Sondage : Quel est le ton de dialogue que vous préférez dans une avh ?
Ce sondage est fermé.
Familier
18.75%
3 18.75%
Courant
43.75%
7 43.75%
Soutenu
37.50%
6 37.50%
Total 16 vote(s) 100%
* Vous avez voté pour cette proposition. [Voir les résultats]

style familier ou très littéraire ?
#16
Je ne parlais pas seulement d'AVH. Les romans me font le même effet. Bon, j'avoue que je n'en fais pas un fromage non plus — ça reste, comme tu le dis, une impression personnelle. Ça varie selon mon humeur du moment. Parfois ça m'énerve, parfois non. On a bien le droit d'avoir ses caprices. Cela n'interdit à personne d'écrire comme il le désire.

Comme AVH ayant un style littéraire en plus des Sabres d'Asguenn, je pense à Nils Jacket … Il y avait aussi P14 dans le temps qui écrivait dans un langage soutenu … La seule autre qui me vient à l'esprit est celle de Natisone de l'an dernier, mais je pourrais confondre.

Je suis probablement coupable aussi dans certains passages de mes AVH, mais puisque je fais consciemment un effort contre ça, je ne pense pas que ça paraisse tellement. ^_^
Répondre
#17
Citation :Il y a comme un vent de susceptibilité dans l'air
Mais non, mais non juste qu'il fait très chaud, qu'on est tous un peu sur les nerfs mais les premiers froids d'octobre vont nous (re)plonger devant nos écrans et on va tous terminer nos avh's et on va se fighter pour une belle médaille du yaz 2010. Et voilà ! Wink C'est-y pas beau tout ça ? Love

Citation :Ce n'est pas la première bisbille de l'année.
J'ai participé a une ! J'ai participé a une ! Ha ha ha ! Eté chaud quand tu nous tiens ! Smile
Mais les premiers froids d'octobre vont nous (re)plonger devant nos écrans et on va tous terminer nos avh's et on va se fighter pour une belle médaille du yaz 2010. Et voilà ! Wink C'est-y pas beau tout ça ? Love

Allez cool les mecs, on se détend, on boit un coup pépère et tout rentre dans l'ordre... qui veut du Côtes de Provence ? Wink
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#18
Pour ma part, j'accepte volontiers la critique sur le style. Mais en aucun cas, il ne faut y voir quelconque suffisance ou arrogance. C’est juste l’envie de proposer un texte un peu travaillé (par respect envers le lecteur potentiel) qui m’anime. Une volonté de s’améliorer et de se convaincre de continuer.

J’ai la même réflexion en musique. Si des gens me font le plaisir de venir me voir jouer en concert, je me dois de proposer le meilleur de mon potentiel. Doit-on y voir une velléité d’arrogance ? Il ne me viendrait pas à l’esprit de venir balbutier des morceaux sans pleinement les posséder.
Maintenant, en ce qui concerne l’AVH sur le roi lézard, j’ai relu avec attention les différents chapitres et effectivement, cela est bien éloigné de ce que je voulais exprimer au début du projet, à savoir un humble hommage à ces bons vieux bouquins de mon enfance où quelques phrases ciselées suffisaient à me faire plonger dans un tas d’aventures palpitantes.

Je m’en suis détourné. La narration se perd dans un style trop lourd, ensevelie sous un flot d’adjectifs. Je revois donc ma copie et la posterais peut-être un de ces jours si le courage me revient. Je doute cependant que ce genre d’exercice me convienne.

Rédiger une AVH est une alchimie bien particulière et le dosage entre description/immersion et dynamisme de l’aventure semble compliqué à trouver.

Par contre, suffisance ça non ! Je ne suis pas écrivain et préfère ma guitare à ma plume. Pas de risque que mes chevilles enflent avec ça !
Répondre
#19
Je ne sais pas quel genre de musique tu joues mais en ce qui me concerne je joue de la batterie et je fais du rock. Et bien mes avh je les traite pareil. A savoir que je lance le compte (1,2,3,4) et j'envoie tout ce que j'ai ! Je cherche bien sûr à inclure des subtilités (comme dans mon jeu de batterie) mais je ne me prend pas la tête avec l'alchimie entre description/ immersion et dynamisme. Si c'est majoritairement descriptif ce sera rock planant, si c'est immersif ce sera symphonic metal, enfin si c'est dynamique ce sera stoner rock. Mais dans tous les cas je trouve un fil conducteur et je laisse faire l'imaginaire, l'improvisation...
L'important à mon avis et que tu fasses ce que tu aimes et point barre. Tu veux arpéger en douceur, fais-le ; tu veux descendre des gammes de fou, fais-le ; tu veux jouer en tapping, mais FAIS-LE !
Je pense moi aussi qu'un style trop recherché est un poil lourd à digérer, je dis bien "un poil".
Après, des paragraphes écrits à la manière des plus grands n'expriment pas pour autant suffisance et arrogance, c'est peut simplement technique maitrisée et plaisir de faire partager ses mots, ses connaissances... Non ? Wink
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#20
Encore une fois, il faut trouver le juste milieu : chaque auteur a un style particulier, un ton particulier, comme une signature en fait. Mais il ne faut pas que ce style nuise au plaisir de lire son oeuvre ou à la compréhension de cette dernière.
Par exemple, Clark Ashton Smith (écrivain d'héroic-fantasy contemporain de Lovecraft et de Robert. E. HOWARD) écrivait avec des phrases longues, chargées, bourrées d'adjectifs et utilisait des mots parfois archaïques. Celà correspondait à ses histoires, qui avaient toujours pour cadre des mondes décadents et trés anciens, des civilisations trop sophistiquées et agonisantes, des décors fastueux et surchargés.
On peut lui opposer Robert. E.Howard (le créateur de CONAN), qui écrivait des phrases courtes, simples et directes, avec des descriptions allant à l'essentiel. Celà correspondait à ses histoires pleines d'énergie et de fougue, à ses héros vigoureux et décidés, dans un monde brut et débordant de vitalité.
Anywhere out of the world
Répondre
#21
Ok, ok, ça me va comme ça, on n'en parle plus.
Répondre
#22
(05/08/2010, 23:42)Gwalchmei a écrit : Maintenant, en ce qui concerne l’AVH sur le roi lézard, j’ai relu avec attention les différents chapitres et effectivement, cela est bien éloigné de ce que je voulais exprimer au début du projet, à savoir un humble hommage à ces bons vieux bouquins de mon enfance où quelques phrases ciselées suffisaient à me faire plonger dans un tas d’aventures palpitantes.

Je m’en suis détourné. La narration se perd dans un style trop lourd, ensevelie sous un flot d’adjectifs. Je revois donc ma copie et la posterais peut-être un de ces jours si le courage me revient. Je doute cependant que ce genre d’exercice me convienne.

Gwalchmei, ôte-moi d'un doute: tu veux écrire comme toi-même, ou comme tout le monde ?
Évidemment, écrire comme tout le monde, ça garantit que personne ne s'en souviendra…
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#23
Franchement, un humble hommage, j'en ai rien à battre (je n'ai pas lu le livre-jeu de toutes façons Rolleyes ). Un livre-jeu avec du style, même dans un univers classique, ça m'intéresse davantage.

Donc si tu avais quasiment fini, ce serait bien que tu boucles ce projet avec l'esprit que tu lui a donné malgré toi. Un hommage n'a pas à être humble quand on peut faire mieux.
[Image: litteraction5.png]Littéraction.fr
Le site de livres-jeux dont VOUS êtes l'auteur !
Répondre
#24
J'ai voté pour les trois propositions du sondage. Tout me convient, dans les dialogues : le langage châtié du monde des ambassadeurs et espions de Nils Jacket Contre l'Agent X tout comme le langage familier de la pègre de Nils Jacket et le Puzzle de l'Oubli (je cite ces oeuvres car je sais que leur auteur ne m'en voudra pas^^).
J'aime bien aussi quand un personnage parle avec un niveau de langage inattendu, comme un éboueur qui s'exprime doctement. ça contribue à briser les clichés.

Après, tout est question de talent d'écriture et de sensibilité du lecteur. En relisant certains de mes dialogues avec recul, j'ai trouvé certaines tournures moins naturelles que lorsque je les avais écrites et je comprends le sentiment d'Oiseau. Dans le même temps, j'ai bien aimé le langage châtié de Joan le héros de Fitz, cela ne m'a choqué à aucun moment.

Sinon, même si ça ne concerne pas que les dialogues, j'aime bien ce qu'a dit Lucius sur la sauvegarde des mots (qui découle de l'amour des mots), ainsi que ce qu'a dit Voyageur Solitaire.
Répondre
#25
(09/08/2010, 23:03)JFM a écrit : En relisant certains de mes dialogues avec recul, j'ai trouvé certaines tournures moins naturelles que lorsque je les avais écrites

J'ai déjà dû te le dire, mais je pense que ton style n'a guère de problèmes en-dehors du choix des temps employés, qui sont quelquefois très peu naturels. Le pluriel du passé simple, le passé antérieur et l'imparfait du subjonctif font indubitablement partie de la langue française, mais on les retrouve rarement dans la bouche de qui que ce soit.

En ce qui concerne le niveau du style, je n'ai pas d'avis particulier. L'important n'est pas que le style soit familier, courant ou recherché, mais que l'auteur l'emploie adroitement (ce qui est une toute autre histoire). En matière de dialogue, cependant, il est souhaitable de choisir un style qui reflète la nature du personnage en train de parler.
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)