La mine perdue de Phandelver
#31
De retour dans la ferme familiale. Je suis venu dire à tante Qelline que je m’absentais quelques jours. Elle s’inquiète pour moi chaque fois que je quitte Phandalin. Je l’ai rassurée de la meilleure façon possible : en ne lui disant pas qu’on allait s’infliger deux jours de voyage pour aller prendre le thé avec une banshee.

Contrairement à ce que je pensais, Agatha — c’est son petit nom — ne possède pas d’informations sur Cragmaw Castle mais sur un grimoire sur lequel sœur Garaele cherche à mettre la main, et c’est en échange desdites informations que la prêtresse nous donnera les renseignements qu’elle détient sur le château. Il faut croire que la vie d’un innocent prospecteur n’est pas un motif suffisant pour nous aider. Parlez-moi de religion.

J’ai laissé les copains à leurs emplettes en prévision du trajet, je les rejoindrai dès que j’aurai fini d’écrire. C’est qu’on en a pour une trotte, d’autant qu’on risque de s’attarder dans le coin. En effet, Daran nous a suggéré d’aller enquêter du côté des ruines d’un lieu nommé le puits du Vieil-Hibou, où plusieurs prospecteurs auraient rapporté la présence de morts-vivants… Il paraît qu’il y a là-bas les ruines d’une vieille tour de guet qui appartenait à l’ancien empire magique de Netheril, et Daran craignait qu’une magie dormante ne s’y soit réveillée, ergo les morts-vivants. Or, le puits n’étant pas loin de Conyberry, l’ancien village où crèche Agatha, autant éviter de se farcir deux fois le voyage.

Si vous vous demandez pourquoi on irait sans contrepartie risquer nos miches dans un coin grouillant potentiellement de zombies, sachez que moi aussi. Daran soutient que faire le bien est une récompense en soi. Facile à dire pour quelqu’un retiré des affaires ! Faire le bien est un boulot comme un autre, et qui dit boulot dit salaire, non mais des fois.

Ah oui, au fait : Daran, c’est l’aventurier dont on nous a parlé la veille au Lionshield. Nous sommes allés à sa rencontre en début de matinée, dans son très joli cottage au milieu d’un verger de pommes bien entretenu. Sur le perron nous attendait un demi-elfe costaud et bien bâti aux cheveux grisonnants. Je ne suis pas un expert, mais s’ils n’ont pas la même espérance de vie que les elfes, ils ont quand même une longévité supérieure à celle des humains, et selon leurs standards celui-là devait être vieux.

Il a souri en nous voyant arriver, nous félicitant pour nos « exploits » contre les Redbrands, et s’est présenté comme Daran Edermath, un ancien maréchal ayant servi le long de la côte des Dragons, revenu dans sa région natale pour y finir paisiblement ses jours. Pas n’importe qui, donc : parvenir jusqu’à l’âge de la retraite, surtout après une aussi longue vie, c’est un peu le Graal de tout aventurier. (Je me demande d’où vient cette expression : « Graal » ?)

Il nous a confié que si nous l’avions rencontré quelques jours auparavant, il nous aurait sans nul doute demandé de nous occuper des Redbrands. J’ai bien tenté de négocier une récompense rétroactive, mais comme vous l’aurez compris, l’âge lui a fait perdre le sens des réalités.

Goth l’a ensuite interrogé sur son opinion quant au débat politique qui agite Phandalin en ce moment, mais il se moquait visiblement de savoir qui dirigerait la ville tant que l’ordre et la loi seraient respectées. Nous avons alors pris congé du demi-elfe pour nous rendre à l’hôtel de ville, où Pierre s’est plongé dans les parchemins récupérés chez Glasstaff. D’après ce que j’ai compris, il s’agissait de notes de travail dédiées au développement de nouveaux sorts, notamment des potions d’invisibilité, mais les recherches n’en étaient apparemment qu’au stade expérimental. Quant aux bouquins, ce n’était finalement que du tout-venant, mais notre mage a quand même fait main basse sur le journal de bord d’un aventurier nain. Oui, il lit aussi le nain. Y a-t-il une langue qu’il ne connaît pas ?

Après ça nous sommes retournés voir sœur Garaele, et c’est là qu’elle nous a expliqué ce qu’elle attendait de nous. Dans la pièce où nous discutions étaient posées quatre toiles cachées derrière un drap, indiquant qu’elle s’était mise à la peinture depuis la dernière fois que nous l’avions vue. Curieux, j’ai poliment demandé de quoi il s’agissait. Elle nous a répondu que c’était les résultats d’une divination, et je n’ai pu m’empêcher de solliciter son autorisation d’admirer les tableaux…

Quelle n’a pas été ma suprise de découvrir quatre peintures de moi, Pierre, Goth et Wulfwig ! Je devrais d’ailleurs dire huit et non quatre, car les toiles étaient divisées en deux dans le sens de la hauteur, chaque moitié représentant un futur potentiel…

Pour notre mago, la scène de gauche représentait un temple d’Ogma restauré, devenu une bibliothèque aux rayons remplis de livres, de grimoires et de parchemins, dans laquelle Anarondo, un peu plus vieux et vêtu d’une robe d’archimage, enseignait à de nombreux étudiants. La scène de droite, elle, dépeignait un nothic portant les vêtements du même Anarondo…

Pour Goth, le premier des deux avenirs le montrait devant un manoir de Tresendar restauré et resplendissant. D’âge mûr, portant des vêtements seigneuriaux et entouré d’un groupe de chevaliers en armure, il observait depuis la colline une Phandalin radieuse, reconstruite, ayant quasiment retrouvé la splendeur de sa grande époque. En miroir, le manoir de Tresendar était devenu une haute tour noire inquiétante, et Goth, une expression sadique au visage, menait une bande de sergents d’armes armés de fléaux et de fouets vers une Phandalin toujours à moitié en ruines, sous de lourds nuages noirs, à la rencontre d’habitants mélancoliques, sans espoir, et pour certains terrifiés.

Pour Wulfwig, une énorme statue le représentant bandant son arc héroïquement trônait au centre de la place principale d’une Thundertree restaurée d’un côté, tandis que de l’autre le même Wulfwig, famélique et vêtu de guenilles de mendiant, gisait dans le caniveau d’une cité portuaire, ignoré de tous.

Quant à moi, l’image de gauche me représentait dans le dos d’un dragon couché sur son trésor, subtilisant dans son repaire une lanterne merveilleuse, forgée d’or et d’argent, et dont l’aura brillait de mille feux colorés. L’image de droite, pour sa part, me voyait à la tête d’une bande d’individus encapuchonnés, présidant à l’exécution d’un prisonnier.

Je me demande pourquoi je suis le seul de nous quatre à avoir droit à deux futurs radieux ?
Répondre


Messages dans ce sujet
La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 02/05/2020, 20:12
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 02/05/2020, 20:41
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 15/05/2020, 20:38
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 19/05/2020, 19:51
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 26/05/2020, 20:48
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 06/06/2020, 18:13
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 06/06/2020, 19:20
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 07/06/2020, 21:51
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 13/06/2020, 18:01
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 17/06/2020, 19:32
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 17/06/2020, 20:28
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 26/06/2020, 17:08
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 26/06/2020, 18:12
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 05/07/2020, 18:20
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 11/07/2020, 17:14
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 18/07/2020, 16:06
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 19/07/2020, 13:26
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 20/07/2020, 08:34
RE: La mine perdue de Phandelver - par Skarn - 03/08/2020, 17:34
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 18/08/2020, 18:08
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 21/08/2021, 15:41
RE: La mine perdue de Phandelver - par Jehan - 24/09/2021, 19:42



Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)