Rendez-vous au 1

Version complète : [Sherlock Holmes] Le Crime du Docteur Watson
Vous consultez actuellement la version basse qualité d’un document. Voir la version complète avec le bon formatage.
Le titre percutant du LDVELH vient du fait que le Dr Watson est le suspect numéro 1 d'un meurtre commis dans son club habituel. Comme Sherlock est soi-disant décédé depuis deux ans, c'est à nous de mener l'enquête afin, si possible et s'il n'est pas coupable, d'innocenter Watson et surtout de démasquer le meurtrier.
Les deux premiers tiers du LDVELH sont d'une linéarité absolue, totalement dépourvus d'action et sans aucun rythme. On passe son temps à interroger successivement toutes les personnes concernées par l'affaire, sans la moindre pause entre deux interrogatoires. Les choix sont répétitifs et inutiles : voulez-vous interroger untel ou non? Comme si on allait faire l'impasse sur certains témoins, surtout que le temps passé n'est pas décompté lors de cette journée d'interrogatoires. Pour chaque témoin, les questions posées sont strictement identiques. Le seul point qui permet d'échapper à l'ennui est, outre la concentration nécessaire du lecteur pour faire coller les indices, le souci de l'auteur à personnaliser les individus interrogés. Chaque témoin a son physique, son caractère et sa classe sociale bien définies ce qui permet heureusement de bien les différencier et qui apporte un peu de vie à ce long passage sans saveur.
Après la journée d'interrogatoires, on a un peu plus de choix et enfin de l'action pour démasquer et capturer le coupable. Mais ce n'est que le dernier tiers de l'histoire. Une telle linéarité fait qu'en une seule lecture, on a survolé la majeure partie des paragraphes du bouquin.
Niveau jeu, il est relativement facile d'identifier le meurtrier, mais un peu plus compliqué de réussir à le ferrer. Très peu de tests sont vitaux pour atteindre le paragraphe de victoire complète, ce qui est une bonne chose. Néanmoins, cette facilité alliée à la forte linéarité donnent une durée de vie très faible à l'ensemble. La première lecture reste plaisante tant qu'on n'a pas élucidé l'affaire, au même titre qu'un léger Agatha Christie. Mais ensuite, l'intérêt a presque entièrement disparu. C'est dommage pour un livre-jeu.
Mais ce sont surtout ces interrogatoires à répétition qui sont atroces. Un peu de variété et de rebondissements supplémentaires n'auraient pas fait de mal.
Oui les interrogatoires sont super lourdingues dans ce tome, surtout que les persos donnent quasiment les mêmes reponses. A la fin j'allais juste lire la derniere phrase du §.