythe et réalité, mais en tout cas ça ne devait pas être rose tous les jours :

« Enfin on en vint à la chair humaine, premièrement dans l'armée où les soldats étant occis servaient de pâture aux autres qui coupaient les parties les plus charnues des corps morts pour bouillir ou rôtir et hors du camp faisaient picorée de chair humaine pour manger. On découvrit dans les villages des meurtres d'enfants faits par leurs mères pour se garder de mourir et des frères par leurs frères et la face des villes était partout la face de la mort.. »

— Girardot de Nozeroy, Histoire de Dix ans de la Franche Comté de Bourgogne (1651)

Comme mentionné dans l'article wiki, la population est passée suite à cette guerre de 400.000 personnes à 200.000...
Répondre
#21
Feuille de route (nom bien trouvé, mieux que feuille de personnage ou d’aventure, peut-être qu’il y aurait eu moyen de trouver quelque chose d’encore plus spécifique) :

Avant interview :
Physique : 7
Intuition : 7
Logique : 5
Psychologie : 5

Après :
Physique : 8
Intuition : 8
Logique : 8
Psychologie : 5


Trait de caractère : mémoire d’éléphant

1 réussite auto

Show ContentSpoiler:


Pour cette deuxième lecture, étant donné que je commençais à en avoir marre de faire des jets de dés via excel, et vu ma chance relative, j’ai décidé d’appliquer la règle suivante : si mon score pour telle caractéristique est supérieur ou égal au niveau de difficulté du test, ce dernier est réussi, sinon j’échoue (ça rejoint assez le système de tests des règles d’une NVH en gestation que tu reconnaitras, auquel s’ajoute cependant quelques « points bonus » en réserve pour pimenter le tout et rajouter de la stratégie).

J’arrive à la nuit, cette fois je m’occupe de la porte d’entrée… Et ok, suivre son intuition peut s’avérer fatal (je meurs à nouveau dès la première nuit, au pied de la tour)… Bon ça m’a frustré et je suis revenu en arrière ^^

C’est dommage d'avoir lu cette AVH dans une période un peu mouvementée pour moi (et en plus je suis dans le train…) car je pense qu’avec une bonne immersion, vu la richesse de ses détails qui lui donnent un léger cachet d’enquête policière, j’aurais vraiment adoré. Concernant l’immersion, je pense qu’une musique d’ambiance (voire quelques bruitages) auraient été un vrai plus pour mettre dans l’ambiance. Cette AVH me donne limite l’envie de développer une application web de lecture interactive : avec les sons, quelques images et illustrations en plus, les liens hypertextes, une gestion (aisée à faire étant donné les règles) de la feuille d’aventure, et un système anti-triche (la triche casse un peu le stress à cause de la facilité de prise de risque, cependant le système anti-triche pourra être désactivé par exemple une fois que le lecteur aura terminé une fois l’aventure), ça pourrait vraiment faire une bonne AVH online. Il y a une entreprise qui développe des livres interactifs sur tablettes [il s’agit de Walrus], je pense que ça pourrait les intéresser, s’ils veulent des nouvelles interactives. Sinon, d’ici quelques mois, quand j’aurai les compétences, pourquoi pas créer un site web dynamique hébergeant de manière complète certaines AVH (la difficulté étant que les règles utilisées varient tout le temps, mais je pense qu’en programmant astucieusement on peut limiter le coût en temps de chaque nouvelle adaptation).


Donc voilà, conseil : essaie de te faire publier chez Walrus, sinon peut-être que je me lancerai dans l’hébergement dynamique d’AVH. En plus, ça permettrait peut-être de prendre un marché où il y a très peu de concurrents (juste Walrus, qui n’occupera pas le créneau de la gratuité), et avec la pub et un système de dons, les auteurs pourraient à terme être rétribués.
Show ContentSpoiler:



Je reprends la lecture,
Show ContentSpoiler:



Bilan

Au final, une AVH riche en idées (et effectivement, il y a vraiment un scénario ^^), soutenue par un style toujours excellent et quelques bons à-côté (liens hypertextes, images…). L’ensemble forme un tout cohérent, bien qu’il faille attendre un peu pour comprendre les détails (par exemple, l’observatoire est utilisé par les prêtres surveillant le domaine et la forêt ?).
Avec quelques corrections (règles et orthographe), on arriverait à quelque chose de parfait dans le genre (un mélange d'AVH d'ambiance, d'enquête et d'action).


Erratum :
« Château de carte » -> pluriel ?
§56, test d’intuition pas vraiment justifié qui mène au paragraphe 72 avec une liaison pas très claire.
« je ne parle pas les trois meurtres »
« comme la votre d’ailleurs »
Concernant l’équilibrage, j’ai l’impression que la psychologie est délaissée, mais je n’ai pas lu tous les paragraphes. Tu as équilibré le jeu au feeling ou avec une technique particulière ?

Voc :
Dame de fer -> quel instrument de torture est-ce ? Confusion avec la vierge de fer (sarcophage garni de pointes), blague sur margaret thatcher ^^ ?
Canopée : étage supérieur de la forêt, directement influencée par le rayonnement solaire. Elle est parfois considérée comme un habitat ou un écosystème en tant que tel, notamment en forêt tropicale où elle est particulièrement riche de biodiversité et de productivité biologique.
Lapiaz : formation géologique de surface dans les roches calcaires et dolomitiques, créée par le ruissellement des eaux de pluie qui dissolvent la roche ou par la cryoclastie (cycle de gel et dégel).



[Image: litteraction5.png]Littéraction.fr
Le site de livres-jeux dont VOUS êtes l'auteur !
Répondre
#22
Hormis le trop faible nombre de paragraphes à mon goût, je n'avais pas grand chose à reprocher aux précédentes AVH de Gwalchmei. Avec celle-ci où le format réduit (mais pas tant que ça) convient parfaitement à une aventure angoissante et où la montée en pression est parfaitement maîtrisée, j'ai tout simplement adoré et pris un pied pas possible.
Au début, j'avais vraiment l'impression de lire une nouvelle de Lovecraft : un style très introspectif, inquiétant avec des qualificatifs obscurs. Une conjugaison assez particulière (géniale l'utilisation de l'imparfait pour raconter le retour au village) mais aussi une touche très personnelle avec ces descriptions délicatement ciselées de la campagne retirée, ce parallèle passionné avec le jeu d'échec, cette nostalgie poignante qui étreint le héros tout au long de son retour aux sources. Enfin, plein de petits détails mais non ostentatoires ni érudits qui nous plongent dans le quotidien des années 30, au même titre que les photographies. L'immersion est garantie et je suis facilement entré dans la peau de ce personnage. C'est admirable de justesse et de talent pour l'écriture.
Les règles sont bien pensées et magnifiquement présentées. Comment ne pas apprécier l'originalité du QCM ou le minois de la journaliste?! Leur simplicité convient bien à ce type d'aventure où le récit et la tension l'emportent forcément sur l'action ou la gestion d'équipement. Deux petits reproches cependant : tu sous-entends qu'on puisse avoir 8,9, voire 10 dans une caractéristique (l'exemple + la possibilité d'avoir un 2ème joker) alors qu'il est au départ précisé qu'on ne peut pas s'attribuer plus de 7. Je pense que c'est une incohérence, j'ai pour ma part respecté cette limite. Enfin, l'intérêt du tableau est discutable. Je préfère l'attribution d'un malus/bonus direct au test qui évite de se reporter à ce document (même si on l'apprend vite par coeur). Par contre, le "joker" est une très bonne idée pour limiter la malchance.
L'introduction puis le tout début de l'AVH sont juste bien dosés comme il faut : suffisamment lents et détaillés pour bien se glisser dans la peau du héros mais pas trop de manière indigeste. Puis l'action ou plutôt l'angoisse arrive finalement vite avec la première nuit dans la demeure. On comprend alors très vite qu'il faut se préparer pour notre survie et j'ai adoré le fait qu'on puisse avoir autant de liberté pour ce faire. Par exemple, au vu des évènements nocturnes, j'avais l'idée de faire les réparations et, ô merveille, l'auteur nous le propose en fin de journée et dans le détail en plus! Sentiment jouissif d'être au coeur de l'histoire, un peu comme dans un jeu de rôle où un Maître du Jeu accepte de suivre toutes tes idées. Idem pour le coup de l'escalier secret qu'on a la possibilité de visiter le lendemain alors que dans un LDVELH classique, on serait forcément descendu sur le coup. C'est la grande force de cette AVH : sa structure est à la fois linéaire avec des passages obligés pour faire en sorte que le lecteur ressente du stress quel que soit son parcours et à la fois une forte liberté d'action qui donne le sentiment que nos choix ont beaucoup d'importance. Jamais le Livre dont VOUS êtes le Héros n'a aussi bien porté son nom.
Bien sûr, le style relevé participe à cette immersion dans le récit. Je n'y reviens pas car c'est une évidence mais c'est tellement bien écrit, avec cette fois-ci aucun passage surchargé de qualificatifs comme c'était arrivé quelques fois dans Rouge Sang, que chaque relecture est un régal puisqu'on sait qu'on va prendre plaisir à lire tout nouveau paragraphe parcouru.
Le scénario est somme toute classique mais je ne l'ai pas vu comme un défaut, plutôt comme un hommage fidèle à Lovecraft et j'aime les hommages quand ils sont réussis.
La fin est mystérieuse, le paragraphe 100 très gracieux même s'il reste des zones d'ombre qui m'ont quelque peu frustré. A l'occasion, si tu pouvais me l'expliquer en détail par MP, je ne suis pas sûr d'avoir compris tous les tenants et aboutissants, en particulier sur l'identité de Celui qui Hurle. Même le jeu est bien équilibré. J'ai terminé l'aventure en trois essais (parfait pour une AVH de 100 paragraphes). La première, je suis tombé par la fenêtre (toi aussi tu as été marqué par la Maison Hantée, 1er scénario de l'Appel de Cthulhu? J'ai placé aussi ce genre de passage dans mon monde du Daleth... ce qui ne m'a pas empêché de me faire avoir comme un bleu!). La seconde je suis arrivé au paragraphe 99. En clair, une AVH très réussie, j'ai adoré.
Au vu de son format et du sujet abordé, on dirait pile poil le genre d'aventure recherché pour la nouvelle collection de Heros. Tu ne devrais pas la proposer pour le YAZ et leur soumettre, elle ne peut que convenir.

P.S. spoil : la bête qui cherche à s'introduire, tu l'as inventée ou extraite du Mythe? Trop monstrueuse pour un Chevreau Démoniaque, trop petite pour un Sombre Rejeton. Je ne vois pas...


EDIT : Quel boulet, je viens de voir suite aux feeds d'Alendir que l'interview servait à s'augmenter les scores (et non juste à s'auto-définir ses caracs au vu des résultats comme je l'ai fait)! On va dire que j'ai du mérite d'avoir réussi l'AVH ;)

Sinon, j'ai bien saisi l'allusion à Hitler dans le 100 mais j'aimerais bien des explications détaillées sur tout ce final...
Répondre
#23
@Alendir : merci pour ce long feed détaillé avec ta feuille de perso et les indices recueillis ! Je crois que t'es pas loin de tous les avoir trouvés !

Plein d'idées dans ton post, on en rediscute tranquille par mail et je dois te répondre sur le précédent avec le projet "Code Noir" !

Concernant les musiques d'ambiances, j'ai écris ça avec le CD de "Dracula" et les "rivières pourpres" comme souvent quand je m'essaye à ce genre.

Merci aussi pour l'erratum, les remarques qui vont me permettre d'améliorer la cohérence, le fond et la forme. Dame de fer, oui c'est une erreur ! C'est bien la vierge de fer. Je me suis pas mal documenté pour cette AVH en amont sur l'inquisition notamment et les récits des sévices et tortures sont proprement hallucinant de cruauté...

Bien vu pour l'observatoire. C'est aussi un clin d’œil à Lovecraft, puisque l'espace, l'infini est le royaume de ceux qui guettent notre fin !

Excellent aussi l'idée du vocabulaire ^^

Merci pour tout ça encore une fois....

@Fitz : Rien que pour le plaisir de lire une feed aussi cool cela vaut bien l'investissement en temps passé à écrire. Franchement, tu peux pas savoir l'énorme kiff qu'au terme de cette journée moribonde, cela m'a procuré (même si ta bonté te perdra !). C'est le 10ème merci du message, mais vraiment, vraiment, thanks a lot (ça passera p'tet mieux en anglois).

Je crois que tu as parfaitement décrypté ce que j'ai essayé de faire passer dans cette AVH dont l'écriture fut bizarrement assez éprouvante nerveusement tellement je me projetais dans le récit. Les recherches sur internet (sur le Diable, les cultes démoniaques, l'inquisition, la première guerre mondiale) m'ont plongé avec une acuité particulière presque dérangeante dans la perversité de l'esprit humain.

je suis content aussi que mon style te convienne mieux, moins surchargé, moins lourd. Je travaille vraiment en ce sens, mais c'est une longue route pour maitriser son style (je lis en ce moment la dernière AVH d'Outremer et c'est vrai que niveau style y'a pas grand chose à jeter ! C'est lumineux).

En tout cas, c'est le genre de message que je vais garder bien au chaud quand je n'aurais pas le moral !

Je te réponds par MP sur les petites précisions concernant l'AVH !

A++

PS : pour ce qui est du Projet Cthulhu 400, j'ai pris le pari d'écrire une autre AVH si j'ai assez de temps devant moi. J'aime l'idée de participer de mon mieux à Xhoromag et de poser aussi ma pierre à l'édifice !
Répondre
#24
Cette AVH m'a bien plu. D'ailleurs j'ai joué en respectant les règles. Mais le jeu d'échecs, en fin de compte, il est secondaire ? Voici mes caractéristiques :

Physique : 6
Intuition : 8
Logique : 9
Psychologie : 6
Trait : hédoniste

Notes : l'affaire du cimetière, l'escalier sinistre, la croix et le glaive, le pentagramme, le signe des anciens.

Les dés m'ont peut-être été étonnamment favorables, mais la partie s'est déroulée sans encombre, je n'ai pas vraiment ressenti de difficulté particulière de ce côté-là. Toutefois, je parle après coup. Car l'ambiance, en cours de partie, me faisait considérer ma situation tout autrement. Je ne peux que me rallier aux critiques précédentes : la montée de l'angoisse au début est irrésistible, chapeau ! mais le fait de s'endormir, finalement sans difficulté majeure, brise l'élan... C'est contradictoire avec l'attitude que j'ai tenté de faire respecter à mon personnage, à savoir celle d'un froussard. Il me paraissait impensable de m'aventurer au dehors sous la tempête alors que j'entends... hurler... (j'angoisse en y repensant). Donc, premier réflexe : me calfeutrer. Puis, au fil de l'histoire, je guette la moindre occasion pour préparer la résistance (d'où une journée de bricolage bien remplie et une balade en direction de la civilisation, armé). C'est là qu'il y a un hiatus entre ma propre perception de la situation et celle du personnage, et cela est venu entraver l'immersion pure. Car une AVH où le joueur doit lutter contre les choix imprudents de son propre héros, c'est un genre qui fonctionne tout à fait, mais il est incompatible avec l'identification.
Fort heureusement cet aspect s'efface derrière la terreur qui progresse toujours. Vraiment, les descriptions sont réussies. Par exemple, il y avait bien des façons de dire que l'escalier secret était moisi. De la façon dont tu le fais, s'y engager devient un défi en soi. Et puis il y a ce détail que j'ai pêché après ma première lecture, parce que j'étais à la recherche des morceaux de bravoure qui m'auraient échappé : si l'inconscient se penche à la fenêtre la nuit de la tempête, il voit la forêt s'être approchée de la maison ! Ce n'est qu'un détail, comme dirait l'autre, mais à ce stade du récit on ne peut pas le deviner et il a un effet dévastateur : on considère cet environnement comme familier. Le voir sombrer dans l'horreur (forêt malveillante, salle de torture, cadavres dans l'aven, cris depuis l'intérieur) nous isole, nu, dans les ténèbres, peur primaire !
C'est maintenant que je dois formuler ma critique : trop bref, donc trop ramassé, le récit nous administre la confrontation ultime en quelques paragraphes seulement. Exemple notable : ouvrir la porte et se révéler de ce fait à la monstruosité qui gravit l'escalier est propre à causer l'effroi, c'est sûr. Mais comme c'est au milieu d'un paragraphe que l'on sait salvateur, l'effet est neutralisé. Je le regrette beaucoup. La demeure, ce refuge que l'on sait à ce stade de l'aventure contenir en même temps la menace, devient en plus un piège. La lourde porte d'entrée a volé en éclat sous les coups de boutoir d'une entité dont on ignore encore l'aspect. Nous, on est encore allongé, vulnérable, dans le noir, et surtout coincé à l'étage. Le simple fait de me maintenir de force dans cette situation cauchemardesque au moyen de quelques paragraphes inutiles rendrait le tout explosif !
Comme la fin. Mais elle me semble un peu tirée par les cheveux. Et puis associer Hitler au Diable, c'est une vision de l'histoire... discutable.

Maintenant, questions pratiques. Les règles sont légères, personnellement je les préfère ainsi. Il y a des fautes d'orthographe, parfois elles sont zarbi, mais bon, on s'en sort toujours. Il y en a une par contre qui m'a dérangé : introduction, sixième paragraphe, "Et pourtant sa disparation m'avait bouleversée." Le féminin m'a fait douter de mon sexe un certain moment...

Donc : cette AVH brille par son ambiance effrayante, mais elle est enserrée dans ses cent paragraphes comme dans une vierge de fer !
Répondre
#25
Merci Lucius pour ce feedback. C'est vraiment avec beaucoup de plaisir que je reçois ce genre de commentaire, d'autant plus que cela m'apporte nombre d'éclaircissements sur mon AVH et les améliorations à apporter (genre la menace qui n'en est pas vraiment une dans un paragraphe que l'on sait salvateur !!).

La façon dont tu dissèques le style d'écriture et les mécanisme que j'ai voulu mettre en place pour distiller de l'angoisse est limpide (bon assez usité aussi, celui des peurs primaires je l'avoue ^^). Alors oui, durant l'écriture je me suis bien rendu compte que 100 paragraphes ne suffiraient pas pour installer un climat pesant et cohérent (tout en reculant au maximum la matérialisation du mal sous les traits d'un monstruosité palpable).

Je voulais rester dans le ressenti, mais n'est pas Lovecraft qui veut ! C'est vraiment ardu et cela demande beaucoup d'inspiration et de travail (et de talent) pour ne pas tomber dans les clichés éculés. Manque de temps aussi pour étoffer le récit suffisamment et faire disparaitre les transitions jours/nuit abruptes ou pour faire monter encore plus doucement la tension...

Mon temps d'écriture est vraiment compté et c'est par pur plaisir d'angoisser un peu les lecteurs que j'ai commis cette AVH Wink

Je note aussi l'impression laissée par le héros (et je l'avais voulu comme ça), peut-être pas assez lucide sur les évènements qui entourent cette demeure inquiétante et pouvant le rendre incompatible avec un lecteur d'AVH chevronné qui n'envisage pas les situations sous le même angle. Compliqué de partir sur plusieurs émotions ou personnalités en si peu de paragraphes.

Idem, en relisant je me suis bien rendu compte que l'aventure pouvait être bouclée très rapidement car j'avais opté pour limiter la linéarité de l'ensemble et là encore 100 paragraphes, c'est court !

Le paragraphe 100 n'est peut-être pas très clair. Je n'assimile pas Hitler au" Diable" (du coup, le cliché serait vraiment maladroit), je l'imagine plus graviter dans son entourage comme une mauvaise conscience, tisonnant les braises de la peur et de la haine, et pas du tout en le personnifiant. Le Diable, tel un vent mauvais soufflant sur l'Europe et poussant les peuples dans une folie meurtrière. En fait exactement (si mes souvenirs sont bons) comme dans l'épisode de la quatrième dimension qui m'a inspiré la trame. C'était vraiment pas le but de me lancer dans une personnification du mal simpliste et hors de propos.

Merci encore pour ta lecture et le temps consacré à confier tes impressions.
Répondre
#26
Cette AVH m'a plu. Elle se lit facilement, la trame est originale. Et, en prime, cela m'a donné envie de me remettre aux échecs.
Ainsi passe la gloire du monde
Répondre
#27
Hmm lire quelques uns (pas tous) de ces feedback me donnent envie tiens...
(Par ailleurs dans les 23 idées d'AVH pour lesquelles j'ai déjà quelques notes, j'avais aussi eu une idée d'AVH lovecraftienne, mais "en modules")...
J'étais censé lire toutes les AVH qui ont eu des bons résultats aux YAZ et faire une critique notée à chaque fois, mais je risque de lire celle là avant...
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#28
Bon, je l'ai reprise, n'ayant pas de Lovecraft sous la main... Et voulant la lire depuis quelques temps. (Depuis que j'ai rêvé du Livre contenant les 36 fungi de Yuggoth, illustrés à la main !)

Le début est excellent ! Ca me donne envie de reprendre les échecs, tiens ... Wink
Répondre
#29
J'ai vraiment beaucoup aimé cette AVH. La longueur est parfaite à mon goût. Comme cela a été dit, la montée de l'angoisse est admirablement retranscrite, et avec un style impeccable! J'imagine le travail que ça a dû être de rassembler toutes ces illustrations qui collent très bien à l'ambiance et qui nous projettent dans les années 30 avec brio. Superbe idée en tout cas.

J'ai surtout adoré les deux nuits que j'ai passé dans la maison (je suis mort 2 fois au cours de la 1ère, j'ai eu plus de chance pour la 2ème). La tension retombe un peu lors de la journée, mais c'est bien ainsi. Un petit bémol, j'ai trouvé que la fin arrivait trop rapidement. Finalement, quelques paragraphes en plus seraient peut-être les bienvenus...

Les bonnes idées sont nombreuses (ah, la foret qui se rapproche de la maison, superbe!). Après un première lecture, même couronnée de succès, l'histoire comporte encore de nombreuses zones d'ombre. Ce n'est pas un défaut, au contraire, cela donne envie de se replonger dans l'aventure!

Si je devais trouver des choses que j'ai un peu moins aimé, j'en citerais deux: la chambre de torture (un peu too mutch je trouve, de la part de notre "gentil" grand-père) et la présence finale de notre "bon vieux diable" (j'aurais préféré une abomination type "Grand Ancien", surtout que l'inspiration est clairement Lovecraftienne, non?)

Les deux fins sont très réussies. Deux détails cependant: au 100, j'ai cru moi aussi que Hitler était le diable, et au 99 on est un peu surpris d'entendre parler de moines si on ne les a pas rencontrés avant.

Bon, j'ai peut-être été un peu critique sur la dernière partie de ce feed, mais il ne faut surtout pas que cela éclipse l'excellente impression que m'a laissé cette AVH remarquable. Merci pour ce très bon moment de lecture!
Répondre
#30
Waaah...
Je viens de finir l'AVH, je ffedbackerai plus tard je pense... Mais elle m'a beaucoup plu. La fin est un poil rapide à mon goût, je m'y suis repris à trois fois avant de comprendre que si, j'étais bien allé au 100. Elle est très originale, déjà dans les règles (que j'adore *_*) et dans le personnage, de belles trouvailles niveau idées, et franchement je me doutais absolument pas qu'on avait à faire au

Show ContentSpoiler:

Félicitations Wink
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)