Rendez-vous au 1

Version complète : [Sherlock Holmes] Pour l'Honneur de la Reine
Vous consultez actuellement la version basse qualité d’un document. Voir la version complète avec le bon formatage.
Ce Sherlock Holmes bénéficie d'une grosse qualité : un style très plaisant. La narration est descriptive et tranche avec les dialogues qui sonnent très juste. L'auteur prend le temps d'écrire de longs paragraphes où l'on trouve plein de détails qui n'ont pas forcément de rapport avec l'enquête mais qui contribuent à donner du relief aux personnages ; en particulier à l'illuminé Sherlock, à sa maternelle concierge, au bourru Watson et à tous les autres que l'on peut croiser au cours de l'enquête. Ce constat vaut pour le personnage que l'on interprète : un jeune bourgeois qui doit poser des questions indiscrètes dans le milieu de la noblesse. Ce héros souffre d'un certain complexe d'infériorité à nager dans un tel milieu, les LDVELH proposent rarement une telle personnification du héros. A cet égard, les derniers mots de l'ultime paragraphe sont édifiants. D'ailleurs, la conclusion de l'enquête est très bien écrite, très gratifiante, rien à voir avec les 3-4 lignes de certains paragraphes 400 tristement célèbres.
J'ai beaucoup aimé aussi la description d'une femme à la beauté envoûtante. Du grand art.
Le scénario est plutôt classique mais reste efficace avec quelques surprises. Mais ce n'est pas facile au début de s'y intéresser vu qu'on agit au début un peu à l'aveugle, faute de connaître les protagonistes. Un garde de Windsor (les uniformes rouges avec la grosse toque poilue qui ne bougent jamais) s'est fait assassiner et il faut trouver le meurtrier. Ce dernier est forcément un résidant du palais ce qui risque de déclencher un scandale pour la famille royale. On enquête donc principalement avec les lords et le milieu militaire et tous ces braves nobles ou soldats ont tendance à se ressembler au début. Sans être révolutionnaire ni très ingénieuse, cette enquête reste plaisante à résoudre.
Malheureusement, le système de jeu n'est vraiment pas terrible car il faut réussir à plusieurs moments certains lancers de dés aux conséquences fatales en cas d'échec. Après relecture, il y a possibilité de réduire la dangerosité de ces nombreux mâts grâce au système de départ qui autorise à affaiblir certaines caractéristiques pour en augmenter d'autres. Malheureusement, 4 de ces caractéristiques (sur 6) doivent être obligatoirement boostées pour avoir des chances raisonnables d'arriver au succès final l'enquête (il existe des succès partiels) et il faudra donc avoir la bonne fortune avec nous, surtout à l'approche de la fin.
Toujours concernant la jouabilité, le système monétaire du début est ignoré pendant l'enquête. Mais ce n'est pas très grave. Enfin, mais ça c'est inhérent à la série, ce bouquin ne propose pas de grand plaisir de relecture une fois qu'on l'a terminé.
Vu le système de jeu, ça reste néanmoins un LDVELH agréable et un excellent tome de la série.
6/10 dans le cadre de la notation.
Tiens, j'ai relu ce livre il n'y a pas longtemps et j'ai été assez surpris. La fin n'était pas du tout celle dont je me rappelais quand je l'avais lu étant gamin. Je pense que j'avais dû stopper mon enquête après avoir trouvé le coupable, tout simplement (le "succès partiel" dont parlait Fitz) et du coup j'avais loupé tout le rebondissement final.

Milt Creighton est mon auteur préféré de la série Sherlock Holmes car, effectivement, ses livres sont les mieux écrits et ont les trames les plus passionnantes. La fin de celui-ci est vraiment pas mal. Si je l'avais lue avant d'écrire mon 1er Nils Jacket, je n'aurais peut-être pas écrit la scène du bal de la même façon... Quoique, autant laisser à ce livre son ambiance !
Le défaut de l'auteur, c'est qu'il néglige à chaque fois le côté enquête, qui est davantage un prétexte à une aventure en milieu policier. Ici, la bonne piste et les déductions vous sont livrées sur un plateau.
Sympa aussi de pouvoir parler au futur Roi d'angleterre.