Rendez-vous au 1
[02] La Cité Interdite - Version imprimable

+- Rendez-vous au 1 (http://rdv1.dnsalias.net/forum)
+-- Forum : Les livres dont VOUS êtes le héros (http://rdv1.dnsalias.net/forum/forum-3.html)
+--- Forum : Critiques (http://rdv1.dnsalias.net/forum/forum-5.html)
+---- Forum : Astre d'Or (http://rdv1.dnsalias.net/forum/forum-52.html)
+---- Sujet : [02] La Cité Interdite (/thread-739.html)



[02] La Cité Interdite - Fitz - 12/03/2008

Ce volume commence exactement là où s'arrête Le Sorcier Majdar : dans le village kundi en pleine réflexion face à l'énigme qui nous est posée. Je ne me souviens pas d'un enchaînement aussi rapide entre deux tomes dans une autre série de LDVELH.
On retrouve le style très agréable de la série dans ce premier long paragraphe, qui prend le temps de décrire les scènes et de faire le portrait de notre premier et nouveau compagnon : un amusant chaman homme-singe (kundi). Comme dans le 1er tome, on va avoir l'occasion de reformer un groupe en trouvant de nouveaux amis. Reste plus qu'à espérer que ceux-ci connaissent un destin moins funeste que Chan et Tanid...
Des camarades, une assez forte linéarité, un nouveau long voyage à travers la campagne pour atteindre notre objectif (la porte permettant de se rendre sur le plan Noctiurne-Daziarn où est cachée la Pierre de Lune), tout ceci ressemble fortement au scénario du Sorcier Majdar. Avec toutefois une différence de taille concernant la difficulté. Autant il était difficile de survivre au Klaysha puis aux créatures qui nous séparent du village kundi, autant cette fois-ci il n'y a pas de cause de mortalité très flagrante. Un peu de souffrance face aux spectres de Charatchak il est vrai, quelques PFA vicieux vers la fin, mais il est généralement facile d'éviter les combats les plus dangereux. J'ai d'ailleurs trouvé étonnant cette prime à la prudence, voire à la lâcheté, qui semble régir la difficulté de l'aventure.
Là aussi on a droit à quelques scènes sympas et marquantes comme l'assaut des Libres sur la cité asservie, les bêtes humaines de la cité interdite qui rappellent les mutants de La Colline a des Yeux... Surtout, les personnages rencontrés, dont nos compagnons, ont une personnalité plus forte que dans la moyenne des LDVELH. On se soucie donc véritablement de leur sort et ça augmente la crédibilité du récit.
Un LDVELH plaisant, assez classique dans sa construction et pour son scénario mais le style de Ian Page et l'univers de Joe Dever donnent une touche séduisante à l'ensemble. J'ai autant apprécié que le 1er tome, voir un chouilla plus car je n'avais pas trouvé la partie urbaine du Sorcier Majdar particulièrement palpitante (ici, tout se passe dans une nature hostile).
A noter quelques longueurs qui peuvent rebuter les amateurs d'action.


RE: [Astre d'Or] La Cité Interdite - Outremer - 12/03/2008

C'est l'un des premiers LDVH auxquels j'ai joué. Il ne m'avait pas déplu à l'époque mais, avec le recul, je ne le trouve pas terrible. Il y a quelques confrontations sympas et nos compagnons sont plutôt intéressants, mais le cadre général n'est pas terrible et le but de l'aventure - aller d'un point A à un point B - n'est pas le plus palpitant qui se puisse imaginer (même si la série Sorcellerie! s'en tire pas mal avec des scénarios similaires).

Mon souvenir le plus précis reste d'avoir perdu vers la fin de l'aventure parce que je n'avais pas fait le bon choix de pouvoirs lors de la création de mon héros (quelque chose dont j'ai vraiment horreur). Je m'étais en revanche encombré du pouvoir "Contrôle des éléments", qui est particulièrement inutile dans cette aventure.


RE: [Astre d'Or] La Cité Interdite - Fitz - 12/03/2008

Outremer a écrit :-Mon souvenir le plus précis reste d'avoir perdu vers la fin de l'aventure parce que je n'avais pas fait le bon choix de pouvoirs lors de la création de mon héros (quelque chose dont j'ai vraiment horreur). Je m'étais en revanche encombré du pouvoir "Contrôle des éléments", qui est particulièrement inutile dans cette aventure.


Hmm... Je l'ai gagné en trop peu de tentatives pour me rendre compte de ta mésaventure à la fin. Par contre, communication avec les éléments est bien utile lors du siège de la cité.
Mais c'est vrai que d'une manière générale, cette compétence est très dangereuse d'utilisation dans la série si je me souviens bien, source de nombreux PFA, surtout qu'il faut à chaque fois choisir judicieusement entre les quatre éléments.


RE: [Astre d'Or] La Cité Interdite - Skarn - 13/03/2008

Fitz a écrit :Ce volume commence exactement là où s'arrête Le Sorcier Majdar : dans le village kundi en pleine réflexion face à l'énigme qui nous est posée. Je ne me souviens pas d'un enchaînement aussi rapide entre deux tomes dans une autre série de LDVELH.

Il y a un enchaînement semblable entre les tomes 1 et 2 de Métamorphoses, avec un faux cliffhanger à la fin du premier résolu dans le suivant.

Sinon, ce livre ne m'a pas particulièrement marqué. J'ai apprécié qu'il soit beaucoup plus jouable que le premier, et qu'on puisse enfin choisir quel élément invoquer sur les quatre, mais scénaristiquement il est pas exceptionnel


RE: [Astre d'Or] La Cité Interdite - Orion - 13/03/2008

Skarn a écrit :
Fitz a écrit :Ce volume commence exactement là où s'arrête Le Sorcier Majdar : dans le village kundi en pleine réflexion face à l'énigme qui nous est posée. Je ne me souviens pas d'un enchaînement aussi rapide entre deux tomes dans une autre série de LDVELH.

Il y a un enchaînement semblable entre les tomes 1 et 2 de Métamorphoses, avec un faux cliffhanger à la fin du premier résolu dans le suivant.

Il y a aussi les deux tomes des Portes Interdites. Wink


RE: [Astre d'Or] La Cité Interdite - JFM - 20/03/2008

Et les tomes 1 et 2 de La Voie du Tigre.

J'avais moyennement aimé ce tome 2 d'Astre d'Or étant jeune (depuis mon anniversaire, je n'arrive plus à me dire que je le suis encore Crybaby ). Mais, lorsque je l'ai relu une huitaine d'années plus tard, je l'avais nettement mieux apprécié, justement car j'accordais moins d'importance qu'avant à l'action et davantage à la qualité du récit, avec notamment la personnalité des personnages.