Nils Jacket et le Puzzle de l'Oubli
#46
AH AH !! Paragraphe 1400, me voilà !!!!

Pfiou, je ne suis pas fâché d'en être venu à bout ! Et encore, j'ai un doute : l'explication finale mentionne que j'aurais rencontré Amy le mercredi soir, ce qui m'est effectivement arrivé lors de certaines tentatives, mais pas lors de mon dernier parcours (où je me rendais chez Tess pour la première fois à ce moment-là). Est-ce que c'est une erreur du texte ou est-ce que c'est moi qui me suis trompé quelque part et que je n'aurais pas vraiment dû pouvoir arriver à la fin ?

La vérité sur ce qui s'est passé le soir du meurtre est bien difficile à établir et il y a des choses que j'ai trouvées impossibles à deviner avant qu'elles ne soient révélées (tout particulièrement le coup des empreintes). C'est bien entendu réaliste, mais cela contribue grandement à la difficulté de l'aventure. Si j'ai un conseil à ceux qui veulent résoudre l'aventure, c'est donc de ne pas chercher à reconstituer un tableau absolument intégral ! Ah oui, et n'oubliez pas qu'il peut y avoir un gros écart entre ce qu'il vous semble que les gens vous disent et ce qu'ils disent effectivement.

La satisfaction d'avoir terminé l'aventure est d'autant plus importante qu'y parvenir a été difficile (pour ne pas dire cauchemardesque). Cela étant dit, je ne saurais blâmer ceux qui ont laissé tomber en cours de route. Cette AVH ressemble à un marathon pour lequel on ne saurait pas très bien de quel côté se trouve la ligne d'arrivée ! La grille d'évaluation ne me semble pas appropriée : réussir l'aventure du premier coup ne veut pas dire qu'on est un Maître Détective, ça veut dire qu'on a une veine qui frôle l'impossible ! En fait, il faut être extraordinairement verni ne serait-ce que pour réussir l'AVH en moins de 20 tentatives. Même si nos facultés de raisonnement sont mises à contribution, parvenir au bout de l'AVH est avant tout affaire de patience et d'exploration méthodique des possibilités qui nous sont offertes.

En fait, il y a eu un stade (lorsque j'étais bloqué) où je ne voyais plus vraiment NJ-2 comme une aventure, mais comme un véritable puzzle. Je ne faisais plus vraiment de tentatives complètes, je revenais simplement à des endroits où j'étais passé et j'essayais des options différentes, pour voir si cela débloquerait quoi que ce soit.

Cette manière de procéder fait nettement prédominer l'aspect "jeu", ce qui est d'autant plus curieux (et peut-être dommage) que l'aspect "livre" est d'excellente qualité (si on excepte un goût très excessif du passé simple). Notre situation d'amnésique menacé et à peu près sans moyens est très bien rendue. Je me méfiais de tout le monde, ma première réaction lorsque je recevais une information était presque toujours "Est-ce que c'est bien vrai ?" et je voyais des mises en scène absolument partout. Jusqu'à un point très tardif dans l'aventure, je n'avais véritablement confiance en personne. J'ai beaucoup aimé l'attention apportée à notre existence de quasi-SDF, qui est décrite de manière très réaliste et ajoute un sentiment de grande vulnérabilité à notre situation. Et j'ai également apprécié que notre héros se comporte de manière intelligente et prévoyante (en mettant en vibreur son portable, en se dissimulant adroitement, en remarquant qu'il est repéré, etc.).
Répondre
#47
Raaah, voilà, je viens de terminer ce soir de corriger à la main toutes les pages du livre sur mon site. Je m'excuse encore pour ces problèmes de présentation. Peut-être ai-je eu tort de vouloir à tout prix sortir l'histoire en 2009, mais tant pis, je ne voulais pas revivre la frustration de l'année 2008 quasi perdue...

Tous les caractères en italique s'affichent, ainsi que les "ème" qui suivent les chiffres. Je pense avoir viré tous les bugs des "oe" qui ne s'affichent pas ; si vous en voyez encore, h'hésitez pas à me les signaler.

Pour la Feuille d'Aventure et la rubrique SOS Déblocage inactives, ce n'est plus de mon ressort. Je relance mon webmestre cette semaine.


Natan : Merci de tes compliments encourageants. Cela me fait très plaisir qu'un lecteur ait exploré autant de choses. Tu as débloqué des passages pourtant bien cachés ; je les ai écrits pour les persévérants comme toi. Wink
Merci aussi d'avoir enlevé les spoilers. Si tu me renvoies tes questions par MP, j'y répondrai sans problème.
Parmi les personnes qui ont terminé le livre, au moins 2 façons de terminer ont été suivies.


(02/03/2010, 23:24)Fitz a écrit : J'avais une super idée mais ça a pas l'air d'être ça. Impossible d'en être sûr car j'ai zappé les multiples chiffres disséminés dans le texte et qui sont en fait des preuves à retenir et ça ne pardonne pas quand on arrive à l'interrogatoire final.

Il n'y a pas tant de chiffres à retenir que ça. Si ta théorie est exacte et si tu as des preuves pour l'étayer, les (rares) chiffres viendront tout seuls.


(03/03/2010, 01:37)Outremer a écrit : J'ai fini par trouver une piste qui semble faire beaucoup progresser l'histoire. Mais je l'ai obtenue en épluchant de manière assez systématique les variantes qu'introduit le facteur temps dans les endroits auxquels j'avais accès. Je ne trichais pas, mais je ne jouais pas vraiment non plus !

Normalement, il n'est pas nécessaire de procéder de cette manière. Les événements ponctuels sont soit annoncés, soit indiqués par des indices (seule la sagacité entre en ligne de compte, pas de hasard). Dans les autres cas, des possibilités de "rattrapage" sont prévues et permettent de finir le livre. La déduction joue mieux son rôle que dans le tome 1 (défaut que je me suis efforcé de gommer dans ce tome 2, et que je compte gommer du tome 1 avec la version 2.0 sur le feu).

Si tu as l'impression que ce n'est pas le cas, c'est que je me suis peut-être planté...


(05/03/2010, 00:11)Outremer a écrit : AH AH !! Paragraphe 1400, me voilà !!!!

Pfiou, je ne suis pas fâché d'en être venu à bout ! Et encore, j'ai un doute : l'explication finale mentionne que j'aurais rencontré Amy le mercredi soir, ce qui m'est effectivement arrivé lors de certaines tentatives, mais pas lors de mon dernier parcours (où je me rendais chez Tess pour la première fois à ce moment-là). Est-ce que c'est une erreur du texte ou est-ce que c'est moi qui me suis trompé quelque part et que je n'aurais pas vraiment dû pouvoir arriver à la fin ?

Félicitations, Outremer !

Normalement, le texte devait forcément te faire passer vers la demoiselle en bateau. Cependant, je viens de re-tester et il semble qu'il y a une faille, si tu prends un taxi. Merci de la remarque, je tâcherai de corriger ce point.
Pour les autres points très intéressants que tu m'as mentionnés en MP, je te réponds dès que possible.


(05/03/2010, 00:11)Outremer a écrit : La vérité sur ce qui s'est passé le soir du meurtre est bien difficile à établir et il y a des choses que j'ai trouvées impossibles à deviner avant qu'elles ne soient révélées (tout particulièrement le coup des empreintes). C'est bien entendu réaliste, mais cela contribue grandement à la difficulté de l'aventure. Si j'ai un conseil à ceux qui veulent résoudre l'aventure, c'est donc de ne pas chercher à reconstituer un tableau absolument intégral !

Comme il y a plusieurs façons de terminer l'aventure, il est impossible de reconstituer le tableau intégral du crime. Dans le § final, je devais néanmoins présenter le tableau intégral pour que tout le monde y trouve son compte.
Le but est néanmoins rappelé plusieurs fois : découvrir qui l'on est et qui est le meurtrier. Les pièces extérieures à ce puzzle n'ont pas besoin d'être devinées. En revanche, ta remarque sur le fait qu'elles peuvent gêner celui qui s'y attarde et qui veut absolument une explication est pertinente. J'y réfléchirai dans quelques temps, avec du recul, pour mieux appréhender son impact. Tu es décidément de bon conseil. Wink


(05/03/2010, 00:11)Outremer a écrit : Notre situation d'amnésique menacé et à peu près sans moyens est très bien rendue. Je me méfiais de tout le monde, ma première réaction lorsque je recevais une information était presque toujours "Est-ce que c'est bien vrai ?" et je voyais des mises en scène absolument partout. Jusqu'à un point très tardif dans l'aventure, je n'avais véritablement confiance en personne. J'ai beaucoup aimé l'attention apportée à notre existence de quasi-SDF, qui est décrite de manière très réaliste et ajoute un sentiment de grande vulnérabilité à notre situation. Et j'ai également apprécié que notre héros se comporte de manière intelligente et prévoyante (en mettant en vibreur son portable, en se dissimulant adroitement, en remarquant qu'il est repéré, etc.).

Tous les points que tu mentionnes sont des points que j'ai beaucoup travaillés et développés. C'était complètement mon but de faire ressentir ça au lecteur. Le fait d'interpréter un type amnésique donne la possibilité à chacun de se sentir dans la peau du héros ; c'est une histoire qui pourrait très bien lui arriver en vrai.
J'ai essayé de prévoir le maximum de cas de figure, en privilégiant le plus simple et cohérent : le héros pense systématiquement à tous les ennuis qui pevent lui tomber dessus et se montre prévoyant en conséquence.

Merci de ce feedback, Outremer. Smile
Répondre
#48
J'ai beaucoup plus apprécié cette aventure que l'enquête conter l'Agent X, et pas seulement parce que j'ai cette fois réussi à en lire la conclusion (avec tout de même un léger coup de pouce de JFM à la toute fin). Le premier volet était en quelque sorte un hommage aux vieux classiques du genre policier avec présentation en bloc des suspects, enquête sur chacun d'eux puis déduction finale genre Hercule Poirot qui monologue en se lissant la moustache. Ici, le scénario est bien plus haletant. Là où NJ contre l'Agent X pêchait par son manque de rythme, d'action et finalement, par le classicisme de l'enquête, Le Puzzle de l'Oubli accroche très vite grâce au cocktail "survie-action-ambiance".
Survie évidemment puisque dès le début de l'aventure et jusqu'à son terme on doit échapper aux flics, aux tueurs à gages, mais également à l'inanition puisque le dormir au chaud et le manger sont des problèmes récurrents. Action car entre les fuites à pied, tirs aux flingues et courses-poursuites en bagnoles, on est servi presque autant que dans une AVH plus conventionnelle (les règles de points de santé sont d'ailleurs un plus par rapport à NJ 1). Enfin Ambiance car le décor de Genève est vraiment bien rendu. La ville y est précisément décrite, les lieux sont variés et quelques anecdotes ou points de détail (l'honnêteté globale des Suisses avec le coup du journal en vente libre par exemple) nous rappellent qu'on ne se trouve pas dans un pays lambda mais dans une cité très particulière.
On retrouve de plus les qualités majeures de l'épisode précédent avec des personnages secondaires variés, crédibles et très détaillés ce qui parvient à les rendre attachants, inquiétants ou repoussants. Le style est toujours aussi bon avec des dialogues nombreux et animés, un souci du détail dans les descriptions sans en rajouter non plus. Quant au scénario, il est complexe à souhait sans être improbable. On ne peut qu'être émerveillé devant le travail qu'il y a derrière pour mettre en scène toute cette histoire étonnante et la quantité de paragraphes rédigés, chacun très long qui plus est.
Au cours de l'histoire, j'ai particulièrement bien aimé Bernie le Dingue, les passages avec Tess (même si le fait qu'elle cherche un "protecteur" la rende moins séduisante que l'espionne russe de NJ 1) et l'intrusion chez Baby Joe.
Cette AVH aurait donc pu être un chef d'oeuvre à mes yeux mais elle souffre de quelques défauts, le principal étant celui de l'extrême difficulté. Tu es ambitieux (dans le bon sens) JFM car tu veux proposer à la fois un casse-tête retors et une aventure prenante. Malheureusement, passé un certain stade à s'acharner sur l'aventure, on délaisse quelque peu le récit, les personnages et les rebondissements pour ne plus penser qu'en termes de logique et de déductions. Mes deux-trois premières lectures étaient jouissives à découvrir cette Genève hostile, à être en prise à la faim, à l'isolement et à la paranoïa tout en cherchant désespérément à prendre contact avec les gens de mon passé. C'était vraiment une expérience de lecture ludique très forte. Mais après m'être rendu compte que les journées allaient tout le temps défiler ainsi jusqu'à me faire assassiner par un sniper si je ne parvenais pas à trouver la piste (ou les pistes si tu préfères) "débloquante", je n'avais plus que cette idée en tête. Ainsi, le plaisir de découvrir ces fameuses voies d'issue est passé devant celui de m'imprégner des nouvelles rencontres. Ce n'est pas facile à exprimer mais en clair, j'aurais beaucoup plus savouré Tess, Nils Jacket, Bernie ou d'autres personnages qu'on a du mal à rencontrer du premier coup si je n'étais pas alors obsédé par l'idée de trouver enfin le chemin tordu vers la fin de l'AVH...
Je pense sincèrement que les aventures de Nils Jacket gagneraient en popularité si elles étaient moins difficiles, s'il fallait 10-15 tentatives à la loyale plutôt qu'une vingtaine avec plein de retour-arrières comme c'est le cas actuellement. Et par pitié, ne dis pas qu'il faut avoir l'esprit détective et qu'une intelligence vive et logique permet de gagner en seulement quelques tentatives! OK, je ne suis pas une référence en matière d'énigmes ni d'enquêtes policières mais je pense comme Outremer, à savoir qu'il s'agit bien plus d'acharnement et de volonté que de perspicacité dont on a besoin pour achever la lecture de tes AVH.
Du coup, le plaisir peut vite laisser place à la frustration, à l'énervement et au découragement. C'est vraiment dommage tant le récit en lui-même est pétri de qualités. Tout le monde n'a pas aimé jouer aux Rubik's kub et en plaçant la barre aussi haute, tu donnes l'impression de réserver ta série à une catégorie assez précise de lecteurs-joueurs.
Autres bémols mais cette fois-ci mineurs. Si le style est vraiment bon, si l'ensemble est très plaisant à lire, il y a de nombreux dialogues où est utilisé le passé simple et un vocabulaire châtié. Dans la narration j'aime beaucoup, mais pour les dialogues, le passé composé m'aurait paru plus naturel ; ça sonne faux et c'est dommage alors que le réalisme est sinon très poussé avec la quête permanente des toilettes par exemple. J'ai trouvé ce défaut particulièrement criant à la toute fin lorsque nous-même ou le coupable nous lançons dans de longs monologues particulièrement soignés.
Toujours concernant la fin de l'aventure, j'ai trouvé les réactions de l'Effaceur quelque peu caricaturales. Qu'il nous déballe toute son explication sur ses motivations, sur le déroulement des évènements alors qu'il se trouve en train d'essayer de sauver sa peau en prenant un otage m'a paru un peu abusé. Là encore c'est dommage car du point de vue psychologique, tous les personnages de l'histoire sont finement perçus par ailleurs.
Mais ces deux derniers points sont des reproches minimes. Globalement, j'ai beaucoup aimé cette AVH qui m'a fait passer de très bons moments. J'y ai passé un peu trop de temps d'ailleurs : ce que j'aurais mis pour lire 3 autres AVH ou LDVELH de difficulté et de longueur moyenne...
Répondre
#49
Merci pour ce feedback complet et très intéressant, Fitz. Tout comme ce que m'a dit Outremer, cela m'aide beaucoup à prendre du recul sur le livre et va m'aider à corriger tout ça. Ton point de vue est différent de celui d'Outremer (qui est plus proche du ma vision des LDVELH), et la confrontation de ces deux façons d'appréhender le livre met en avant des points de correction instructifs.


(24/03/2010, 21:20)Fitz a écrit : J'ai beaucoup plus apprécié cette aventure que l'enquête conter l'Agent X, et pas seulement parce que j'ai cette fois réussi à en lire la conclusion (avec tout de même un léger coup de pouce de JFM à la toute fin).

Je ne t'ai pas vraiment donné un coup de pouce. Comme plusieurs avant toi, tu as tout trouvé toi-même, les indices et la déduction, mais tu t'es fait prendre par le fait que les indices doivent être trouvés en une seule lecture et pas à cheval sur plusieurs.
Globalement, bien que le mystère soit plus touffu dans ce tome, les lecteurs trouvent plus facilement la solution que dans le tome 1, c'est déjà un bon progrès niveau difficulté.
Je pense que le meilleur moyen de décoincer tout le monde dans ce tome, c'est de mettre quelques bons conseils dans la rubrique SOS Déblocage à venir.


(24/03/2010, 21:20)Fitz a écrit : Le premier volet était en quelque sorte un hommage aux vieux classiques du genre policier avec présentation en bloc des suspects, enquête sur chacun d'eux puis déduction finale genre Hercule Poirot qui monologue en se lissant la moustache. Ici, le scénario est bien plus haletant. Là où NJ contre l'Agent X pêchait par son manque de rythme, d'action et finalement, par le classicisme de l'enquête, Le Puzzle de l'Oubli accroche très vite grâce au cocktail "survie-action-ambiance".

Hum, je pense que tu n'es pas allé loin dans le tome 1, car il y a quand même beaucoup de scènes d'action et de suspense : l'infiltration de l'usine, la 1ère nuit, le centre commercial, le bal, la prise de l'entrepôt, l'attaque du convoi, le QG de l'Agent X... c'est déjà pas mal en 800§ !


(24/03/2010, 21:20)Fitz a écrit : Survie évidemment puisque dès le début de l'aventure et jusqu'à son terme on doit échapper aux flics, aux tueurs à gages, mais également à l'inanition puisque le dormir au chaud et le manger sont des problèmes récurrents. Action car entre les fuites à pied, tirs aux flingues et courses-poursuites en bagnoles, on est servi presque autant que dans une AVH plus conventionnelle (les règles de points de santé sont d'ailleurs un plus par rapport à NJ 1). Enfin Ambiance car le décor de Genève est vraiment bien rendu. La ville y est précisément décrite, les lieux sont variés et quelques anecdotes ou points de détail (l'honnêteté globale des Suisses avec le coup du journal en vente libre par exemple) nous rappellent qu'on ne se trouve pas dans un pays lambda mais dans une cité très particulière.
On retrouve de plus les qualités majeures de l'épisode précédent avec des personnages secondaires variés, crédibles et très détaillés ce qui parvient à les rendre attachants, inquiétants ou repoussants. Le style est toujours aussi bon avec des dialogues nombreux et animés, un souci du détail dans les descriptions sans en rajouter non plus. Quant au scénario, il est complexe à souhait sans être improbable. On ne peut qu'être émerveillé devant le travail qu'il y a derrière pour mettre en scène toute cette histoire étonnante et la quantité de paragraphes rédigés, chacun très long qui plus est.

J'ai l'impression que les points que tu cites, auxquels j'ai apporté pas mal de soin, ont été bien appréciés. J'en suis content.


(24/03/2010, 21:20)Fitz a écrit : Au cours de l'histoire, j'ai particulièrement bien aimé Bernie le Dingue, les passages avec Tess (même si le fait qu'elle cherche un "protecteur" la rende moins séduisante que l'espionne russe de NJ 1) et l'intrusion chez Baby Joe.

Pour le côté féminin-confrontations sentimentales de mes Nils Jacket, j'essaie à chaque fois de mettre en avant des relations différentes. Il y en aura pour tous les goûts.^^


(24/03/2010, 21:20)Fitz a écrit : Cette AVH aurait donc pu être un chef d'oeuvre à mes yeux mais elle souffre de quelques défauts, le principal étant celui de l'extrême difficulté. Tu es ambitieux (dans le bon sens) JFM car tu veux proposer à la fois un casse-tête retors et une aventure prenante. Malheureusement, passé un certain stade à s'acharner sur l'aventure, on délaisse quelque peu le récit, les personnages et les rebondissements pour ne plus penser qu'en termes de logique et de déductions. Mes deux-trois premières lectures étaient jouissives à découvrir cette Genève hostile, à être en prise à la faim, à l'isolement et à la paranoïa tout en cherchant désespérément à prendre contact avec les gens de mon passé. C'était vraiment une expérience de lecture ludique très forte. Mais après m'être rendu compte que les journées allaient tout le temps défiler ainsi jusqu'à me faire assassiner par un sniper si je ne parvenais pas à trouver la piste (ou les pistes si tu préfères) "débloquante", je n'avais plus que cette idée en tête. Ainsi, le plaisir de découvrir ces fameuses voies d'issue est passé devant celui de m'imprégner des nouvelles rencontres. Ce n'est pas facile à exprimer mais en clair, j'aurais beaucoup plus savouré Tess, Nils Jacket, Bernie ou d'autres personnages qu'on a du mal à rencontrer du premier coup si je n'étais pas alors obsédé par l'idée de trouver enfin le chemin tordu vers la fin de l'AVH...

C'est cette remarque qui m'a fait le plus tilter dans ton feedback. Tu dis de façon très claire ce que d'autres m'ont reproché avec ce tome (Skarn, notamment) et je comprends mieux. La difficulté provoque chez vous une dissociation de l'aspect enquête (jeu, volonté de finir le livre) et de l'aspect aventure (littéraire, profiter de l'ambiance).
C'est vrai que mon but (peut-être trop ambitieux, effectivement), c'est de proposer le maximum dans les deux aspects. Mais si, au lieu de s'ajouter, ces deux qualités s'opposent, il y a un problème.

Comme vu précédemment, dans ce tome, je pense que le mystère est plus facilement résolu que dans le tome 1. Je peux davantage guider le lecteur et étoffer la rubrique SOS Déblocage, mais il y a une réflexion à avoir sur la structure générale.
J'ai déjà commencé ce travail sur Nils Jacket Contre l'Agent X, que je suis en train de remanier sérieusement. Il faut que j'incorpore à la structure (déjà assez complexe pour l'auteur-concepteur...) des éléments qui permettent mieux au lecteur (ou à la lectrice, hé ho) de retomber sur ses pattes. Je pense pouvoir y parvenir sur l'Agent X. Pour le Puzzle de l'Oubli, la structure devrait moins me le permettre, aussi devrai-je miser sur la rubrique SOS Déblocage.


(24/03/2010, 21:20)Fitz a écrit : Je pense sincèrement que les aventures de Nils Jacket gagneraient en popularité si elles étaient moins difficiles, s'il fallait 10-15 tentatives à la loyale plutôt qu'une vingtaine avec plein de retour-arrières comme c'est le cas actuellement. Et par pitié, ne dis pas qu'il faut avoir l'esprit détective et qu'une intelligence vive et logique permet de gagner en seulement quelques tentatives! OK, je ne suis pas une référence en matière d'énigmes ni d'enquêtes policières mais je pense comme Outremer, à savoir qu'il s'agit bien plus d'acharnement et de volonté que de perspicacité dont on a besoin pour achever la lecture de tes AVH.

Je suis bien conscient du problème et désireux de le corriger, bien sûr, mais je persiste à dire que les indices laissés sur la route permettent de suivre les bonnes pistes. Je tâcherai de bien le souligner dans la rubrique SOS Déblocage.
Grosso modo : lorsqu'on est sur une bonne piste, on a toujours un autre endroit où aller ensuite, souvent le moment idéal est même indiqué ouvertement (par exemple dans les journaux).

Mais je ne vais pas m'abriter derrière cet état de fait.
Comme je l'ai dit, je prépare une version 2.0 de l'Agent X. Avec le recul, beaucoup de points de structures m'ont paru largement perfectibles (grâce à vos remarques à tous). Je m'efforce de monter une nouvelle structure qui devrait vous permettre de toujours raccrocher une bonne piste. La gestion des objets, par exemple, sera entièrement revu, ce qui devrait ravir Oiseau.
Quant à ce tome 2, la structure déjà très pointue ne me permettra pas de tout revoir. Avec le recul, les points améliorables sont l'exposé des preuves final qui pourrait être mieux formulé, et le dernier entretien avec Tess qui est mal mené (en l'écrivant même j'avais trouvé que ça n'allait pas). Je le réécrirai de façon plus dirigiste, afin de mettre en avant les bons indices.
Pour le reste, je m'en remettrai à la rubrique SOS Déblocage.

Il y a également quelques incohérences que m'a signalées Outremer. Aucun de ceux qui n'a fini le livre ne semble les avoir trouvées gênantes, mais peut-être ralentissent-elles la compréhension du puzzle général, et puis, mon esprit bien organisé ne peut pas laisser ça comme ça ! LOL


(24/03/2010, 21:20)Fitz a écrit : Si le style est vraiment bon, si l'ensemble est très plaisant à lire, il y a de nombreux dialogues où est utilisé le passé simple et un vocabulaire châtié. Dans la narration j'aime beaucoup, mais pour les dialogues, le passé composé m'aurait paru plus naturel ; ça sonne faux et c'est dommage alors que le réalisme est sinon très poussé avec la quête permanente des toilettes par exemple. J'ai trouvé ce défaut particulièrement criant à la toute fin lorsque nous-même ou le coupable nous lançons dans de longs monologues particulièrement soignés.

J'assume ce point. J'aime bien remettre du langage châtié dans le langage quotidien.

Cependant, il y a peut-être aussi un problème de relecture de ma part. Le 31 décembre, je n'ai pas pris le temps de relire grand chose. J'ai relu quelques passages depuis et effectivement, il y a sans doute des choses à revoir. Les passés simples m'ont moins gêné que certains passages qui auraient gagné à être raccourcis.


(24/03/2010, 21:20)Fitz a écrit : Globalement, j'ai beaucoup aimé cette AVH qui m'a fait passer de très bons moments. J'y ai passé un peu trop de temps d'ailleurs : ce que j'aurais mis pour lire 3 autres AVH ou LDVELH de difficulté et de longueur moyenne...

Hihi, Nils Jacket remporte le pari d'être les romans policiers qui gardent en haleine les lecteurs le plus longtemps ! Mrgreen

Bon, je suis déjà content que tu aies aimé lire cette histoire. Si tu ne veux pas relire le tome 1 pour le moment, je t'y inviterai quand j'aurai terminé la version 2.0.
Quant à moi, faudra que je trouve un moment pour lire ton Sabres d'As... Esh... euh...?^^
Répondre
#50
La voici, cette version 2.1 :

NILS JACKET ET LE PUZZLE DE L'OUBLI (tome 2) vient de paraître lui aussi en version papier.

C'est toujours aux éditions Megara, et c'est là encore une édition collector : couverture cartonnée, avec des illustrations signées Mylène Villeneuve. Le livre vous propose la version 2.1 corrigée et donc totalement inédite du texte, avec une difficulté adoucie, et davantage de cohérence et de clarté dans l’intrigue. Les "bugs" que vous m'aviez signalés ont été corrigés. Enfin, comme dans le tome 1, un "parcours guidé" inédit vous aidera à terminer le livre si vous bloquez.

[Image: sans_t10.jpg]

J’espère que cette nouvelle sortie papier vous plaira et que ceux qui attendaient cette version 2.1 en seront satisfaits.
Répondre
#51
C'est cool, félicitations !

Par contre, 49 Euros... Eek !


Répondre
#52
Wow, superbe illustration de couverture !

Répondre
#53
Merci, HDV.
Le prix est élevé, je trouve aussi, mais l'ouvrage final est assez impressionnant. C'est très épais, cartonné, présenté de façon très agréable à la lecture, c'est assez luxueux. C'est un choix de l'éditeur, ce positionnement "beaux livres", mais ces "éditions collector" ont vraiment de la gueule !

Je suis fan aussi de la couverture !
Comme pour le tome 1, c'est exactement cette ambiance que je voulais à Nils Jacket.
Répondre
#54
Nils Jacket et le Puzzle de l'Oubli est à son tour disponible en version "économique" (petit format couverture souple).

[Image: product_thumbnail.php?productId=23390430&resolution=320]

Le tome 3 étant paru en édition collector, le moment était venu d'étoffer aussi la collection en petit format.
Comme pour Nils Jacket Contre l'Agent X, cette version propose le même texte (à jour de corrections) que l'édition collector, avec illustrations, pour 18 euros (hors taxes et hors frais de port, 740 pages).
Son format est celui du livre classique de librairie, avec couverture souple, dos carré-collé. Elle n'a pas la même capacité à se conserver que les couvertures cartonnées des éditions collector, ni le même confort de lecture.
Avec ses 1400 paragraphes, je crois d'ailleurs que j'ai atteint l'épaisseur maximum des éditions Lulu. Le texte n'est pas écrit plus petit que dans le tome 1, je vous rassure. La reliure, elle, a l'air de tenir.

C'est disponible sur cette page.

Pour ce lancement, le site de commande vous propose le code promo suivant : EVG15 pour une réduction de 5 % sur votre achat.

J'espère que cette version "brute" vous plaira elle aussi.
Répondre
#55
Il me semble qu'au paragraphe 217 on devrait avoir le choix d'aller directement à la gare au 36.
Répondre
#56
Non, quand on appelle ce taxi, c'est dans le but

Show ContentSpoiler:

Lui demander de nous conduire à la gare n'a pas de sens, vu qu'on peut très facilement s'y rendre à pied, gratuitement.
Répondre
#57
(11/01/2018, 20:04)JFM a écrit : Non, quand on appelle ce taxi, c'est dans le but

Show ContentSpoiler:

Lui demander de nous conduire à la gare n'a pas de sens, vu qu'on peut très facilement s'y rendre à pied, gratuitement.


Show ContentSpoiler:
Répondre
#58
Je relis le passage : je trouve que c'est justement ce qu'il se passe à partir du §217.

Quand on entame la discussion, ou si on a juste

Show ContentSpoiler:
on peut très vite couper court et demander d'aller à la gare.
Répondre
#59
Après c'est un choix.

Show ContentSpoiler:
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)