Compte-rendu des soirées jeux de plateaux
Oui et c'est justement ça : mes amis adorent se pourrir et donc faire chier les autres en se plaçant là ou l'autre voudrait se placer, piquer des objectifs et autres... Big Grin
Répondre
Coller un marron à un joueur, c'est jouer agressif d(^o^?
[Image: katniss-600x315.jpg]
Répondre
@Caïthness
TuSors
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
Résumé succinct d'hier : « En fait, depuis le départ, j'avais un couteau. »

Il y a eu une partie de Mare Nostrum, mais je laisse Aragorn/Lyzi se charger de la raconter.
Répondre
Effectivement, nouvelle partie de Mare Nostrum hier soir. Je jouais les Grecs, Skarn les Egyptiens, Jehan les Babyloniens, Alendir les Romains et Lyzi les Carthaginois.

Nous avons joué avec le module Troie, qui offre des cartes à effet militaire si on accomplit un des 3 objectifs proposés au début du jeu. Au choix contrôler 5 territoires contigus, emporter 3 batailles , et un autre que j'ai oublié.
Une de ces fameuses cartes m'aura d'ailleurs bien compliqué la vie, comme nous le verrons plus bas.

La partie a commencé de façon assez traditionnelle : L'Egypte qui s'empare de la Judée au nez et à la barbe du Babylonien, le Romain qui s'étend vers la Grèce et par conséquent le Carthaginois qui occupe Syracuse. Pour ma part, j'avais réussi à optimiser ma phase de commerce, et le maître politique m'a généreusement laissé jouer avant le Babylonien. J'ai donc pu m'emparer d'entrée de Troie, première étape de mon plan fort simple. Je produisais de base 5 impôts, et je pouvais passer à 6 en construisant un temple sur une de mes provinces de départ. En m'emparant de Troie et de la Crète, puis en construisant un temple sur chacune de ces provinces, je passais à 10. 10 + 2 impôts économisables en un tour, je tenais les pyramides. Cet objectif était finalement un peu trop ambitieux, voir la suite.
En tout cas Jehan a clairement été le perdant de ce premier tour, étant pris en étau entre l'Egyptien et le Grec, et forcé de jouer militaire d'entrée. 

La suite de mon plan s'est plutôt bien déroulé : j'ai pu construire ma cité légendaire à Troie, puis mon temple, en y massant un maximum de troupe pour la défendre, tout en envoyant une légion en Crète pour préparer ma future colonisation. Pendant ce temps, le Romain et le Carthaginois se disputaient âprement Syracuse, tout en développant parallèlement leur économie. L'Egyptien avait construit une magnifique statue de Zeus qui lui permettait de se déclarer en paix à chaque tour avec un adversaire différent. Il l'utilisa successivement contre le Babylonien, puis le Carthaginois, ce qui n'empêcha pas ces derniers de l'attaquer quand ils le pouvaient. Jehan finissait par reconquérir la Judée, et commençait à avoir une armée imposante. Quant à Lyzi, il fut le premier à contrôler 5 territoires, ce qui lui permet de gagner une carte bonus, et d'en donner une autre à Jehan. 

A ce stade de la partie, j'étais franchement confiant sur mes capacités à l'emporter. Mais le Babylonien, fort du renfort du héros Enée qui lui donnait un sacré avantage en combat, décidait d'en découdre. Ses  4 légions étaient alors massées en Judée, et Skarn venait de se déclarer en paix avec lui, le forcant à quitter ce territoire... mais m'interdisant de l'y combattre sur place ! Du coup, ses 2 bateaux lui permettaient d'envahir quasiment n'importe laquelle de mes provinces. En tant que leader militaire, je choisis de le laisser jouer avant moi, et il put ainsi occuper ma province capitale, ainsi que la Dalmatie. Je pus le chasser aussitôt d'Athènes, mais j'échouais à reconquérir la Dalmatie au tour suivant, en raison de la carte que lui avait donné Lyzi et qui augmentait encore sa force en combat !  Ma production d'impôt en avait donc pris un coup, et me développer en Crète devenait assez illusoire. Heureusement, Romain et Carthaginois s'entretuaient en mer et à Syracuse, et l'Egyptien se reconstruisait petit à petit. Et j'avais réussi à envoyer une légion dans une des provinces de Jehan, occupant sa ville et gagnant donc un impôt.

Finalement Jehan abandonna la Dalmatie pour aller piller en Egypte, et me chassa de sa province, ce qui me ramenait à tenir mes provinces de départ, plus Troie. Je produisais donc à ce stade 8 impôts, et j'avais une force militaire assez conséquente. Mais mes légions étaient concentrées à Troie et en Thrace, ce qui laissait à la considérable armée du romain la possibilité de m'envahir, et donc me faire perdre mon tour à contre-attaquer. Mais Alendir continua de développer son économie et de tenir Syracuse. Jehan choisit lui aussi de booster sa production d'impôt, tout comme Lyzi le faisait avec les marchandises. Quant à Skarn, il s'emparait de la Crète, que j'avais abandonné auparavant. 

Le calcul était donc simple : 8 d'impôt en production, plus 2 que je pouvais garder, il l'en manquait donc 2 pour pouvoir construire les pyramides. J'envoyais 4 légions reconquérir la province du Babylonien déjà prise auparavant, ce qui m'emmena à 11 en impôt. Je n'avais malheureusement plus suffisamment de troupe pour m'emparer d'une autre province de Jehan, encore une fois à cause d'Enée. Mais la phase de commerce suivante offrit 2 impôts à l'échange, et le maître du commerce romain choisit de venir se servir chez moi... Personne d'autre ne pouvant construire les pyramides, je l'emportais. Troisième victoire pour ma part (sans compter la partie non terminée) et trois fois aux pyramides, il faudra que j'essaie les autres possibilités...

Clairement, la fait de pouvoir m'emparer de Troie d'entrée de jeu, et le fait que le romain ne m'ait jamais attaqué dans mon dos ont été les deux facteurs clés de ma partie. Et aussi le fait de pouvoir financer 3 constructions à mes deux premiers tours : c'est ce qui m'avait coulé ma précédente partie avec les Grecs.

Pour le reste, je laisse mes compagnons corriger ou préciser leurs propres stratégies.
Debout, debout cavaliers de Théoden!
Les lances seront secouées, les boucliers voleront en éclat,
Une journée de l'épée, une journée rouge avant que le soleil ne se lève !
Au galop ! au galop ! courez ! Courez à la ruine et à la fin du monde !
Répondre
Alendir est passé à un cheveu de la victoire également, ou du moins de l'égalisation, aussi. Si je n'avais pas fait blocus sur le bon papyrus égyptien, il aurait eu 12 ressources différentes, et donc les Pyramides.

Au tour 1, j'étais persuadé que Jehan allait tranquillement se développer au nord-est pour assurer son économie au second tour, surtout que si moi et Aragorn avions posé une option sur les cités légendaires, nous n'avions pas eu le loisir de construire des bâtiments de production.

Au lieu de cela, il est venu me péter la margoulette, laissant le champ libre aux Grecs en Asie Mineure, et nous entraînant tous deux dans une guerre larvée (il combattait avec des légions, moi avec la religion) qui nous a facilement paralysé pendant la moitié de la partie.

Je note une jolie série de manipulations au dernier tour, où Jehan a convaincu Lyzi de m'attaquer, histoire que ce soit lui qui épuise ses atouts et ses armées sur moi, avant de venir lui piquer le territoire qu'il venait tout juste de conquérir (c'est tout de suite plus facile quand c'est une autre qui rase les forteresses pour vous) sous l'influence d'Aragorn… Qui n'était pas vraiment neutre dans l'affaire, puisque les troupes ainsi dépêchées n'étaient plus chez lui à lui pourrir son économie et à l'empêcher de gagner.


Un petit jeu d'ouverture théorique pour le fun.

Le Carthaginois met 1 au Commerce au tour 1. Il mise son Impôt.

Le Grec mise sa quatrième Marchandise, parce qu'elle ne lui sert vraiment à rien telle quelle.

Supposons que l'Égyptien mise un Impôt.

Si le Romain (produit 8 Marchandises et 1 Impôt) mise son Impôt, dans l'espoir de récupérer une Marchandise, alors le Babylonien (6 Marchandises et 3 Impôts) a tout intérêt à miser un impôt pour retomber sur ses pattes. Et le Romain se fait avoir.

Supposons maintenant que le Romain parte du principe qu'il va se faire avoir, et mise une Marchandise, dans l'espoir de récupérer un Impôt et d'être mieux au tour suivant.

Supposons maintenant que l'Égyptien a misé une Marchandise (avec son pouvoir, il s'en fiche royalement de ce qu'il va récupérer dans cette configuration) plutôt qu'un Impôt en anticipant ce qu'allaient faire le Romain et le Babylonien. Dans ce cas, le Mésopotamien a plutôt intérêt à miser une Marchandise et…

Oh et puis zut, il a qu'à miser au pif et faire du militaire ensuite.
Répondre
Lyzi Shadow a écrit :*Table des scores*
1ère partie (5j) : victoire de l'Égyptien (Aragorn) par la construction des Pyramides avec des Impôts.
2ème partie (4j) : victoire du Carthaginois (Skarn) par le recrutement d'un 5ème héros avec des Marchandises.
3ème partie (4j) : victoire du Grec (Outremer) par la construction des Pyramides avec des Impôts.
4ème partie : victoire du Grec (Lyzi) par la conquête militaire avec 2 capitales (Athènes et Rome) et 2 cités légendaires (Troie et Syracuse).
5ème partie (5j) : victoire à égalité de l'Égyptien (VIK) par la construction des Pyramides avec des Impôts et du Carthaginois (Skarn) par la construction des Pyramides avec des Marchandises.
6ème partie (6j) : match nul ou victoire du Carthaginois (Aragorn) par forfait des autres joueurs.
7ème partie (4j+Syracuse) : victoire du Carthaginois (Jehan) par le recrutement d'un 5ème héros avec des Marchandises.
8ème partie (5j) : victoire du Babylonien (Skarn) par le recrutement d'un 5ème héros avec des Marchandises.
9ème partie (6j+Jérusalem) : victoire de l'Atlante (Aragorn) par la construction des Pyramides avec des Marchandises.
10ème partie (4j) : victoire du Carthaginois (Skarn) par la construction des Pyramides avec des Marchandises.
11ème partie (6j) : victoire du Romain (Skarn) par la construction des Pyramides avec des Marchandises.
12ème partie (5j+Troie) : victoire du Grec (Aragorn) par la construction des Pyramides avec des Impôts.

Bonne partie, comme la plupart avec ce jeu !

Pour la partie en général, pas grand chose à rajouter après le résumé d'Aragorn, qui décrit bien la situation.

Je dirai juste que, les Carthaginois qui reprennent Syracuse aux Romains en débarquant avec des éléphants de guerre, c'est la classe !
Et puis, quand nous avons détruit la forteresse de Cyranéïque avec les catapultes de guerre gracieusement offertes par les Babyloniens de Jehan, c'était quand même classe aussi, même si au final, on s'est fait manipuler et prendre à revers par les légions babyloniennes...

(09/09/2017, 10:15)Aragorn a écrit : Nous avons joué avec le module Troie, qui offre des cartes à effet militaire si on accomplit un des 3 objectifs proposés au début du jeu. Au choix contrôler 5 territoires contigus, emporter 3 batailles , et un autre que j'ai oublié.
C'était "L'Héritage de Poséidon", qui nécessite de contrôler 4 Mers différentes, en ayant au moins 1 trirème dans chacune sans qu'aucune trirème adverse ne soit présente.

Pour préciser un peu plus ma propre stratégie :
Après avoir vu Skarn joué les Carthaginois avec succès plusieurs fois, j'en avais quand même tiré quelques enseignements. Au premier tour, j'ai donc, à sa façon, imposé un commerce à 1 Ressource juste pour ralentir les Romains d'Alendir. Sur ce point là, ça a été plutôt un succès, le Romain ne pouvant faire que 2 constructions au lieu de 3 au premier tour. Souvent, le Grec aussi est gêné au premier tour, mais comme l'a dit Aragorn, cette fois-ci, il y a échappé.

Pour mes achats du premier tour, je n'avais pas envie de développer en premier mes productions de Marchandises. Je sais que c'est sa diversité marchande et son titre de Maître du Commerce qui fait la force du Carthaginois, mais si je me contentais de construire de construire des caravanes dans mes provinces (et éventuellement un peu de protection), cela revenait à long terme à laisser Syracuse aux Romains, ce qui était hors de question.

J'ai donc souhaité faire un premier tour militaire, comptant faire du full économique/défense dans les 2 ou 3 tours qui suivraient.
Ça a plutôt bien fonctionné au premier tour. Avec une trirème et une légion, je posai les pieds à Syracuse pendant la phase militaire, m'assurant qu'Alendir n'y poserait pas d'influence ni à ce tour, ni au suivant. Avec mon autre légion, voyant que les Égyptiens de Skarn avait déserté ses provinces pour s'occuper de la Judée et du front avec les Babyloniens de Jehan, je vis aussitôt l'opportunité d'amener une légion au pays des Garamantes. Pas dans un but de pression militaire contre Skarn, contrairement à ce qu'il pensait, mais pour m'assurer de pouvoir construire deux caravanes de plus (Gemme, que je n'avais pas, et Huile que j'avais déjà mais j'ai droit à un doublon). De plus, ça étendait mes frontières, et je pourrais toujours ensuite construire des caravanes dans mon pays intérieur par la suite.

C'est une stratégie que j'ai apprise dans mes parties de Cilization IV et Civilization V sur PC, et dans ma seule partie de Myrmes : commencer par s'installer au plus près des frontières des voisins pour être sûr d'avoir la place, puis seulement ensuite tisser dans le vide à l'intérieur. L'inverse (commencer par développer ce qu'il y a immédiatement autour de son centre/sa capitale, puis ensuite disputer les frontières où les voisins se sont déjà installés) étant généralement moins efficace.

Jusque là, donc, ça partait bien, avec tout de même un prix assez lourd : le Romain se développant plus vite que moi sur les Marchandises, à la fin du deuxième tour, il me volait le titre de Maître du Commerce. Ce qui fut moins catastrophique que possible, vu que le Romain, dans le même temps, s'est fait voler le titre de Maître Militaire par le Grec.

C'est ensuite que j'ai eu les yeux un peu plus gros que le ventre et que j'ai commis une erreur qui m'aura coûté les bénéfices de mon bon départ.
Ma première idée était donc de jouer militaire (2 légions et 1 trirèmes) pour étendre le plus vite possible mes frontières à Syracuse et la Garamantie, pour ensuite développer la Cité Légendaire de Syracuse, les caravanes des Garamantes, puis les autres caravanes du Magreb qu'il me restait à construire.
Pour cela, il m'aurait suffi, avec mes 3 constructions du 2ème tour, de construire une influence et une forteresse à Syracuse en renfort de la légion (la rendant imprenable ou du moins trop coûteuse à prendre pour ce niveau de développement militaire du Romain), en même temps qu'un bâtiment économique de mon choix (Caravane chez les Garamantes ou Cité Légendaire à Syracuse), pour ensuite construire à mon gré chez moi...

Sauf qu'en lisant la carte, je réalisais qu'en construisant une forteresse en Libye (une de mes provinces limitrophe de l'Égyptien, mais absolument pas menacée militairement à ce stade), et en dispersant mes légions (1 en Numidie, 1 en Sicile, 1 en Garamantie), je pouvais m'emparer de l'objectif "Le Rêve d'Alexandre le Grand" (avoir 5 provinces sous son influence avec au moins 1 forteresse ou légion dans chacune) et être le premier à tirer des cartes Événement Martial.

Je pris donc le risque de le faire, retardant mon plan d'un tour.
Prenant deux cartes, j'en récupérai une plutôt puissante ("Éléphants de Guerre", qui me permettait de ne pas lancer les dés de combat terrestre et de faire directement 5, c'est à dire une touche, sur chaque jet d'un seul combat), et donnai l'autre à Jehan, qui était un peu mon allié de circonstance : étant à la fois le plus faible de la table et en mesure d'embêter l'Égyptien, lequel du coup ne s'intéressait pas trop à ses frontières avec moi, ça ne pouvait que m'arranger de lui donner les moyens de se renforcer.
Au final, la deuxième carte n'était qu'un leurre, ne lui apportant rien, mais Jehan était le plus proche d'un des autres objectifs, "La Faveur d'Arès", c'est à dire être le premier à remporter trois victoires, donc il avait des chances d'obtenir une deuxième carte, possiblement un deuxième leurre, ce qui devenait très puissant. (1 leurre n'a pas d'effet, 2 leurres permettent de choisir l'effet que l'on veut dans tous ceux en jeu).
Show ContentSpoiler:
Fort de la puissance de ma carte, je me disais que ça valait le coup de me retarder ainsi 1 tour, et que j'avais donc ainsi fait le bon choix.

Je me trompai.
La faiblesse relative de ma défense à Syracuse a permis aussitôt aux Romains de réussir un débarquement à Syracuse, et de commencer à l'annexer, ce qui aurait revenu à dire ce que j'aurais payé l'influence pour eux... Et évidemment, tant que leurs troupes étaient chez moi, je ne pouvais pas construire la forteresse qui les auraient tenus dehors.
Je ne pouvais pas décemment laisser Alendir tranquillement annexer Syracuse sans réagir et sans me défendre... Et je devais réagir immédiatement, puisque si je laissais les choses un tour de plus, il aurait terminé sa conversion de ma province entre temps...
Je devais donc, ENCORE, retarder mon développement économique pour monter ma riposte militaire.

Je lève 2 légions, je les envoie par trirème à Syracuse, j'utilise ma carte des éléphants guerre pour que mes 2 légions infligent automatiquement 2 pertes aux Romains sans jeter les dés, or, ils n'en avaient laissé que 2 pour annexer la Sicile. J'ai ainsi coupé court à cette conversion. Alendir contre-attaque avec 2 autres légions, nous prenons une perte chacun, mais il nous reste toujours 1 légion, la province restant donc en guerre à la fin du tour. Je ne peux donc toujours pas construire de forteresse...

Pendant ce temps là, comme je me concentre sur ma défense, mon pouvoir économique n'a presque toujours pas évolué. J'ai juste une gemme de plus grâce à une caravane chez les Garamantes.

Cette gemme me permet tout de même d'avoir 7 Marchandises différentes (ou 6 +1 doublon grâce au pouvoir des Carthaginois) et d'acheter le héros Nabuchodenosor. Grâce à lui, mes marqueurs d'influence valent désormais chacun +5 en combat. Ma légion et mon marqueur d'influence en Sicile me permettent enfin de bouter les Romains hors de Sicile, et d'y installer une forteresse et de fonder la Cité Légendaire de Syracuse. Enfin !

Je peux désormais me tourner sur mon développement économique, mais j'ai perdu de trop nombreux tours à me battre pour Syracuse.

La Cité Légendaire de Syracuse m'aura bien servi, puisqu'elle me permet de faire 4 constructions lors du tour suivant sa construction (mes 3 triplets de Marchandises habituels, et un triplet d'impôt : 1 de ma Capitale, 1 de Syracuse, 1 que j'avais gardé au tour précédent), alors même que j'avais perdu ma 10ème Marchandise suite à un pillage totalement gratuit des Égyptiens en Garamantie, que j'avais dû laisser complètement sans défense pour me concentrer sur la reprise de la Sicile.

Gros manque de bol pour moi, d'ailleurs : organisant une expédition punitive, j'envoie 1 légion en Garamantie contre la seule légion égyptienne, j'obtiens un III au dé, et Skarn, qui râle toujours sur les dés en qui il n'a pas confiance, obtiens un V, détruisant ma légion punitive - qui se trouve d'ailleurs à ce moment là ma dernière troupe, les Romains m'ayant exterminé les autres à Syracuse.

Au bout d'un moment, le Romain avait encore 4 légions ou plus (avec toujours son bonus de +1 à chaque dé en attaque), ainsi que le Héros Ramsès II qui lui donnait 1 dé de combat en plus. Il m'avait de plus complètement distancé sur le titre de commerce, et je n'avais plus de troupes mobiles (juste des forteresses partout). J'ai donc finalement laissé tomber l'idée d'essayer de défendre à tout prix Syracuse. Je ne pouvais plus retarder davantage ma construction économique, et même en jouant tout militaire, je n'avais aucune chance de la défendre contre une telle puissance de frappe romaine.
D'autant que les Romains ont coulé mon pont de bateau vers Syracuse avec leur propre flotte...

J'ai donc laissé Syracuse aux Romains et j'ai poursuivi mes efforts économiques. D'abord, re-construire la caravane de Gemmes que Skarn m'avait brûlé chez les Garamantes. Ensuite, installer une caravane d'Huile dans la même province. J'aurais pu ensuite, soit construire un marché pour doubler mes productions garamantes, soit me développer dans une province abandonnée à l'intérieur de mes frontières, la Phasanie, en y posant une influence pour y construire une caravane d'esclaves.
Mais j'ai vu une opportunité : Skarn ne pensait pas possible une attaque de mon côté, vu qu'il avait une forteresse en Cyranéïque. Sauf que j'avais une carte catapultes.
Comme il devenait menaçant économiquement (trop d'impôt, c'est l'Égyptien), je pensais l'envahir avec 1 seule légion, raser sa forteresse avant la bataille avec mes catapultes, et occuper sa ville avec ma seule légion sans coup férir.
"À vaincre sans péril, on évite les ennuis."
C'est donc ce que je fais en convaincant Aragorn de me faire jouer après les Égyptiens (pour empêcher leur contre-attaque). Je rase la forteresse de Cyranéïque et j'occupe sa cité.
Sauf que je me rends compte que, ayant perdu Syracuse, 1 Impôt ne me servira à rien... Donc je préfère occuper sa caravane pour avoir 1 Marchandise de plus.
Ce qui, bien sûr, n'arrange pas les autres, vu que ça n'éloigne pas Skarn de son objectif de victoire aux impôts.

Sauf que ça ne m'a pas réussi non plus. Jehan, que je considérais jusque là comme un allié distant, débarque en Cyranéïque et m'attaque dans le dos, élimine facilement mon unique légion en occupation, et profite de ce que j'avais rasé la forteresse égyptienne pour lui pour occuper la cité et le temple de Skarn.

Ce fut le dernier tour militaire, puisqu'à la fin du tour de commerce qui a suivi, Aragorn a déclaré être capable de construire les Pyramides.



Ah oui !
Petit détail marrant de la partie :

"Les Égyptiens sont envahis en Judée par les Babyloniens ! Nous, les braves Grecs, nous envoyons généreusement une armée pour vous libérer !
-Ah non non non. Vous ne pouvez pas débarquer chez nous parce qu'Alexandrie et Athènes sont en paix.
-Mais... Mais vous n'avez plus aucune défense en Judée et les légions de Babylone sont en train de vous occuper par la force !
-Ce n'est pas vos affaires ! On gère tout seul ! Allez, ouste !
-Mais...
-Non non non, rien du tout, dehors, ouste !"

En défense des règles du jeu, qui peuvent paraître absurdes sur ce point, si les Grecs avaient éliminé les Babyloniens en Judée, ça aurait peut-être enlevé une épine du pied des Égyptiens, mais en attendant, ça aurait mis Aragorn en position de conquérant en Judée, qui aurait pu à loisir occuper ou piller Jérusalem alentour...
Donc les alliés en paix ont bien raison de se méfier...
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 3 visiteur(s)