YAZ 2018 L'Hérétique tome 2: Les Conspirateurs (Alexander Abati - permusashi)
#1
Bonjour à tous,

nous voici donc au deuxième volet de la série italienne L'Hérétique que je suis en train de traduire.

Les Conspirateurs  (478 pages – 550 paragraphes - Genre Médiéval-fantastique)

De retour du nouveau monde, vous découvrez que le Roi est tombé malade et que le pouvoir est détenu par le Régent Zipher qui l’exerce de façon tyrannique plongeant la population dans la misère. Une nouvelle compagnie de héros, les Braves, se réunit en grand secret pour chasser l’usurpateur et rétablir le Roi sur son trône. Mais les difficultés à affronter sont multiples et les ennemis pourraient découvrir la conspiration à n’importe quel moment.

Réussirez-vous à sauver le Royaume d’Abalone du terrible Régent?

Disponible en pdf sur littéraction
http://litteraction.fr/aventures-auteur/2760

Et imprimé sur lulu
http://www.lulu.com/shop/http://www.lulu...83179.html

[Image: prima_10.png]

Un GRAND merci à Aronaar pour son aide, tu peux maintenant poster ton évaluation  Wink

Une bonne lecture à tous et n'oubliez pas: l'auteur attend vos avis   Big Grin  

PS
Pour rappel le tome 1 a été republié il y a peu en version revue et corrigée.
Merci au presque 200 personnes qui l'ont lu (^_^)

PPS
Pour la suite tome 3 et 4 il faudra attendre 2019.
Ils sortiront ensemble pour une raison bien précise, un peu de patience donc.
Répondre
#2
En léger différer et depuis la Bibliothèque de Kalte où l'on enregistre, voici la livranalyse pour cette suite !

https://drive.google.com/file/d/1pS7DQmI...sp=sharing

Bonne lecture à tous.
What changes the nature of a man ?
Répondre
#3
Aronaar, tu as un glossaire et des liens vers toutes tes critiques?
Répondre
#4
Par rapport au premier tome, j'ai trouvé le style meilleur, avec moins de maladresses dans les tournures de phrases et dans la syntaxe. C'est appréciable. Par contre, et c'est pour moi toujours le défaut majeur de la série, les situations ne sont pas toujours vraisemblables, les réactions des personnages guère crédibles, les dialogues sonnent creux et font trop souvent place à des monologues.
Dans l'opus précédent, l'exemple le plus frappant était la gestion du traître. Ici, les discours des responsables des églises sont pompeux, la façon dont terminent les Braves vraiment expéditive. Mais surtout, l'épisode du lutin et de lady Chaude Braise "Coeur d'artichaut" Mozia frise l'absurde. C'est humoristique dans le fond, la situation est cocasse. Mais la manière dont elle tombe amoureuse sans aucune raison en deux coups de cuillère à pot m'a interloqué.
D'une manière générale, il est difficile de s'immerger complètement dans l'histoire à cause de ça et c'est très dommage car le reste ne manque pas de qualités. Je pense même avoir un peu préféré cet épisode d'intrigues politiques à la conquête du Nouveau Monde du tome 1.

Car des bonnes choses, il y en a beaucoup. Déjà l'aventure est longue et riche avec ses 550 long paragraphes. On sent une passion à écrire chez l'auteur et c'est toujours agréable. Longue mais pas ennuyeuse. Si certains passages, en particulier quelques loghorrées évoquées précédemment, sont quelque peu indigestes, la lecture est en général fluide car l'aventure bien rythmée. Les scènes diplomatiques sont entrecoupées de tests ludiques, le voyage par des rencontres inopinées, les décisions à prendre relativement nombreuses, les combats de fréquence raisonnables, la liberté d'action appréciable. Bref, le joueur est souvent sollicité et on atteint donc l'alchimie idoine pour un LDVELH : le bon équilibre entre jeu et histoire à lire.
Dommage qu'il n'y ait cette fois plus de passage aussi marquant que le "Royaume des Bienheureux" du Nouveau Monde mais pas mal de séquences sympathiques quand même. L'investigation dans le palais est plutôt bien conçue, la rencontre avec le dragon intéressante... Le fait qu'il existe aussi des passages alternatifs que l'on peut éviter selon nos choix est très bien car on sent une véritable portée dans chacune de nos décisions.
Autre aspect positif, la possibilité de jouer six héros très différents. C'est ambitieux mais ça marche plutôt bien. Par ses capacités spéciales, martiales ou magiques, ses scores pré-attribués, chacun se différencie beaucoup des autres et la sensation de jeu est vraiment différente selon notre choix initial. On arrive même à rentrer un peu dans la peau de ces héros anonymes grâce aux quelques passages personnalisés qui leur sont dévolus au cours de l'aventure. C'est donc dommage que l'aventure soit très facile et qu'on ne soit pas obligé de la tester avec tous les personnages au fil de nos relectures.

J'ai réussi à atteindre le 550 au 2ème essai (il me manquait 2 en popularité pour avoir la meilleure fin). Certes, j'avais juste les 18 points de popularité pour terminer, certes je suis tombé à un moment à 5 en Energie, mais d'une manière générale les objets, bonus et pouvoirs curatifs ou martiaux sont tellement nombreux que les combats ne sont souvent qu'une formalité. Là encore un peu dommage car l'aspect tactique est intéressant. Pour un système de baston à la Prêtre Jean, c'est plutôt bien équilibré avec un bon balancement entre réalisme (caractéristiques de chaque arme...) et fluidité. Les PFA sont peu nombreux, les tests rarement fatidiques et pouvant être bien boostés grâce à des potions.
En fait, l'unique difficulté est colossale. Je m'y suis ramassé la première fois avec mon prêtre. Mon démon à la tentative suivante a outrageusement triché pour pouvoir continuer au même endroit (je n'ai pas repris mon magicien vainqueur du 1er tome, trop cheaté à mon goût). C'est le coup des trois énigmes successives. Elles sont imbita... trop ardues pour ma pomme.
Passage obligatoire et échec assuré si on ne les résout pas.
Non, Tu n'as pas le droit cher ami transalpin!
C'est cartellino rosso diretto un coup comme ça au joueur!

Au final, une aventure divertissante même si j'ai dû fermer les yeux sur beaucoup d'invraisemblances et de failles dans le réalisme de l'histoire, donc un problème d'immersion dans le récit.
Répondre
#5
Salut Fitz,

merci pour ton analyse approfondie que je transmets à l'auteur (il se peut qu'il réponde en anglais si ok pour le forum).

Une petite note au sujet des paragraphes 550 et 549. Ce n'est pas forcémment "la meilleure fin" que tu as obtenue, maintenant je peux le dire: la série de l'hérétique est une trilogie en 4 volumes.
Les livres 3 et 4 offrent deux fins alternatives et seront complèmentaires l'un l'autre, on en reparlera en 2019 (^_^) .

Comme tu l'a bien remarqué, la richesse de la série réside dans la multitude des styles utilisés par l'auteur et la diversité des options proposées.

Moi aussi je me suis cassé les dents avec la partie des énigmes, pas simples du tout, mais bon il n'y a pas que la force dans la vie. (pour anédocte, dans la VO la solution de la troisième énigme tombait juste après le paragraphe de la rencontre avec le seigneur et était donc bien trop spoiler, on a déplacé un paragraphe pour éviter de "gâcher" la recherche de la solution).
Répondre
#6
(04/10/2018, 08:42)Aronaar a écrit : En léger différer et depuis la Bibliothèque de Kalte où l'on enregistre, voici la livranalyse pour cette suite !

https://drive.google.com/file/d/1pS7DQmI...sp=sharing

Bonne lecture à tous.

Et merci aussi à toi Aronaar, je n'avais pas vu ton post.
Je fais suivre à l'auteur. Wink
Répondre
#7
@Fitz : Oui, sur mon site, que j'ai dédaigné ces derniers temps. Je vais mettre à jour un peu tout ça dans le courant de la semaine.

@permusashi : pas de soucis ! Je suis prêt pour la suite.
What changes the nature of a man ?
Répondre
#8
Reponse de l'auteur pour Fitz,

"Thank you for the honest feedback, mon ami d'outre-alpes !
Indeed the adventures of the hero of Cadash sometimes go beyond the credibility. I think you spot the right reason: it is the passion for fantasy and for the game which, in some situations, was difficult to keep under control.
I appreciate your comment related to the right balance between game and reading. This is the effort of a good team work with my editors, Adriano Ziffer and Alessandro Viola.
The volume 3 and 4 are already released in italian and under translation in french. Stay tuned for the last adventures of the hero!"
Répondre
#9
Réponse pour toi Aronaar,

"Thank you so much for your elaborated feedback, in which I find many elements of truth. The credibility of the story is sometimes halting. This is also partially related to the fact that some question marks will be clarified in book 3 and 4. In particular I agree that the conspiration looks naive. It is intentionally, as the the six 'braves' are instruments of the High Priest of Ekerion.
I also acknowledge that 6 characters are too much to handle and in books 3 and 4 the party is just one man, the hero. You can still choose between 6 characters, but the adventure is in 'solo'.
Your feedback would deserve much more elaborated comment, so, please accept my apologies, if I am short of words.
Stay tuned for the next releases!"
Répondre
#10
Heureux que la critique ait pu lui servir !
What changes the nature of a man ?
Répondre
#11
J'ai bouclé Les Conspirateurs avec le personnage du Moine, que décidément j'aime bien. Je l'imagine en Frère Tuck, débonnaire avec un physique en tonneau. Début de lecture : nos compagnons du tome 1 (jugés assez sévèrement par le Moine) sont tous morts d'une manière ou d'une autre. Pour participer au renversement du Régent Zipher, nous devons reconstituer une fine équipe avec un nouveau Magicien, un nouveau Lutin, etc.

Le jeu se présente comme une succession de quêtes successives à boucler, avec une mécanique claire et nette comme je les aime. Quelque chose comme : « Quand vous aurez visité les 3 endroits / rencontré les 3 potentats / testé les 3 possibilités, que vous ayez réussi ou non, rendez-vous au... pour poursuivre votre quête. »


LA MISSION
Quelque temps après notre retour de la contrée au-delà du Grand Fleuve, nous sommes devenu quelqu'un d'important. Mais le pouvoir ne nous aveugle pas : la pauvreté grandissante du royaume, la captation des richesses et du pouvoir par le Régent Zipher nous font grincer des dents un peu plus chaque jour. Ce dernier a tout pouvoir depuis que le Roi a sombré dans un sommeil sans retour (façon Voltar le Magnifique dans "Loup*Ardent"). Entouré d'une garde prétorienne, Zipher ne semble rien craindre de personne.


LA MECANIQUE
Du deck building : à chaque quête secondaire, on parvient -ou non- à mettre de notre côté telle faction de la cité, tel personnage important. Plusieurs discours entraînants à la Braveheart. Chaque faction est désignée par une lettre de l'alphabet (ça aurait aussi pu fonctionner par un système de cartes à accumuler). Le score d'Autorité sera décisif dans ces mini-quêtes. Quand l'heure de la révolte sonne, il faudra faire les comptes de nos soutiens : a-t-on fédéré et convaincu assez de gens différents pour venir à bout du tyran et de sa Garde Noire ? Peu de combats, et mieux vaut les éviter, car les opposants sont parfois costauds.
Au centre du récit, l'exploration du Palais (sous plusieurs déguisements) est un labyrinthe en forme de casse-tête, mais plus facile à négocier que l'épisode « Un jour sans fin » du tome 1.


L'AMBIANCE & LES MOTS
Le texte est fluide et agréable, relu attentivement. Du voca choisi : « sicaire »... Les paragraphes sont très rédigés, façon mini-roman, mais les choix sont bien réels (ce n'est pas un roman déguisé).
Toujours cette ambiance très cité italienne de la Renaissance, avec les factions, les jeux de pouvoir, la populace Gilet Jaune, les Magiciens moitié dans le surnaturel et moitié scientifiques comme des alchimistes florentins.
Ce qui est un peu dommage, c'est le manque d'interaction avec le reste de l'équipe. On joue souvent perso. Mais il est vrai qu'émuler une équipe au complet est difficile, on l'a vu dans le tome 1.

Une bonne aventure et une bonne lecture, merci à Permusashi pour son travail de tracuteur et de passeur !

Répondre
#12
Merci à toi Dragonides pour le feedback. Je le transmet avec plaisir à l'auteur.  

Et ça tombe bien, j'en profite pour annoncer l'avancement des chapitres 3 et 4.

Le 3 est en fase finale de relecture (merci Aronaar) et pour le 4, eh bien je pense que j'en ai encore pour deux bon mois avant de finir la traduction.

Le 4 étant le plus épais avec 580 pages, (mais en police 10 au lieu du 11 des autres livres, ce qui fait donc 640 pages équivalentes). Et il me restent 200 pages à faire.  

Les deux sortiront ensemble à temps pour les vacances d'été
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 2 visiteur(s)