Compte-rendu des soirées jeux de plateaux
Bon personne pour me dire comment s'est terminée cette partie de Hit Z Road?
C'est pas parce que je suis parti avant son terme que je ne suis pas intéressé pour savoir quelle en a été la conclusion.
Répondre
Me semble que mon dernier survivant blessé et empoisonné a gagné aux points face aux deux survivants prudents de Vik, Lyzi n'ayant lui pas survécu à la dernière horde.
Répondre
Oui, jouer la prudence à outrance est à double tranchant si un autre joueur parvient à rester en vie au dernier tour.
J'ai tenté de marquer des points, mais ce faisant j'ai pris trop de risque. Il faut dire aussi que j'ai toujours été limité en ressources et que je n'ai jamais pu jouer en première ou deuxième position après la phase d'enchères, et que j'héritais donc des chemins les plus difficiles.
Je retiens ta technique de ne jamais utiliser le combat à distance, il semble que c'est plutôt efficace.
Répondre
(Les Contrées de l'Horreur, 5 tours avant l'apocalypse)


La nuit était descendue sur le monde entier. De l'autre côté du portail flamboyant de couleurs impossibles, il était déjà possible de deviner des formes dont la monstruosité était un défi jeté à l'imagination humaine.

Dressée face à cette faille qui se creusait dans la réalité, la chamane s'efforçait d'achever le rituel désespéré qu'elle avait entamé avec ses compagnons, seul espoir d'échapper à cet avenir de destruction absolue. Elle épuisait ses forces, ses connaissances, sa volonté... et ce n'était pas suffisant. Peut-être sa maîtrise des arcanes s'était-elle amoindrie sous l'influence corruptrice de la civilisation. Peut-être était-ce l'influence du sombre pacte qu'elle avait été obligée de conclure et qui, elle en avait le pressentiment croissant, souillerait tôt ou tard ses mains du sang d'un de ses alliés. Peut-être la tâche qu'elle s'était assignée était-elle simplement trop difficile pour n'importe quel être humain. Quoi qu'il en soit, elle ne pouvait pas achever le rituel.

Mais peut-être pouvait-elle donner une chance à ses compagnons de le faire, songea-t-elle en abandonnant toute retenue dans l'usage de ses pouvoirs.

- Je ne... mourrai... pas en vain !

Il y eut une immense explosion ésotérique dans laquelle se désintégrèrent la voix, la pensée et l'existence d'Akachi Onyele.

Le rituel était aux trois quarts accompli.
Répondre
pas mal comme résumé, on attend ton AVH maintenant lol
Les connes, ça ose tout, c'est à ça qu'on les reconnaît !
Répondre
Les Contrées de l’horreur, treize tours avant l’apocalypse.

Shanghai. Des événements étranges étaient survenus ces derniers temps dans la millénaire cité chinoise, le moindre d’entre eux n’étant pas l’extraordinaire portail qui vomissait des entrailles d’on ne savait quelle angoissante dimension ses bêtes monstrueuses.

Marie était aux prises avec l’une d’entre elles : un loup-garou tout droit sorti des contes que lui racontait sa grand-mère dans son enfance. La frontière rassurante qui sépare la réalité des cauchemars semblait devenir de plus en poreuse… Par bonheur, elle pouvait compter sur sa voix légendaire — et, comme le savaient quelques rares initiés, ensorcelleuse… au sens propre du terme —, et, surtout, elle brandissait à deux mains une dague ayant fait couler le sang au cours d’innombrables rituels — encore un héritage de sa Circé de grand-mère —, et c’est cette lame qu’elle pointait, d’un air menaçant qu’on lui avait rarement vu, vers le lycanthrope.

« Eh, Akachi, tu me donnes un coup de main ? Je l’ai blessé, il est à bout, tu n’as plus qu’à l’achever ! »

La chamane cessa de soupirer après le curieux étudiant qui la suivait partout (et qui, il faut bien le dire, tenait plus du boulet que de l’étudiant) pour se tourner vers Marie.

« Ouais… mais non. Je vais plutôt aller faire du tourisme là-dedans », répondit-elle en désignant le grand portail du doigt. « Si ça se trouve, ils ont même des tables de poker !
— Quoi ?! Mais il est à bout, et il est dangereux, on ne peut pas le laisser s’enfuir ! »

(La vision, que Marie, sans savoir comment, devina qu’elle était prophétique, de leur ami Charlie « J’irai jusqu’au bout » B. en train de hurler sous les crocs du loup-garou traversa son esprit à ce moment précis.)

« Eh ! tu trouves que j’ai l’air d’une combattante ? » s’indigna la chamane.
« Parce qu’une chanteuse, ça passe sa vie sur les rings, peut-être ?! »

Dédaignant répondre, Akachi fila droit dans le portail, qui l’engloutit. Le loup-garou, lui, profita de ce répit inespéré pour s’enfuir se tapir dans un quelconque endroit sombre connu de lui seul pour y lécher ses plaies et ruminer sa vengeance.

Bon, se dit Marie, d’accord, elle est partie le fermer, mais elle va certainement revenir…

Mais si le portail s’évapora bel et bien, replongeant soudainement le quartier dans un silence hébété et morose, nulle trace, en revanche, d’Akachi… Le cœur de Marie se serra : aurait-elle sacrifié sa vie dans le processus ?

« Bonjour, madame, un télégramme pour vous. »

La chanteuse sursauta. Se retournant, elle vit l’employé qui venait de lui adresser la parole lui tendre une feuille de papier pliée en quatre, qu’elle saisit aussitôt et s’empressa de lire :

« Coucou ! Je trouvais Shanghai ennuyeuse, alors je me suis dit que j’allais plutôt sortir du côté de Rome. C’est une ville rigolote, j’y ai croisé une bigote avec un couteau de boucher qui passe son temps à se faire arrêter par les flics, LOL. Bonne chance avec le loup-garou ! Bisous, A.O. »

Les jours et les semaines qui suivirent achevèrent de convaincre Marie que le karma existait.
Répondre
Le récit de Marie doit visiblement beaucoup à la condition "Hallucinations" dont elle a été affligée pendant une bonne partie du jeu ! Tongue

Elle se souviendrait peut-être sinon que, si elle était visiblement la chouchoute de la fortune (comme l'illustrait sa bénédiction, qui a fait fi des probabilités et ne s'est jamais dissipée), ce n'était pas le cas de tous ses alliés. Avec ses deux petits points de Force, aucune arme et aucun sort offensif, c'était un peu beaucoup de demander à Akachi  de se fritter avec un loup-garou doté de crocs de dix centimètres.

Et pourtant, la malheureuse chamane a supporté pendant toute la partie le fardeau des accusations injustes de la chanteuse. On a même prétendu que c'était de sa faute si le loup-garou avait par la suite un peu mangé Charlie "Patrick" Kane.

Ultime illustration de la chance de Marie : le sombre pacte d'Akachi ne s'est pas déclenché avant son sacrifice héroïque. Parce que j'aime autant vous dire que, si c'était arrivé, il y a une certaine chanteuse qui aurait été le personnage central dans une petite cérémonie pittoresque, avec autel en pierre gravé de symboles anciens, figurants encapuchonnés psalmodiant des hymnes, dague sacrificielle bien aiguisée, et tout le tralala.
Répondre
Le Massa di Requiem per Shuggay retrouvé !

C'est lors d'une opération policière de routine que l'agent Bob, de la police de Nelspruit (Afrique du Sud) a redécouvert cette ouvrage d'une importance historique considérable.

« J'avais amené ce gamin au poste pour le cuisiner après l'avoir pris en flagrant délit de vol à la tire au marché, je lui dis de vider son sac, au sens propre, et là, qu'est-ce que je vois ? Un bouquin qui semblait tout droit sorti d'un tableau de la Renaissance européenne. Ni une ni deux, j'ai immédiatement appelé mon chef, qui a appelé son chef et ainsi de suite, jusqu'à ce qu'on finisse par nous passer un type à Rome qui nous a dit que le bouquin était à eux. »

Et en effet, ce précieux document avait disparu des archives du Vatican voilà plusieurs mois. Les soupçons s'étaient alors portés sur Zoey Samaras, déjà inquiétée dans l'affaire du vol de la grande croix, et qui avait été incarcérée suite à la demande des autorités marocaines en raison de faits de vandalisme sur site archéologique.

Finalement libérée dans des circonstances troubles, qui pourrait impliquer Charlie Kane, homme politique américain possédant également un service d'import-export San Francisco/Rome/Shanghai, elle avait ensuite quitté l'Italie en direction de l'Afrique.

Peu de temps après, la prétendue « Épée de Saint-Georges » disparaissait de son sanctuaire congolais.

Si Mlle Samaras est probablement encore une fois impliquée, les chances sont faibles qu'elle soit le cerveau de l'affaire, ne serait-ce que parce que sa myopie extrême et sa quasi-surdité l'handicapent dans toutes ses activités. Toutefois, entre les mains d'un cerveau supérieur sachant exploiter sa foi fanatique pour la contrôler, cette force de la nature pourrait se révéler dangereuse.
Répondre
@Skarn
FAKE NEWS !
Encore un article des média gauchistes qui fait complètement foin de la présomption d'innocence !
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
Entièrement d'accord !
Intéressons-nous à des choses plus intéressantes que ce genre de complots. Le forum rendez-vous au 1 est plus grand que nos erreurs.
Répondre
A "Mystère à l'Abbaye", j'ai utilisé ma tactique habituelle : avoir beaucoup de cartes en main de façon à augmenter mes chances d'en conserver au moins une pendant toute la partie (ce qui augmenterait l'incertitude des autres joueurs). Ayant pioché la dernière carte du Parlatorium, qui se trouvait être Malachie, je me suis dit que j'allais m'appliquer à le cacher en particulier... mais cette belle résolution a fort peu duré, parce que l'évènement suivant nous forçait chacun à révéler un frère et que je n'en avais pas d'autre que ledit Malachie.

Finalement, j'ai tout de même réussi à dissimuler André tout du long, jusqu'à ce que Skarn l'accuse à tort. Malheureusement, je n'ai pas su en profiter : j'hésitais encore entre le père Matthieu, le frère Cuthbert et possiblement le père Michel lorsqu'Aragorn a accusé Cuthbert, qui s'est avéré être le coupable.

La partie s'est illustrée par un tel nombre de dénonciations que le père abbé a fini par nous imposer une consigne de silence partiel juste parce qu'il n'en pouvait plus de nous entendre raconter n'importe quoi. Un peu plus et je pense que nous aurions pu obtenir qu'il nous chasse de l'abbaye à grands coups de pied aux fesses pour ne plus avoir à nous supporter.


À "Shadow Hunters", lors de la première partie, j'étais le loup-garou et je me sentais d'humeur belliqueuse. Raisonnant que je n'avais qu'une chance sur 5 d'agresser mon allié, je me suis tout de suite mis à attaquer à l'aveuglette... mais celui que j'attaquais (Aragorn) était vraiment mon allié. Lorsque je l'ai réalisé, il était déjà aux trois quarts mort et je ne lui ai pas longtemps survécu. Je n'ai pas fait preuve d'un très grand sens tactique sur ce coup-là.

Lors de la deuxième partie, j'étais un suicidaire complètement incompétent, qui a gagné un peu malgré lui (sans réussir pour autant à mettre un terme à ses jours).
Répondre
Mon psychopathe n'a guère été plus brillant, la soi-disant « innocente jeune fille ne faisant que passer par là » étant nettement plus douée pour casser des os que lui. Y compris des os lupins d'ailleurs.

Sinon, voilà le lien du texte de Mark Zuckerberg (seigneur de Facebook) dont je vous ai parlé : https://www.facebook.com/notes/mark-zuck...292806634/. Celui qui nous rappelle encore une fois que c'est bon, on est dans le futur.

Celui des dystopies des années 30. Celui du cyberpunk des années 80. Celui qu'on voulait éviter.
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 2 visiteur(s)