Rendez-vous au 1

Version complète : Remise publique du Yaztromo
Vous consultez actuellement la version basse qualité d’un document. Voir la version complète avec le bon formatage.
Pages : 1 2 3 4 5
@Phi_Jai : merci pour ton coup de fil mais ça ne collera pas. Si OuiGo n'avaient pas boosté le prix et changé d'horaire depuis qu'il partent de Lille Flandres et non plus de Tourcoing, j'aurais fait le pas. La solution EasyJet ne peut pas convenir car elle m'oblige à m'absenter 4 jours. Je pense par contre pouvoir me libérer "numériquement" si tu mets en place une conférence Skype.
Vidéo temporaire (sera remplacée par une meilleure, là je poste vite fait depuis mon téléphone, la vidéo est de travers, deal with that) :

Show Content
Argh, t'as changé l'orentation en cours de vidéo (><)

Edit : c bon, j'ai téléchargé la vidéo et je l'ai claquée dans VLC qui gère les rotations (^^)v

C'était qui le premier intervenant qui part vite au début ?

Il a du "bagout" le Fitz ! Mrgreen

Si on remet les couverts l'année prochaine, peut-être se créer une chaine youtube, non ?
Discours très sympa de Fitz !
Y a la version lointaine et longue sur FB postée par Philippe Jaillet (le premier intervenant)
Merci pour la vidéo! Bravo Fitz, beau discours!
C'est très émouvant de voir cette remise, et quelques têtes (dans la version longue, à partir de 4min) : Philippe, Fitz, Dagonide, Yaztromo. J'ai un doute quant à Bruenor (que je ne reconnais pas).
https://www.facebook.com/GRAALSud/videos...888322597/

Bravo Philippe, c'est classe !
Bruenor (Cyril) n'y était hélas pas, par contre il y avait Sukumvit (Cédric).
C'est Cédric alors qui vient chercher le yaz d'argent ?
Merci pour la vidéo. Quel bonheur de voir ces Yaz prendre chair... Merci à Fitz pour sa hauteur de vue et son humilité : j'ai eu l'impression que toute la communauté héritait finalement d'un grand Yaz d'or, c'était magique !
Oui c’est Cédric au Yaz d’argent.

D’ailleurs un autre grand souvenir sera d’avoir enfin vu en vrai (même si c’etait Trop court) Sukumvit, Dagonides, Yaztromo, revu Skarn et découvert Philippe Jaillet, un grand bonhomme plein de saine ambition. Merci à lui pour cette exposition inattendue et inespérée.

A titre personnel sur mon stand Makaka ça m’a ému de voir des FAbled Lands par ci, un Fleurir en Hiver par la, dans les sacs des gens qui venaient découvrir mes Bdvelh. Ils s’étaient fait tenter par les nouveaux Ldvelh vendus sur le stand Scriptorium de Yaztromo !

Si on tire tous dans le même sens on peut espérer peut être encore mieux pour l’avenir.
à propos du Yaz d'argent, il y a quelqu'un qui a contacté Paul Struth ? (au fait vous avez vu qu'il était vainqueur du concours du premier Warlock Magazine en 1985 avec The Dervish Stone?)
Je vais essayer de retrouver sa trace.
En farfouillant j'ai vu qu'il avait aussi été lauréat de concours AVH outre-manche...

http://adventurecow.com/stories/1524/the-sacrifice
Extension méditerranéenne des plus riches quartiers parisiens, Cannes est une ville aussi minuscule que clinquante, hébergeant à l'année une bourgeoisie décatie dans des immeubles à l'architecture typiquement artificielle des stations balnéaires du milieu du XXème siècle.

Par un étrange hasard, elle accueille cependant trois jours par an l'un des principaux festivals d'une activité supposément transclasse, le jeu de société, au cours du sobrement nommé Festival International des Jeux (de Cannes).

Qu'on se rassure, les cannois ne seront cependant que peu confrontés à la populace mal fagotée, le festival se tenant intégralement en intérieur, dans les profondeurs bétonnées d'un bâtiment dédié aux manifestations de ce genre, tant et si bien qu'il pourrait avoir lieu dans un bunker en Normandie qu'exposants et visiteurs ne verraient pas la différence.

Conséquence de cet enfermement : le bruit, la difficile circulation des personnes, l'absence de lumière naturelle, provoquent stress, fatigue et tensions. Autrement dit, parents et enfants s'engueulent tous les cent mètres. Une ambiance de merde plutôt absente des autres festivals de jeux (en extérieur) auxquels je suis habitué.

Le FIJ n'est donc pas un événement que je conseille en tant que simple visiteur. Quitte à traverser le pays, préférez un endroit où il est au moins possible de respirer librement.

En tant que (semi-)pro, c'est déjà plus intéressant car occasion d'échanger avec du beau monde. Cette année, le GRAAL organisait, avec un soucis notable d'officialité (intégration à une célébration historique, respect du rituel cérémonieux), sa première remise publique des prix du jeu de rôle. Par quelque manigance, Philippe Jaillet a lui-même réussi à glisser le Yaz' en préambule de cette occasion, un sacré exploit diplomatique qui mérite ses propres applaudissements.

Mon ressenti depuis la salle : Ça c'est pas si mal passé. Je balisais beaucoup qu'on soit parfaitement ridicule à se faufiler ainsi entre la poire et la fromage, mais au final ça s'est plutôt bien intégré avec l'ensemble, notamment grâce à la conclusion d'un Fitz au top.

Quelques pistes pour que ce soit encore mieux :
  • Demander aux auteurs n'ayant pu être présents de fournir un petit laïus, histoire d'éviter de « parler pour eux » (surtout si aucun des présents ne les connaît personnellement, comme Paul Struth dans le cas présent).
  • Raccourcir autant que possible la présentation générale pour donner plus de temps à chaque titre primé (par continuité avec le reste de la cérémonie du GRAAL, où chaque invité disserte rapidement sur son œuvre).
  • En remettre une couche sur le mini-Yaz' à la fin (diapo dédiée avec les infos pratiques).
  • Faire traîner quelques bouquins physiques récents sur scène (ça concrétise un propos parfois abstrait pour les néophytes).

Concernant le off (c'est-à-dire « manger avec les gens en parlant beaucoup »), et bah c'était vachement cool. Une opportunité rare d'entrapercevoir l'envers du décor de la création de livres-jeux, grâce à la variété des profils présents.
Pages : 1 2 3 4 5